ARCHIE SHEPP, L’ILLUMINATION DU FREE

 

-Archie Shepp, Vous représentez un jalon pour l’histoire de la musique, que ce soit pour vos collaborations avec John Coltrane, Max Roach ou Chet Baker, bien sûr, mais surtout pour votre travail avec Cecil Taylor avec lequel vous initiez la révolution Free-Jazz dans les années 60. Une aventure extraordinaire qui a influencé durablement toute la musique. Les années 70 sont pour vous l’occasion de renouer avec le blues et la soul, tout en maintenant cet esprit novateur qui caractérise vos compositions, et en collaborant avec des musiciens issus du rock expérimental tels que Frank Zappa. Qu’ont représenté pour vous ces années 70, où vous multipliez les expériences, et où les révolutions artistiques se succédaient ?

J’ai fait en effet de nombreuses experiences au cours des années, j’y ai rencontré beaucoup de gens intéressants dans ma profession. Cette période m’a permis d’évoluer à la fois en tant qu’homme et en tant qu’artiste .

-Durant cette décennie-là, vous commencez à enseigner la musique. Cette passation du savoir, la confrontation avec les étudiants dans un univers musical qui remuait sans cesse alors, vous ont certainement marqué. Quel constat et souvenirs en gardez-vous ?

J’ai réalisé à quel point les temps changent… Lorsque j’ai commencé à enseigner à l’Université du Massachussets (Amherst), en 1971, certains de mes étudiants revenaient juste du Viet-Nam. La revolte, c’était James Brown et Aretha Franklin. En 2000, lorsque j’ai pris ma retraite, c’était KRS1 et Public Enemy…

-Ces dernières années, vous expérimentez d’autre types de métissages, notamment avec la musique indienne ou le rap. En quoi pensez-vous que les aventures de la décennie 70 aient eu une influence sur votre goût toujours présent de défrichage de nouveaux territoires musicaux et d’expérimentation ?

Sartor Resartus :  » le professeur apprend  » par l’expérience de l’enseignement. La musique, par sa nature même, est partout et, de ce fait, le musicien est curieux. Durant les 32 années que j’ai consacrées à l’enseignement, j’ai accumulé une intéressante bibliothèque de sons et d’images, d’origines, ethnique et religieuse, de provenances variées. J’ai toujours été intéressé par les enregistrements et les films ayant un lien avec la danse et la musique en Afrique (Soudan et Bantoue), mais aussi par la musique traditionnelle et contemporaine d’Amerique du Nord et du Sud. Enseigner fut toujours une grande inspiration pour moi, et cela m’a permis d’élargir mes horizons musicaux vers les musiques et les cultures autres, vers d’autres mondes.

Archie Shepp, novembre 2011<

Propos recueillis par Marc Roudier, traduits de l’Anglais Par Isabelle Salles.

 

Archie Shepp est né le 24 mai 1937 dans l’État de Floride aux États-Unis mais il grandit à Philadelphie (Pennsylvanie) où il étudie le piano, la clarinette et le saxophone alto avant de se diriger vers le saxophone ténor et il joue régulièrement du saxophone soprano. Il sort diplômé d’art dramatique du Goddard College en 1959 mais s’oriente ensuite vers la musique1. Archie Shepp se produit à la fin des années 1950 à Paris, notamment au célèbre club de jazz Le Chat qui pèche. À ses débuts en 1960, il est avec Cecil Taylor, l’un des fondateurs du free jazz avec des disques révoltés, Fire Music, Mama Too Tight. Il dirige ensuite l’Attica Blues, big band au début des années 1970, empreint de Soul et de Blues, styles qui influenceront ensuite toute son œuvre jusqu’à aujourd’hui.

Depuis quelques années, Archie Shepp donne de nombreux concerts dans le monde entier avec son quartet composé de Wayne Dockery à la basse, Tom McClung au piano et Steve McCraven à la batterie.  En 2006, Archie Shepp fait de belles apparitions sur deux morceaux de « Identité en crescendo », le second album de Rocé, chanteur de rap français amoureux du free jazz. En novembre 2007, au New Morning, Archie Shepp fait une nouvelle expérience avec Raghunath Manet, joueur de Veena (musique indienne) et chorégraphe de Bharata Natyam danse indienne. Après avoir été accueilli à la Fondation Cartier pour l’art contemporain en avril 2006 au cours du cycle thématique « Nuits noires » des Soirées nomades, Archie Shepp est revenu sur scène pour fêter ses 70 ans en mai 2007, lors d’un spectacle intitulé Born Free, axé autour de la musique africaine-américaine et incluant la présence d’invités comme Rocé ou Cheick Tidiane Seck. Cette formation continue toujours de tourner sous le nom de Born Free, même si quelques musiciens ont changé et Archie Shepp continue toujours de se produire dans les festivals.   En septembre 2009, il publie dans la revue artistique L’Écho d’Orphée, un poème inédit écrit en 1966 à San Francisco Revolution : to Mama Rose dans son cercueil.

Discographie sélective :

New Thing at Newport, 1965 avec John Coltrane /  On This Night, 1965  Mama Too Tight, 1966  / Three for a Quarter, One for a Dime, 1966  / The Magic of Ju-Ju, 1967  / Live at the Donaueschingen Music Festival, 1967  / The Way Ahead, 1968  / Blasé, 1969  Live at the Pan African Festival, 1969  // Attica Blues, 1972  Force, 1976 avec Max Roach  / Goin’ Home, 1976 /   Parisian Concert, vol. 1, Impro 01, 1977 /  Parisian Concert, vol. 2, Impro 03, 1977  / Live at the Totem, vol. 1, Marge 08, 1979  / Live at the Totem, vol. 2, Marge 16, 1979  / Invitation (avec Siegfried Kessler), Impro 04, 1979  / Bird Fire – Tribute to Charlie Parker, Impro 05, 1979  / Attica Blues big band Live at the Palais des Glaces, Blue Marge 1001, 1979  / Painted Lady (with Abbey Lincoln), Blue Marge 1003, 1980 /  Looking at Bird, 1980.  (ginseng), Avec tchangodei ( 1986)  / My Man – Tribute to Sidney Bechet, Impro 06, 1981  / Mama Rose, 1982  Three for Freedom, 1987, / Tchangodei – Archie Shepp – Mal Waldron Trio  In Memory of, Archie Shepp & Chet Baker, 1988  Tchangodei, Archie Shepp quartet, (ginseng)  / Live in New York, Roswell Rudd & Archie Shepp, 2000  / Left Alone Revisited, Archie Shepp & Mal Waldron, 2002  / First Take, Archie Shepp & Siegfried Kessler, 2003  / Kindred Spirit vol.1, Archie Shepp & Dar Gnawa de Tanger, 2005 /  Identite en Crescendo, Rocé, Universal Jazz, 2006  / Gemini, Archie Shepp 4tet & Chuck D (Public Enemy), 2007  / Vicelow a.k.a. Bluebabbine, Saian Supa Crew (collaboration), 2007-2008 /  Phat Jam in Milano, Archie Shepp & Napoleon Maddox, Oliver Lake, Joe Fonda, Hamid Drake, Cochemea Gastelum, 2009 /  Eagle flight,Tchangodei Archie sheep (duo).

RETOUR AU SOMMAIRE DU DOSSIER 70′s
OU RETOUR A LA UNE

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s