DOCUMENTA 13 : RASSUREZ-VOUS, MADAME CHRISTOV-BAKARGIEV, LE MYSTERE DEMEURE ENTIER… OU PRESQUE

EVENT : documenta 13 / du 9 juin au 16 septembre 2012 / Cassel.

La 13e édition de documenta ouvre à Cassel (Hesse/Allemagne) le 9 juin prochain. Très attendue, la quinquennale depuis 1972, année de documenta V dirigée par Harald Szeemann, a toujours plus ou moins bouleversé le cours historique de l’art. De cette prochaine édition l’on attend donc beaucoup, mais comme toujours le mystère est volontairement maintenu sur les détails de la programmation.

40 ans après celle de 1972, où Harald Szeemann convoquait les artistes des avant-gardes des Seventies, documenta 13 promet un regard acéré sur notre contemporanéité en même temps qu’elle révélera forcément une nouvelle génération. Comme elle installera certainement les premiers jalons de ce que produira ce XXIe siècle qui s’annonce d’ores et déjà étonnant : une nouvelle ère pour l’art comme pour ce monde en pleine mutation.

La directrice artistique de documenta cette année n’est autre que l’actuelle conservatrice du Castello de Rivoli, Carolyn Christov-Bakargiev, et elle a commencé à prendre ses marques avec l’inauguration en 2010 de la sculpture Idee di Pietra de Giuseppe Penone, artiste invité pour la 13e édition, un arbre à fruit de pierre fiché dans les jardins de Cassel. Si on ne sait pas grand chose de son programme artistique, quelques indices néanmoins nous permettent de penser que ce nouveau cru, comme les précédents, tentera de porter une réflexion globale sur la création comme sur notre monde en marche.

Cet aspect d’un débat généralisé et d’une réflexion théorique a toujours hanté les documenta et celle-ci n’échappe pas à la règle. De nombreux chercheurs, philosophes, sociologues, théoriciens de l’art, anthropologues seront présents, ainsi que des artistes d’autres disciplines que l’art contemporain. On peut donc penser légitimement que cette aventure qui ouvre dans quatre mois s’avèrera foisonnante d’idées et d’initiatives nouvelles.

Comme toujours, et le mystère aidant, de nombreuses rumeurs courent sur l’organisation de la manifestation, sans que l’on sache réellement si elles sont fondées : manque de préparation, difficultés à trouver des hébergements pour les artistes, difficultés techniques, on dit à peu près tout et n’importe quoi dans la presse allemande ou sur les réseaux sociaux. De même, la fameuse polémique du météore argentin « El Chaco », vieux de 4000 ans et appartenant de fait à une tribu autochtone depuis la nuit des temps, qu’un des artistes de documenta voulait exporter d’Argentine pour sa participation à l’exposition, a suscité beaucoup d’émotion diplomatique et fait les choux gras de la presse grand public. Ce qui, on s’en doute, n’arrange pas forcément les affaires du staff de presse de documenta, déjà remplacé trois fois en deux ans, qui se retrouve débordé par une polémique qui ne lui appartient pas.

Il faut dire que la communication de documenta n’est pas son fort. A sa décharge, il est certainement très difficile de maîtriser la communication d’une telle manifestation internationale, surtout lorsqu’on a pour directives de ne laisser filtrer que le strict minimum. Il n’empêche que le mystère s’épaissit et que tout le monde a hâte d’enfin connaître les détails de ce programme artistique bien gardé.

Outre Penone, l’on sait néanmoins déjà que l’artiste français Pierre Huyghe est l’un des heureux invités de cette 13e édition. Il y présentera certainement ses histoires de Lapins, dont on ne sait quelle métaphore les travaille, à travers au moins un film dont il a déjà proposé le trailer à la presse il y a quelques semaines. De même, dans le registre « stars », Lawrence Weiner est-il d’ores et déjà annoncé, et on ne doute pas qu’il réalise pour documenta une oeuvre exceptionnelle. Pour le reste, l’on sait qu’il y aura beaucoup de jeunes artistes tout à fait inconnus, et d’autres un peu moins, à peine « émergents », ce qui semble parfaitement cohérent avec l’esprit de défrichage et de découverte qui a toujours guidé les directeurs de documenta.

On sait aussi que depuis 2011, documenta a décidé de publier une série de carnets sous forme de notes, proposés à une centaine de participants d’horizons divers (artistes, poètes, critiques, chercheurs en sciences humaines… ) et dont la direction éditoriale a été confiée à Chus Martínez, qui n’est autre que le conservateur du MACBA de Barcelone. Cette série de publications se compose de fac-similés de carnets existants, des essais en cours, des collaborations, et des conversations. Les carnets sont édités dans trois formats différents (A6, A5, B5) dans une gamme de 16 à 48 pages.

la troisième fournée de ces auteurs « portables » fait intervenir Ida Applebroog, Walter Benjamin et Nikola Doll, Jill Bennett, George Chan et Fernando García-Dory, Carolyn Christov-Bakargiev, Salvador Dalí et Ignacio Vidal-Folch, Dietmar Dath, Jimmie Durham, Nawal El Saadawi, Matias Faldbakken, Édouard Glissant et Hans Ulrich Obrist, Avery F. Gordon, Boris Groys, Daniel Heller-Roazen, Sonallah Ibrahim, David Link et Geoff Cox, Ada Lovelace et Joasia Krysa, Stephen Muecke, Ingo Niermann et Chus Martínez, Ana Prvacki et Irina Aristarkhova, Andrew Ross, Enrique Vila-Matas sur Thomas Mann, et Theodor W. Adorno. Comme on le voit, le spectre est large, et l’idée en soi plutôt idoine, puisqu’il s’agit au bon sens du terme de documenter un événement qui, en soi, est conçu pour cela.

Hormis ces quelques éléments d’information, rien ou presque n’a filtré de plus d’un programme qui continue avec délectation d’entretenir son -relatif tout de même- mystère. Et si Carolyn Christov-Bakargiev multiplie les interventions laconiques dans les quelques conférences de presse qu’elle consent, les secrets de documenta 13 demeurent bien gardés, pour l’instant au moins. Il ne nous reste qu’à attendre le 9 juin prochain pour les découvrir et nous l’espérons, nous en délecter.

Ludivine Michel

DOCUMENTA 13 / 6/06/2012 > 16/09/2012 / Cassel / Germany / Infos : http://d13.documenta.de/

LIRE AUSSI :
- Portrait de Carolyn Christov-Bakargiev : http://wp.me/p1JWTy-12t
- Giuseppe Penone, « Idee di Pietra », une sculpture pour documenta 13 : http://wp.me/p1JWTy-PS

. La revue INFERNO, Art, Scènes, Attitudes, se devait de ne pas manquer ce rendez-vous. A cette occasion, du 9 juin au 16 septembre 2012,  nos équipes relaieront sur le site de la revue la multitude de manifestations liées à cette DOCUMENTA treizième du nom.

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s