IMPUISSANCE INTERNATIONALE : LES MANUSCRITS DE TOMBOUCTOU PILLES PAR LES ISLAMISTES DU MALI, la communauté internationale ne réagit pas !

TRIBUNE.
TOMBOUCTOU : Le patrimoine mondial de l’humanité pillé par les islamistes.

On prend les mêmes et on recommence. Après le sac des Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan, la destruction délibérée des fresques paléo-chrétiennes de la vallée d’Ilhara en Turquie, voici que les obscurantistes islamistes s’en prennent à la plus ancienne et la plus complète bibliothèque de l’Islam. Un trésor censé être protégé par l’Unesco, que les guerriers touaregs soi-disant "rebelles", sous l’emprise de l’AQMI, se sont empressés de piller pour en revendre les pépites. Qu’attend la communauté internationale pour réagir ?

Tombouctou fut longtemps -et est toujours- un centre intellectuel de l’Islam. L’antique cité caravanière dite "la perle du désert", est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. A l’intérieur de la vieille ville, les centres de conservation du patrimoine écrit de l’Islam, parmi les plus anciennes bibliothèques de manuscrits au monde, sont l’objet depuis le coup d’Etat malien de pillages systématiques de la part des islamistes armés sans que cela n’émeuve personne, ou presque.

Comme d’habitude, ces braves gens de l’ONU, de l’UNESCO et autres agences internationales ne bougent pas. Trop risqué ? Peur de se mettre à dos une toute petite poignée d’illuminés qui entend s’enrichir sur le dos d’un patrimoine mondial ? Peur de remuer des inimitiés dans cette région hautement sensible, où pullulent les barbouzes occidentales et les réseaux islamistes ? Peur de froisser la souveraineté de pays limitrophes, comme l’Algérie dont le dictateur Bouteflica se contrefiche éperdument du patrimoine culturel ? Mystère. Quoiqu’il en soit, nous assistons impuissants à la disparition d’un trésor spirituel de l’humanité, sans que personne ne réagisse.

Certes, la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé lundi 16 avril à une "action" en accord avec les pays frontaliers du Mali, afin de faire cesser le vol et le dol de ces trésors de l’humanité que constitue le contenu des trois bibliothèques de Tombouctou. Malheureusement trop tard, puisqu’il semble que beaucoup de ces manuscrits, "trésors documentaires" de Tombouctou selon la bien-pensante et inefficace UNESCO, se soient d’ores et déjà envolés vers les collections étrangères, par la grâce d’une bande de pilleurs agissant au nom de l’Islam, de vulgaires voleurs en vérité.

"Les informations selon lesquelles les rebelles auraient pris le contrôle de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou ainsi que d’autres institutions culturelles sont très inquiétantes", dit madame Bokova. Et que fait-elle pour que cela cesse ? Rien, trois fois rien. Pourtant, et toujours selon ses propos, "Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis au Maghreb et en Afrique subsaharienne ou envoyés par des pèlerins des pays musulmans éloignés. Beaucoup datent de l’âge d’or de Tombouctou, entre le XIIe et le XVe siècle. Ils traitent de sujets variés allant de la théologie aux mathématiques, en passant par la médecine, l’astronomie, la musique".

Puisque visiblement madame Bokova ne peut -ou ne veut pas- faire cesser ce pillage généralisé, qu’elle n’intervient en aucune manière sur ses pairs à l’ONU ou dans les autres instances internationales, il faudrait donc laisser ce sac scandaleux se perpétrer en toute immunité ?

Mais il s’agit d’un patrimoine mondial. Et cela nous concerne tous. Le principal de ces fonds de conservation d’un patrimoine vieux de huit cents ans, fut fondé à Tombouctou en 1973. Le Cedrab, Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abrite près de 100.000 manuscrits. Un trésor de l’esprit, et une manne pour les trafiquants en tout genre, dont nos "libraires-antiquaires" et autres "bibliophiles" européens -et singulièrement parisiens- se pourlèchent déjà les babines.

Selon plusieurs sources, le mouvement islamiste "Ansar Dine", épigone d’Aqmi, a diligenté jeudi 12 avril plusieurs de ses miliciens pour piller le centre de documentation. Ils en sont ressortis avec de pleins sacs de documents pour certains vieux de près d’un millier d’années, qu’ils ont immédiatement remis à leur "emir", lequel s’empressera de les mettre à disposition du marché international. Un scandale su de tous, mais que pas un de nos éminents "experts" n’aura dénoncé, encore moins nos chers dirigeants internationaux, que les trésors de l’humanité, même ceux classés à l’UNESCO, n’émeuvent visiblement pas plus que cela.

Marc Roudier, avril 2012

Visiter : www.tombouctoumanuscripts.org

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s