MANIFESTA 9 : A GENK, L’ART VA AU CHARBON

Manifesta 9 / Biennale européenne d’art contemporain / Genk (Belgique) / du 2 juin au 30 septembre 2012. Inauguation le 1er juin 2012.

Pour sa 9e édition, Manifesta, biennale itinérante d’art contemporain a choisi l’ancien bassin minier du Waterschei à Genk. 39 artistes sont invités cette année à occuper les sites désormais en friche de cette région au grand passé industriel. Depuis sa création en 1996, Manifesta choisit les villes d’accueil en Europe en fonction de critères sociaux, politiques et géopolitiques. Après Rotterdam, Luxembourg, Ljubljana, Francfort, Murcia, San Sebastián, Trentino-Alto Adige, c’est donc à Genk que Manifesta 9 s’installe cette année du 2 juin au 30 septembre.

Cette 9e édition inaugurée ce soir 1er juin, est divisée en trois sections : la première se consacre aux œuvres historiques du 19è et 20 siècles, la deuxième propose aux artistes d’occuper de leurs oeuvres les sites du bassin minier, quant à la troisième, elle présente un panorama du patrimoine minier industriel.

Manifesta est la seule biennale itinérante d’art contemporain en Europe, faisant appel aux artistes et curators en provenance de l’Europe et du monde entier. Depuis sa première édition, il y a 15 ans, Manifesta s’est préoccupée de traverser les frontières, de franchir des bornes et de jeter des ponts. En incorporant des expositions, des performances, des expérimentations multimédias et des émissions, Manifesta 9 s’engage sur la recherche et les expérimentations d’artistes internationaux.

The Deep of the Modern, vise à créer un dialogue complexe entre diverses couches de l’art et de l’histoire. Le point de départ est la signification de l’ancienne région minière de la Campine belge en tant que haut lieu de l’imaginaire et les questions écologiques qui font partie du capitalisme industriel considéré comme phénomène global. S’inspirant des vestiges de la mine limbourgeoise de Waterschei à Genk, choisis pour abriter Manifesta 9, et de la « machine » géographique et écologique de l’industrie minière qui, au cours du 20e siècle, fit apparaître les cités-jardins, l’aménagement du territoire, les canaux, les routes et les voies ferrées, The Deep of the Modern
se divise en trois volets.

Poetics of Restructuring. Cette partie comprend des oeuvres issues de 39 artistes contemporains et met l’accent sur les réponses esthétiques et les commentaires personnels formulés à propos de la « restructuration économique » mondiale du système de production au début du XXIe siècle. Les oeuvres interagissent directement avec l’état délabré du bâtiment et de ses environs. Les conservateurs ont recherché un équilibre entre les vidéos, les installations et les autres médias, ainsi qu’une représentation variée, en termes de géographie et de genres, de la pratique artistique contemporaine.

The Age of Coal. Cette exposition d’histoire de l’art comprend des oeuvres datant de 1800 jusqu’au début du XXIe siècle et retrace l’histoire de la production artistique liée esthétiquement à l’ère industrielle. Cette réflexion sur un nouveau type « d’histoire de l’art matérielle » se décline en plusieurs thèmes qui présentent des oeuvres d’art dans lesquelles le charbon joue un rôle essentiel. Le charbon en tant que matière première principale de l’industrie, en tant que premier responsable du changement climatique, en tant que fossile influençant significativement les sciences naturelles, en tant que principal référent de plusieurs formes de la culture ouvrière, et en tant que matière symbolisant l’expérience de la vie moderne… Bref, Age of Coal se penche sur la manière dont le charbon a influencé et défini la production artistique.

17 Tons. Outre les deux parties consacrées à l’art, Manifesta 9 contient un élément nouveau : un aperçu de la production culturelle impulsée par la force des souvenirs des divers héritiers de l’industrie minière dans la Campine limbourgeoise et dans d’autres régions industrielles d’Europe. 17 Tons est le fruit d’une collaboration entre des personnes et des organisations qui, issues de diverses disciplines et différents services sociaux, continuent de s’adresser à la mémoire collective. Par leurs initiatives, elles cherchent à préserver l’héritage matériel et immatériel de l’industrie minière. Le titre de l’exposition fait également référence à la chanson la plus populaire parmi les mineurs du monde entier (16 Tons, enregistrée en 1946 par Merle Travis) et au titre de l’une des installations les plus célèbres de Marcel Duchamp (Sixteen Miles of String, 1942). Le décalage entre 16 et 17 suggère la nécessité d’aller au-delà du travail de mémoire sur l’industrie minière.

Bien que The Deep of the Modern soit divisée en plusieurs sections, toutes rassemblées dans le seul bâtiment de Waterschei, il existe également des propriétés thématiques, poétiques et méthodologiques qui relient l’ensemble des oeuvres entre elles. Leur sélection et présentation visent à créer des interactions qui dépassent les genres, les périodes et les positionnements dans le bâtiment. Nous espérons que les oeuvres contemporaines offriront de nouvelles perspectives sur les objets de l’histoire de l’art et les pratiques d’héritage présentés, et inversement. À cet égard, The Deep of the Modern mise sur la force de l’exposition et sur la capacité du public à donner du sens à l’ensemble de l’exposition, en découvrant et comparant les divers éléments de production culturelle.

Manifesta 9 entend donner une orientation nouvelle à Manifesta, sous forme de plaidoyer pour la production artistique et la connaissance historique en tant que lieux de la réflexion esthétique et sociale et de responsabilité intergénérationnelle. En ce sens, l’exposition reflète l’intervention complexe des oeuvres d’art, des images, des informations historiques et des organisations culturelles dans la production de modes de pensée modernes et postindustriels. Les trois expositions tentent d’explorer les liens intrinsèques entre, d’une part, l’art et la culture et, d’autre part, les processus sociaux qui déterminent et transforment notre regard sur des constructions sociales spécifiques.

MANIFESTA 9 / Du 02/06/2012 au 30/09/2012 / Dennenstraat, 5 | 3600 Genk Belgique. http://manifesta9.org/en/manifesta-9/

LISTE COMPLETE DES ARTISTES : http://manifesta9.org/en/news/artist-list-released/

Photographies: Kristof Vrancken, copyright Manifesta Foundation

RETOUR AUX NEWS

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s