"A LOUER" / PEEPING TOM : AU THEATRE DE LA VILLE AVANT LE FESTIVAL DE MARSEILLE

«A louer» / Cie Peeping Tom/ au Théâtre de la Ville du 29 Mai 2012 au 2 Juin puis au Festival de Marseille les 29 et 30 juin 2012.

«A louer», la dernière création de la compagnie bruxelloise Peeping Tom, déboule au Théâtre de la Ville. Ce qui semble "à louer", c’est ce château dans lequel vit une femme acariâtre, un peu folle et au visage aussi dure que celui d’une actrice de cinéma muet. Elle cohabite avec un larbin possédé par des forces inconnues: tel le protagoniste du film "Les chaussons rouges", ses jambes, mues par une force extérieure, l’entraînent dans une danse folle.

Bien que l’histoire commence avec ces deux personnages dans leurs rôles attendus de dominant et dominé, les rapports vont se renverser au fur et à mesure du fait des envies lubriques et indépassables de la dame sur son serviteur. Car lui, employé et non esclave, a tout droit de refuser les avances de sa maîtresse qui se retrouve de facto soumise à son bon vouloir.

Du reste, le château est un lieu inquiétant, peuplé de personnages variés qui se baladent de manière fantômatique : une vieille mezzo-soprano, obsédée par le succès et Catherine Deneuve, suivie par une foule de fans et par sa famille, des visiteurs très envahissants, ainsi que des hommes-rats qui grouillent un peu partout.

"A louer" est donc une fantaisie inquiétante qui nous plonge dans un cauchemar duquel on aimerait sortir. On y apprécie ses procédés typiquement cinématographiques, en particulier sur l’aspect temporel : accélérés, ralentis, et retour dans le temps. Les danseurs de Peeping Tom y démontrent leur virtuosité dont on ne peut qu’être convaincus (notamment le domestique coréen qui se mute, par la danse, en un véritable cyborg).

Mais c’est, en définitive, un peu court. Même si l’on peut admettre une fervente imagination, capable de créer peur, angoisse, obsessions, et rêves morbides, il manque un recul, une profondeur pour atteindre au moins le niveau de la provocation. Plusieurs thèmes, comme l’inceste, sont effleurés de façon désinvolte sans en tirer une quelconque épaisseur. Il est finalement dommage de concentrer tant de talent technique pour brader le fond.

Camilla Pizzichillo

«A louer» / Peeping Tom/ Théâtre de la ville / s’est joué du 29 Mai 2012 au 2 Juin 2012.

Prochaines représentations : 29-30 Juin Festival de Marseille.

Visuels : Compagnie Peeping Tom 2012 / © Herman-Sorgeloos

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s