TONY CRAGG, OEUVRES RECENTES, AU MUSEE DE SAINT-ETIENNE EN SEPTEMBRE

_Tony_Cragg_On_a_Roll_01[1]

TONY CRAGG : ŒUVRES RÉCENTES / Musée d’art moderne Saint-Étienne / 14 SEPTEMBRE 2013 5 JANVIER 2014.

Grande exposition à la rentrée au Musée de saint Etienne, où l’artiste britannique Tony Cragg exposera ses dernières pièces.

Anthony Cragg dit Tony Cragg, sculpteur britannique né en 1949 à Liverpool, vit et travaille à Wüppertal en Allemagne depuis 1977 où il enseigne également. De formation initiale scientifique, il s’oriente rapidement vers les beaux-arts au Gloucestershire College of Art and Design, à Cheltenham, de 1969 à 1970, à la Wimbledon School of Art puis au Royal College of Art de Londres. Lauréat de nombreux prix prestigieux (Turner Prize en 1988), il expose partout dans le monde et les plus grands musées d’art contemporain possèdent des oeuvres dans leurs collections.Il a récemment été invité au Musée du Louvre où l’intégration de ses sculptures aux collections d’art ancien a enthousiasmé les visiteurs.

Tony Cragg a une longue histoire avec Saint-Étienne, puisque le Musée d’art et d’industrie lui a offert en 1981 sa première exposition en France. Le Musée d’art moderne de Saint-Étienne Métropole possède trois sculptures de cet artiste, La lune bleue (1980), Pan Dice (1999/image) et Clear Glass Stack (1999) qui sont parmi les pièces majeures de la collection.

Représentant du mouvement de la Nouvelle sculpture anglaise né au début des années 1980 – auquel appartient également Anish Kappoor -, il travaille à partir de matériaux ordinaires qu’il soumet à transformation. Fin observateur de son époque, de la société de consommation, il récupère des matériaux destinés à être jetés ou détruits et les assemble sous forme de mosaïques murales (La lune bleue, 1980).

Par la suite, il commence à développer son travail à partir de matériaux plus traditionnels comme le bois, le bronze et le marbre. Renouvellant constamment ses formes, il reste proche de l’évocation du corps humain qui n’est jamais très éloigné. Il produit des œuvres monumentales pouvant peser plusieurs milliers de kilos avec une maîtrise technique exceptionnelle.

Il développe ainsi un véritable « alphabet de sculpture » en diversifiant  l’usage des matériaux de base. Il installe ses compostions sur les murs ou le sol. Plus tard, il recouvre des formes avec ces objets de récupération (Pan Dice, 1999).

A Saint-Étienne, Tony Cragg offre aux visiteurs l’exclusivité de ses dernières productions et une sélection d’œuvres en bois, en acier, en marbre et en bronze de 1989 à aujourd’hui. Une série de dessins viendra compléter cette proposition, dessins que l’artiste considère comme des œuvres à part entière et non des croquis préparatoires. L’espace de la grande salle du Musée d’art moderne se prête magnifiquement à l’accueil des ses sculptures de très grande taille.

http://www.mam-st-etienne.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives