GENESIS P-ORRIDGE, « LOYALTY DOESN’T END WITH DEATH », KANAL BRUXELLES

GENESIS (BREYER) P-ORRIDGE – Loyalty Doesn’t End with Death – Kanal Centre Pompidou, Bruxelles – 18 mars, 2021 — 25 avril, 2021.

Artiste des limites, figure culte, à l’origine de la musique industrielle, personnalité publique engagée sur le champ de bataille du genre, Genesis P-Orridge s’est éteinte à New York en mars 2020. Depuis cinquante ans, elle avait entretenu une correspondance artistique avec John M Armleder, qui a souhaité lui consacrer une exposition.

Genesis (Breyer) P-Orridge, ou GPO, né Neil Andrew Megson était une artiste, performeuse, musicienne, chanteuse, poètesse d’origine anglaise. Dès 1969, elle fonde avec Cosey Fanni Tutti le collectif COUM Transmissions, groupe d’artistes, de performeurs et de musiciens, basé en Grande Bretagne et actif en réseau, notamment par l’intermédiaire des circuits du Mail Art. Leurs actions radicales, violentes, extrêmes, caractérisées par une esthétique de la subversion, de l’expérience des limites et de la provocation, marquent l’ensemble de la carrière et de la vie de GPO.

En 1976, Chris Carter et Peter Christopherson rejoignent le groupe. Ce sera la naissance de Throbbing Gristle, art band à l’intersection de la musique électronique et du rock, de la musique bruitiste et des arts visuels et considéré comme étant à l’origine de la musique industrielle, mouvement d’une importance majeure pour l’histoire des avant-gardes sonores. S’ensuivra la création du groupe culte Psychic TV dont l’activité perdurera durant une vingtaine d’années.

En 1993, GPO rencontre Lady Jaye, née Jacqueline Breyer. Ensemble elles décident de faire converger leurs identités, de devenir une entité “pandrogyne”, grâce à l’aide de la chirurgie esthétique. Armleder découvre les activités de GPO dès les années 1960 par l’intermédiaire du groupe Ecart, qu’il co-anime à Genève. Ensemble, ils entretiennent une correspondance fournie, un lien qui se prolongera durant cinq décennies. GPO s’est malheureusement éteinte à New York en mars 2020, alors qu’elle travaillait à son exposition dans le cadre de It Never Ends.

Cette exposition offre un aperçu, à travers ses échanges avec Armleder, de l’ensemble de son œuvre: des collages qui lui valurent un procès avec le General Post Office anglais pour pornographie, ses oeuvres pandrogynes, une toute nouvelle série de sérigraphies, réalisées en collaboration avec l’artiste américain Eric Heist.

An artist who pushes out limits, a cult figure, originally part of the industrial music scene, a public figure committed to the gender battle, Genesis P-Orridge died in New York in March 2020. For 50 years she maintained an artistic correspondence with John M Armleder, who wanted to dedicate an exhibition to her.

Genesis (Breyer) P-Orridge, or GPO, né Neil Andrew Megson, was an English artist, performer, musician, singer and poet. In 1969, together with the Cosey Fanni Tutti the COUM Transmissions collective, she founded a variable geometry group of artists, performers and musicians, based in Great Britain and that operated within a network, mainly through the Mail Art channels. Their actions that were radical, violent, extreme, characterised by an aesthetic of subversion, the experience of going to the limit and provocation marked the entire career and life of GPO.

In 1976, Chris Carter and Peter Christopherson joined the group. This marked the birth of Throbbing Gristle, an art band at the crossroads of electronic and rock music, of noise music and the visual arts, and considered as the cradle of industrial music, a movement of major importance for the history of avant-garde sound. The cult group Psychic TV followed and remained active for around 20 years.

In 1993, GPO met Lady Jaye, née Jacqueline Breyer. Together, they decided to link their identities and become a « pandrogynous » entity with the help of cosmetic surgery. Armleder discovered GPO’s activities in the 1960s through the Ecart group that he co-led in Geneva. Together, they maintained an intense correspondence, a bond that lasted for five decades. GPO sadly passed away in New York in March 2020 while working on her exhibition that was to be part of It Never Ends.

Thanks to her exchanges with Armleder, this exhibition provides us with a glimpse of all of her work: from collages which earned her an appearance in court with the English General Post Office for pornography to her pandrogynous works, through a whole new series of silkscreens produced in collaboration with the American artist Eric Heist.


Images: 1- Genesis P-Orridge, Snowflakes Wallpaper, 2020. Design: Sam Zimmerman.© Courtesy New Discretions / Invisible Exports, New York / 2- Genesis P-Orridge, Touching of hands – 2016, Bronze, steel, patine 51 X 51 X 50 cm Photograph by Adam Stone / 3- Genesis Breyer P-Orridge, Cruciform (Sigil Working), 2005, Polaroids, gold leaf, C-print on Plexi 178 x 137cm. Photograph by Adam Stone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives