« GARDIEN PARTY », L’ENVERS DU DECOR

gardien-party-de-mohamed-el-khatib-et-valerie-mrejen

Lausanne, correspondance.

« Gardien Party » –  Mohamed El Khatib / Valérie Mréjen – Au théâtre de Vidy du 10 au 16 décembre (Hors les murs: Musée Cantonal des Beaux Arts), Lausanne.

Agents de surveillance, agents d’accueil, agents de sécurité… ce sont les gardiens et gardiennes de musée. Ceux et celles qui nous voient regarder… qui possèdent l’art d’être présents tout en paraissant absents. Celles et ceux qui doivent garder le silence et surtout ne rien commenter.

Cette performance offre la parole à un corps de métier qui n’en a guère si ce n’est pour indiquer le chemin des toilettes… Valérie Mréjen et Mohammed El Khatib ont conçu ce spectacle en récoltant les témoignages de ces professionnel.le.s dans divers musées internationaux. De cette riche matière, ils ont façonné un texte percutant, alliant l’humour et la bienveillance, pour décrire avec humanité cette activité cosmopolite.

Six gardien.ne.s de musées internationaux s’approprient le texte dans leur langue d’origine (surtitrée). Margarita, Seung Hee, Carolina, Robert et David sont assis ou debout, alignés devant un mur qu’ils habilleront de leur oeuvre préférée au cours de la pièce. Ils prennent la parole à tour de rôle en première partie, racontant les anecdotes qui émaillent la pratique de leur profession, mais aussi leurs impressions personnelles face aux commentaires des visiteurs, leurs rapports aux oeuvres et leur manière d’occuper un temps possiblement ennuyeux: la pire des expos, celle d’Ai Weiwei, où tu as dû répéter à longueur de journée de ne pas toucher les graines de tournesol. La fois où tu entends un parent mettre en garde son enfant qui pourrait bien « finir comme ce monsieur s’il n’est pas sage ». Les oeuvres sonores, les pires, celles qui marquent le temps toutes les vingt minutes. Quand tu te mets en « hibernation muséale ». Ou lorsque tu entends à nouveau la sempiternelle blague du guide-conférencier. Et puis observer les visiteurs, leurs enthousiasmes, leur indifférence, leurs postures.

Le sixième gardien a droit à la scène pour lui seul. Il se nomme Jean-Paul. Il est marseillais, issu d’une famille nombreuse et d’un milieu ouvrier. Il travaille la nuit, découvrant une intimité particulière avec les oeuvres exposées lorsque c’est la lumière de sa torche qui les dévoile. Il témoigne de sa gratitude pour ce métier qui lui a permis de prendre la diagonale et de « danser » sa vie autrement. Un hommage à sa profession qu’il conclut par une dédicace, telle une offrande, à un grand artiste récemment disparu.

Jouée par de véritables gardien.ne.s de musée, cette pièce habilement menée offre un regard réjouissant sur ce métier négligé, souvent discrédité et pourtant indispensable. A coup sûr, on ne les regardera plus de la même façon après l’avoir vue.

Martine Fehlbaum,
à Lausanne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :