JOHAN MUYLE, « A BOCCA CHIUSA », BELGIAN GALLERY BRUXELLES

mail

JOHAN MUYLE – « A Bocca Chiusa » – Curated by Philippe Van Cauteren – Belgian Gallery Brussels – opening: Thursday 21 April 16-21pm – exhibition 22.04 – 28.05 2022.

L’exposition A BOCCA CHIUSA dévoile le résultat d’un travail d’atelier d’un an qui a débuté en mai 2021 pour aboutir à de nouvelles installations sculpturales. Ces dernières ont toutes pour dénominateur commun l’utilisation de la statuaire historique comme point de départ de l’œuvre, une démarche récente dans le travail de Johan Muyle.

L’artiste corrèle cette poursuite d’un tournant dans son œuvre à sa visite du musée RODIN. Le fait d’y avoir vu certaines œuvres, dont les interventions de Rodin sur des vases étrusques, l’ont encouragé à poursuivre sa recherche liée à la statutaire historique. Cette visite l’a également conforté dans l’idée de produire de nouvelles œuvres avec pour appui le travail de sculpteurs de la fin 19ème, début 20ème : deux des œuvres de l’exposition ont, pour point de départ, des plâtres de Constantin Meunier.
« J’ai redécouvert l’œuvre de Rodin ; j’en comprends, aujourd’hui, l’audace, l’irrévérence et l’auto-‘iconoclastie’ ; l’œuvre de Rodin est une leçon. Ces nouvelles propositions doivent être comprises comme des hommages à certains de mes pairs. »

Les œuvres se veulent syncrétiques. Elles sont hybrides par la diversité des sources des images utilisées et allégoriques par la pensée qu’elles contiennent. L’œuvre d’Érik Satie et particulièrement VEXATIONS (consistant dans la répétition 840 fois de suite du même motif musical) a accompagné la réalisation des œuvres. D’ailleurs la pièce musicale trouve sa place dans l’installation A BOCCA CHIUSA, qui donne son titre à l’exposition. Bien que composée en 1893, l’œuvre ne fut ni imprimée ni jouée du vivant d’Érik Satie.

Le titre de l’exposition A BOCCA CHIUSA est lui-aussi emprunté au monde de la musique. A BOCCA CHIUSA (bouche fermée en italien) indique le mode d’exécution de chœurs sans paroles. Avec ces nouvelles productions, Johan Muyle signe, une fois encore, un travail aux évocations multiples. Se référant à un principe du cinéma d’auteur : un sujet apparent et des sujets réels. Par analogie et sous le principe de la métaphore, A BOCCA CHIUSA évoque la place de l’artiste dans le monde contraint, ses paroles ne devenant plus que de légers sons.

Johan Muyle (1956) est l’un des artistes belges les plus importants de sa génération. Un parcours ininterrompu de 40 années, de ses assemblages d’animaux taxidermés et des assemblages fabriqués avec l’aide des artisans des rues de Kinshasa à ses motos customisées en passant par ses peintures monumentales confiées aux peintres affichistes de Chennai, l’œuvre de Johan Muyle s’est nourrie de ses nombreuses rencontres et collaborations à travers le monde. Les savoir-faire, les croyances, les rituels, les imageries et les contes populaires qu’il y découvre alimentent son intérêt pour l’altérité et sa foi en un humanisme pourtant maltraité. Par le biais d’assemblages motorisés, d’aphorismes cryptés ou d’œuvres performatives, Johan Muyle réalise des allégories énigmatiques qui nous interpellent sur l’état du monde et ses contradictions. Réagissant à l’actualité, il s’empare et détourne ainsi des faits divers et des événements historiques dans le but de dénoncer la vanité humaine, la barbarie des pouvoirs ainsi que l’hypocrisie des religions et de la société du spectacle. Mais aussi de montrer, comme le disait Jean-Luc Godard, que « la civilisation est dans les peuples ».

L’œuvre de Johan Muyle a été mise à l’honneur en Belgique (BPS 22 musée, La Centrale for contemporary art – Europalia Inde, BOZAR, MUZEE, MACS,…) et à l’étranger (Biennale de Sao Paulo, Biennale de Venise, Chili, Cuba, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Corée, Chine, France, Pologne, Danemark, Allemagne, Pays-bas, Autriche, Sénégal, Afrique du sud,…), le MACS musée du Grand-hornu (be) lui a consacré une rétrospective en 2020/2021. Ses œuvres ont été acquises par de nombreuses collections publiques et privées, tant en Belgique qu’à l’étranger.

—————————-
The A BOCCA CHIUSA exhibition unveils the result of a year-long studio work that began in May 2021 to culminate in new sculptural installations. The latter all have as a common denominator the use of historical statuary as a starting point for the work, a recent approach in the work of Johan Muyle.

The artist correlates this pursuit of a turning point in his work with his visit to the RODIN museum. The fact of having seen certain works there, including Rodin’s interventions on Etruscan vases, encouraged him to continue his research related to historical statuary. This visit also reinforced his idea of ​​producing new works based on the work of sculptors from the late 19th and early 20th centuries: two of the works in the exhibition have, as their starting point, plaster casts by Constantin Meunier.
« I rediscovered the work of Rodin; I understand, today, its audacity, irreverence and self-‘iconoclasty’; Rodin’s work is a lesson. These new proposals should be understood as tributes to some of my peers. »

The works are meant to be syncretic. They are hybrid by the diversity of the sources of the images used and allegorical by the thought they contain. The work of Érik Satie and particularly VEXATIONS (consisting of the repetition 840 times in succession of the same musical motif) accompanied the production of the works. Moreover, the musical piece finds its place in the installation A BOCCA CHIUSA, which gives its title to the exhibition. Although composed in 1893, the work was neither printed nor performed during Érik Satie’s lifetime.

The title of the exhibition A BOCCA CHIUSA is also borrowed from the world of music. A BOCCA CHIUSA (mouth closed in Italian) indicates the mode of execution of choirs without words. With these new productions, Johan Muyle signs, once again, a work with multiple evocations. Referring to a principle of auteur cinema: an apparent subject and real subjects. By analogy and under the principle of metaphor, A BOCCA CHIUSA evokes the place of the artist in the constrained world, his words becoming only light sounds.

Image copyright the artist

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives