EN FEVRIER, UN FESTIVAL TRISHA BROWN A L’OPERA DE LYON

05e1808696[1]

FESTIVAL TRISHA BROWN / Ballet de l’Opéra de Lyon / Trisha Brown Company / Du 9 au 17 février 2013 / Opéra de Lyon.

Trisha Brown par le Ballet de l’Opéra de Lyon : Newark / For M.G. : The Movie / Du 9 au 13 février 
Trisha Brown par la Trisha Brown Dance Company : Watermotor / Les Yeux et l’âme / Set and Reset / I’m going to toss my arms; if you catch them, they’re yours / Du 15 au 17 février 

En février, un Festival met à l’honneur les liens privilégiés qui se sont créés entre le Ballet de l’Opéra de Lyon et la Compagnie Trisha Brown, avec deux programmes en miroir qui retracent l’œuvre d’une figure légendaire de la création contemporaine.

En février 2000, on assistait à un événement inédit : l’entrée au répertoire d’une pièce de Trisha Brown au répertoire d’une compagnie autre que la sienne. La chorégraphe avait alors confié Newark au Ballet de l’Opéra de Lyon. Faisant toujours figure d’exception avec 3 pièces de Trisha Brown à son répertoire, le Ballet interprétera pour la première fois For MG : The Movie, un hommage magistral à Michel Guy (créateur du Festival d’Automne et Ministre de la Culture sous Valéry Giscard d’Estaing).

Ces 4 pièces ouvrent un large éventail de l’œuvre de Trisha Brown, de la fin des années 70 à nos jours. C’est tout un pan de l’histoire de la danse contemporaine qui est ici représenté.

Trisha Brown Dance Company / Water Motor / 1978 :
Water Motor ou Watermotor est au départ un solo de Trisha Brown, répété à deux vitesses différentes, le premier à un rythme “normal” et le second au ralenti, filmé par Babette Mangolte. Il s’inscrit dans le cycle accumulations dont Line Up marque la césure. Viendront ensuite Glacial Decoy, première pièce dans une boîte noire et …

Set and reset / 1983 :
L’une des oeuvres majeures de Trisha Brown. Composée avec la complicité de Rauschenberg à la scénographie et aux costumes, et celle de Laurie Anderson à la musique, cette pièce marque la consécration de la gestuelle fluide de la chorégraphe et de ses trajectoires complexes. Comme si
le corps était la matérialisation d’un flux continu, l’eau d’une rivière en mouvement.

Les yeux et l’âme / 2011
Dans Les yeux et l’âme, la chorégraphe explore le rapport à la musique baroque dans une danse à la musicalité surprenante. Faisant suite à la commande de l’opéra Pygmalion de Jean-Philippe Rameau, Les yeux et l’âme (en français dans le texte) est une courte pièce où la danse s’envole, littéralement portée par la partition.

I’m going to toss my arms ; if you catch them, they’re yours / 2011
La pièce la plus récente du programme est une brillante démonstration de l’art chorégraphique de la chorégraphe américaine. Sur le piano d’Alvin Curran, sa danse se déploie comme une calligraphie en mouvement. Ici, Trisha Brown revient à l’essentiel, et compose un chef-d’oeuvre.

_8677559551[1]

Visuels copyright Trisha Brown Company / Opéra de lyon.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives