A LA UNE D’INFERNO #38

INFERNO ARTS, SCENES, ATTITUDES
il n’y aura pas de miracles ici


72e FESTIVAL D’AVIGNON Le 72e Festival d’Avignon ouvre ses portes ce 6 juillet avec un programme copieux, et plutôt diversifié. Théâtre contemporain bien sûr, mais également de la Danse et de la Performance, et un fil rouge qui sous-tend la plupart des spectacles de cette édition 2018, « Le Genre ». Evidemment INFERNO comme chaque année suit l’intégralité du festival avec ses envoyés spéciaux sur place tout le mois de juillet. Découvrez avec nous chaque jour la diversité et l’inventivité de cette 72e édition, en consultant notre rubrique « Festival d’Avignon », abondée en continu de compte-rendus et d’interviews… ALLER SUR NOTRE RUBRIQUE FESTIVAL


BIENNALE DE DANSE DE VENISE Foule des grands soirs à l’Arsenal de Venise pour la remise du Lion d’or à la chorégraphe américaine Meg Stuart – mais qui a fait l’essentiel de sa carrière à Bruxelles en Belgique avec sa Compagnie Damaged goods. Elle, toute intimidée, robe noire, talons hauts, chevelure blonde bien lissée, remerciant avec une voix fluette tout un tas de gens (dont son fils Paul, qui est là, touchant !) et donnant son point de vue sur son travail qui a débuté à l’orée des année 1990 avec des œuvres, déjà inclassables, comme « Disfigure Study », ou « No Longer Ready Made » ou encore « No One Is Watching »… car, c’est un peu ça l’œuvre de Meg Stuart, quelque chose entre cette danse américaine qui a révolutionné la danse classique avec des gens comme Martha Graham ou Merce Cunnigham et des improvisateurs inspirés comme Simone Forti, Steve Paxton ou la très grande Trisha Brown… LIRE LA SUITE .

 


AÏ WEIWEI NARGUE VENISE « The Gilded Cage » est le titre de la nouvelle oeuvre monumentale d’Ai Weiwei, installée par la Fondation Berengo dans le jardin du Palais Franchetti à Venise, qui accueille lors de chaque Biennale d’Art son fameux « Glasstress », où de nombreux artistes internationaux présentent une oeuvre spécifique réalisée avec le matériau verre, bel exercice de style qui colle à la supposée « tradition » vénitienne, même si depuis des lustres la verroterie de Murano provient directement de Shanghai. Juste retour du boomerang chinois, dirait-on… LIRE LA SUITE


LAETITIA DOSCH, « HATE » Créé en juin de cette année au théâtre de Vidy-Lausanne ce spectacle de Laetitia Dosch va assurément faire parler de lui, d’elle et d’eux. « Lui » c’est ce spectacle, atypique, poétique, fort, coup de poing, cri. « Elle » c’est Laetitia Dosch qui ne se donne pas à moitié mais entièrement, sans fard, libre durant plus d’une heure, sur scène face au public, avec ses choix, ses faiblesses, ses lâchetés et ses doutes mais aussi avec toute sa générosité et une sensibilité débordante qui engloutit tout sur son passage. « Eux » c’est ce couple improbable formé par la performeuse Laetitia Dosch et « Corazon », un cheval de pure race espagnole… LIRE LA SUITE


DANCING WITH MYSELF Pendant que la Biennale d’architecture bat son plein et que celles de la danse et du théâtre apportent leur lot de visiteurs et de surprises, il est évident que la présentation des œuvres d’Albert Oehlen au Palazzo Grassi n’attirera pas les foules comme ce fut le cas l’année dernière avec l’exposition des œuvres de Damien Hirst… Dommage mais compréhensible aussi car les œuvres de Albert Oehlen sont moins attirantes à tous égards que celle du trublion britannique et si la force des œuvres de Oehlen réside dans leur concept, elles sont loin d’être aussi grand public… En revanche, la présentation de « Dancing with myself » à la Punta della Dogana réserve de belles surprises… LIRE LA SUITE


MANIFESTA 12, PALERME MANIFESTA se tient à Palerme depuis le 16 juin jusqu’au 4 novembre 2018… Rencontre et entretien (en anglais) avec l’une des curatrices de l’épisode palermitain de la manifestation internationale, Mirjam Varadinis curatrice également au Kunsthaus de Zurich… LIRE LA SUITE

 

ALLER SUR « NEWS »
RETOUR A LA UNE/HOME PAGE

 ISSN 2258-6474

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN