A LA UNE D’INFERNO #40

INFERNO ART, SCENES, ATTITUDES
il n’y aura pas de miracles ici


ANA MENDIETA Première exposition muséale de grande envergure consacrée à l’œuvre filmique d’Ana Mendieta (La Havane, 1948-New York, 1985), artiste cubano-américaine reconnue internationalement, « Ana Mendieta. Le temps et l’histoire me recouvrent » à La Monnaie de Paris rassemble vingt films et près d’une trentaine de photographies associées. Ana Mendieta est considérée comme l’une des artistes les plus prolifiques et novatrices de la période de l’après-guerre. Les expositions qui lui ont été récemment consacrées en Europe (Berlin, Londres, Prague, Salzbourg, Turin et Umeå) ont mis en lumière la puissance de sa vision artistique tout autant que l’influence qu’elle a exercée sur les générations d’artistes lui ayant succédé, une œuvre dont le retentissement sur le public de tous âges et de toutes origines ne se dément pas… LIRE LA SUITE


MARINA ABRAMOVIC A FLORENCE Jusqu’au 20 janvier 2019, la performeuse radicale Marina Abramović fait l’objet d’une exposition majeure au Palazzo Strozzi de Florence. Cet événement est l’unique rétrospective de l’artiste pour la première fois montée en Italie, proposant un parcours exceptionnel sur ses travaux depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui. Incluant vidéos, photographies, peintures, installations, objets et documents, cette exposition retrace le travail exemplaire de l’une des plus grandes artistes de la fin du XXe siècle. Des reproductions « live » de ses plus fameuses performances sont également proposées par de jeunes performeurs… LIRE LA SUITE


PORTRAIT : PIOTR PAVLENSKI L’artiste radical russe Piotr Pavlenski, ayant mis le feu à la porte de la Banque de France en octobre 2017, est sorti de la prison de Fleury-Mérogis après 11 mois d’enfermement. Devenu célèbre en Russie grâce à ses performances (l’artiste lui-même dénonce ce terme, en l’attribuant à ce qui se passe dans l’espace des galeries et en qualifiant ses gestes tout simplement d’« actions ») auto-flagellantes dirigées contre le président Vladimir Poutine, Pavlenski, avec sa performance parisienne, a complément changé la perception de son œuvre en Occident : désormais il n’est pas possible de le présenter comme un activiste démocratique classique à l’instar de Jan Palach… LIRE LA SUITE


BIENNALE DE DANSE DE LYON retour sur la 18e BIENNALE DE DANSE DE LYON, dont le programme, plutôt inégal dans l’ensemble, a laissé place tout de même à quelques jolies surprises… Maguy Marin, Peeping Tom, Rachid Ouramdane… De beaux artistes et quelques réussites… VOIR NOTRE DOSSIER .
 


INTERVIEW : LAETITIA DOSCH Vous avez créé le spectacle « Hate » pour le théâtre Vidy-Lausanne… Comment vous sont venues l’idée et la nécessité de ce texte et cette idée de jeu avec votre cheval Corazon ? – Au départ j’ai appelé le spectacle « Hate – Tentative de duo avec un cheval » car je ne savais pas ce qui allait fonctionner ou pas avec le cheval Corazon. Mais la première chose dont j’étais persuadée c’est que j’avais envie de prendre un risque et de faire quelque chose qu’on n’avait pas l’habitude de voir. Je voulais essayer de trouver une nouvelle forme théâtrale car je trouvais qu’on marchait trop dans les sentiers battus dans les spectacles que je voyais. Je me questionnais et je me questionne d’ailleurs toujours maintenant sur le théâtre que l’on doit faire aujourd’hui, car j’ai toujours l’impression de faire du théâtre avec dix ans de retard… LIRE LA SUITE

 

 

PIETRO MARULLO, « WRECK-LIST OF INSTINCT SPECIES » Lorsque dans des grondements sourds et répétés émerge de l’obscurité totale une gigantesque forme noire mouvante, sorte de soucoupe inquiétante sortie des flots qui vient jusqu’au premier rang lécher la tête des spectateurs, on se prend à penser au Liévathan, ce monstre biblique aux intentions fort peu catholiques. Et lorsque, glissant sur elle-même, cette forme indéfinissable (mi-bête, mi-vague) disparaît en coulisse pour revenir dans le même mouvement mais encore plus grosse, l’interrogation sur ses intentions n’est plus de mise. Surtout que l’instant d’après, en se retirant avant de réapparaître dans un mouvement incessant de flux et reflux dont l’opiniâtre régularité renferme en soi une menace récurrente impossible à endiguer, elle abandonne avant de le reprendre le corps statufié d’une danseuse entièrement dénudée… LIRE LA SUITE

ALLER SUR « NEWS »
RETOUR A LA UNE/HOME PAGE

ISSN 2258-6474

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN