Cie THEÂTRE DEPLIE, « LE PAS DE BÊME » & « LES BATTEURS » AU T2G

« Le Pas de Bême » – conception Théâtre Déplié – mise en scène Adrien Béal – du 12 au 14 octobre au T2G Gennevilliers / « Les Batteurs » – conception Théâtre Déplié – mise en scène Adrien Béal, collaboration Fanny Descazeaux – du 12 au 16 octobre au T2G et du 18 au 22 octobre au Théâtre Gérard Philipe – Saint-Denis

Récemment installée dans les murs du théâtre, la Compagnie Théâtre Déplié – Adrien Béal et Fanny Descazeaux est associée dès cette saison 2017- 2018 au T2G, l’occasion de voir en octobre Le Pas de Bême et Les Batteurs, deux spectacles emblématiques de leur démarche.

« Le Pas de Bême »
Que signifie ne pas vouloir ou, pour reprendre la célèbre expression du Bartleby d’Herman Melville, « préférer ne pas » ?
Poser cette question ce n’est pas forcément y répondre – cela serait d’ailleurs difficile –, mais s’attarder un peu au sein du réseau complexe de motifs qu’elle laisse entrevoir. C’est précisément à quoi se livrent Adrien Béal et ses comédiens dans Le Pas de Bême, création qui explore la figure de l’objecteur en s’inspirant, entre autres, du roman de Michel Vinaver, L’Objecteur. La pièce, issue d’une écriture collective, met en scène Bême, un lycéen qui systématiquement lors des devoirs sur table rend une copie blanche. Pourtant Bême est par ailleurs un élève sans problème – son geste en est d’autant plus déroutant. Il n’exprime ni colère ni révolte, mais sa détermination inexplicable ouvre un abîme et remet en question aussi bien l’ordre établi que les relations sociales les plus évidentes. Que rien justement ne soit évident c’est peut-être ce que laisse deviner l’objection à la fois discrète et profondément subversive de Bême.

« Les Batteurs »
Ressaisir le langage à sa source, le montrer dans son jaillissement, c’est-à-dire au plus urgent, voilà ce que propose Adrien Béal avec ce spectacle singulier à bien des égards.
Comme son titre l’indique, la parole n’y est pas portée par des comédiens, mais par six batteurs. Un choeur de batteurs (quatre hommes et deux femmes) pour être plus précis, qui renouent avec l’esprit du théâtre grec pour donner une idée de ce que pourrait être un choeur contemporain. Comme dans la tragédie antique, cette assemblée d’hommes et de femmes parle au nom de la cité, mais d’une cité dont le chef est absent. À partir de situations fictives élaborées collectivement, Les Batteurs entretisse récits et gestes, jeu et musique en un tout parfois éclaté remettant sans cesse en jeu la manière dont le groupe se compose ou se défait. C’est de la participation des individus à l’histoire collective dont il est question. Qui la raconte, qui la porte, qui la fait ? Que ce choeur contemporain soit de surcroît porté par des spécialistes du tempo que sont par définition les batteurs donne au spectacle une dimension de rituel moderne à la fois ironique et sensuel, dont l’énergie intense est profondément communicative.

Visuel :Le Pas de Bême (c) Martin Colombet

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN