TÊTE HAUTE : CREATION DE CYRIL TESTE ET MxM AU THEÂTRE GERARD PHILIPE

34-01[1]

Tête Haute : Cyril Teste Collectif MxM / texte Joël Jouanneau / 14 > 24 novembre 2013 : Représentations tout public – samedi 16 et 23 novembre à 18h, mercredi 20 novembre à 15h, dimanches 17 et 24 novembre à 16h / Théâtre Gérard Philipe, Saint Denis.

Cyril Teste et le collectif MxM créent « Tête Haute » au CDN Gérard Philipe à Saint-Denis, jusqu’au 24 novembre prochain.

« Avec le diptyque composé de Reset (2010) et SUN (2011), nous avons questionné l’enfant à l’endroit du plateau. Nous avons travaillé – et continuons de le faire – sur la thématique d’une enfance perdue, tout en essayant de trouver et de donner la parole à des enfants. Pour cela, nous faisons régulièrement des laboratoires d’écriture et d’improvisation avec la caméra et des enfants venant de divers horizons (Ferme du Buisson-Scène Nationale de Marne la Vallée, le CENTQUATRE-Paris, TGP-CDN de Saint-Denis). Ces laboratoires sont une façon pour moi d’écrire autour d’une enfance qui parle en son nom ; en effet, les rôles principaux de Reset et SUN sont des enfants âgés de 9 à 13 ans.

Dans la continuité de ce questionnement, nous désirons aujourd’hui non pas mettre des enfants sur le plateau, mais nous adresser à eux : travailler sur une écriture jeune public et leur donner à écouter. Notre travail, étroitement lié aux nouvelles technologies, s’est orienté petit à petit sur un questionnement : comment écrire de la poésie dite numérique ? L’ère numérique est une nouvelle forme d’environnement dans lequel les enfants se meuvent, se perdent, s’épanouissent. Naturel à leurs yeux, il compense pour certains l’ennui et le manque d’imaginaire ; pour d’autres, il ouvre des horizons nouveaux inattendus et non dénués de poésie.

C’est cet endroit que nous désirons interroger. Mais il s’agit également pour nous de continuer – comme nous le faisons depuis toujours, de composer tant avec les nouvelles technologies qu’avec les nouvelles écritures scéniques, au service d’un texte s’adressant à des enfants. Comment écrire une dramaturgie liée à ces outils ? Comment une grammaire s’opère autrement et invente de nouveaux modes narratifs ?

Je travaille depuis plusieurs années avec Joël Jouanneau, notamment sur l’écriture de Reset et SUN. Je souhaite poursuivre ici cette collaboration avec cet auteur sensible à l’écriture jeune public. Comment traverser la question du conte autrement ? Un conte qui s’écrirait tant dans sa thématique que dans son mode narratif. Partir de la question du conte traditionnel pour l’emmener vers une forme plus proche de notre relation au temps et à la narration ; car aujourd’hui les enfants sont liés à des modes narratifs et des représentations du monde allant des livres aux jeux vidéo, du dessin animé aux jeux de rôles, du théâtre à la TV.

(Cyril Teste)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives