BIENNALE DE LYON : YOANN BOURGEOIS, CELUI QUI TOMBE

© Geraldine Aresteanu

BIENNALE DE LA DANSE DE LYON : Yoann Bourgeois : « Celui qui tombe » / spectacle soutenu par la fondation BNP-Paribas / 20 – 21 septembre 2014 / Opéra de Lyon dans le cadre de la Biennale de la danse.

« Je cherche à situer mon théâtre sur cette crête aigüe où la chose apparaît. »

Son geste artistique est radical, la cohérence de sa démarche vise l’épure. Les dispositifs scéniques à partir desquels Yoann Bourgeois construit ses pièces ont la puissance des théorèmes. Pour sa dernière création, présentée dans le cadre de la Biennale de danse de Lyon, une surface plane – plancher, plateau suspendu au dessus du vaste plateau de l’Opéra – agit en tant qu’agrégat et condensateur de forces, pose les conditions d’émergence du « drame » à partir de principes cinétiques élémentaires.

La question des rapports, dans le sens spinozien du terme, nourrit les recherches de l’artiste : rapports à l’objet, rapports au temps, rapports au public, rapports à l’image. Le jeu, dont Yoann Bourgeois affectionne particulièrement la définition mécanique – espace laissé entre deux pièces pour leur permettre de se mouvoir librement – irrigue les différents aspects d’une œuvre à portée existentielle. L’élément humain n’est plus au centre de l’écosystème scénique, l’acteur devient vecteur de forces, agi et traversé par des flux qui le dépassent. C’est à partir de ce postulat de base que Yoann Bourgeois entame une véritable déconstruction circassienne : chercher à dégager les puissances propres de cette matière, simplifier, débarrasser, aller vers une plus grande lisibilité des forces. La danse et le théâtre viennent tout naturellement trouver des résonances dans une démarche qui défend les circulations, la polysémie et une nécessaire impureté des arts.

Johann Bourgeois est entouré de collaborateurs remarquables, engagés avec lui dans un processus de travail continu, inscrit dans la durée, expérimental, foncièrement empirique, et soutenu par la MC2 de Grenoble et la Fondation BNP Paribas. Il aura fallu des mois pour concevoir le plateau de Celui qui tombe, surface apparemment lisse, aride, travaillée par des conjonctions de forces, capable de convoquer de multiples lieux du travail et condenser les principes physiques des différents agrès du cirque – lévitation, équilibre, rotation, ballant. La géométrie sait transpirer, elle a ses passions aussi : passions de relais, de superposition, d’angle, d’écart, de chute, de vol, dira l’artiste.

Six individus – une sorte d’humanité minimale – sont en prise avec les humeurs de la machine scénographique, car cette plateforme est animée par une volonté propre. Des capteurs amplifient jusqu’au fracas le chuintement de ses engrenages. Ecrin fabuleux distillant la musique des corps arrachés par la force centripète à la verticale, ou encore, à tour de rôles, plancher qui se dérobe sans cesse sous le pieds à la recherche d’un équilibre perpétuellement renégocié, mur qui s’érige vertigineusement, masse brutale qui envoie balader ou embarque dans sa course ballante tout ce qui se trouve sur son passage, ligne de fuite et horizon entrainé dans une intenable suspension, ce dispositif devient la plaque tournante d’une tectonique profondément connectée aux affects primaires. Un chant polyphonique s’élève, des voix fragiles le tissent, synthèse éthérée de l’épuisement entrainé par ce corps à corps avec l’environnement instable et d’une indicible sensation d’envol. Les jeux de vertige consistent en une tentative de détruire pour un instant la stabilité de la perception et d’infliger à la conscience lucide une sorte de panique voluptueuse, écrivait Roger Caillois.

Yoann Bourgeois vise dans ses recherches ce point où les forces en présence s’annulent réciproquement et le temps s’arrête. Avant de lâcher prise et de céder définitivement à la gravité, ses interprètes donnent de cette ultime suspension une incarnation à couper le souffle.

Smaranda Olcèse
envoyée spéciale à Lyon

© Geraldine Aresteanu

Visuels © Géraldine Aresteanu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives