ROME : LA CULTURE INFILTREE PAR LA MAFIA

immagine_1_39

Correspondance à Rome.
Raja El Fani

La Culture italienne infiltrée par la mafia

Un week-end agité pour la culture italienne : le Ministère de la Culture (Mibact) et le musée national d’art contemporain (Maxxi) inquiétés dans l’affaire «Mafia Capitale».

L’enquête en cours révèle une série de coïncidences bien embarrassantes, de quoi normalement ébranler tout un système. La sœur de Buzzi, tout juste arrêté pour association mafieuse, a une haute fonction au ministère (Mibact) depuis 2012, elle dirige la section Patrimoine et sa fille est entrée dans l’administration sur concours.

Toutefois, il y a deux jours, le ministre Franceschini a tranquillement assisté à une conférence sur la Transparence où figure Annamaria Buzzi. La réaction du syndicat Uil ne s’est pas fait attendre, les prodigieuses et étonnantes carrières de la sœur de Buzzi et sa fille devraient pour le moins être suspendues.

Par ailleurs, toujours dans la même enquête, figure Stefano Bravo associé de Giovanna Melandri, actuellement présidente du musée Maxxi depuis 2012. Giovanna Melandri qui vient du parti de gauche italien (PD), a été à la tête de plusieurs ministères dont celui de la Culture jusqu’en 2001.

Melandri a passé le week-end à démentir toute implication dans l’enquête qui secoue la capitale italienne. Dans une lettre au nom de sa fondation Human Foundation, Giovanna Melandri a tenu à se désolidariser de son associé et a réagi sur Twitter avec un seul commentaire perdu dans un flux de tweets courants sur les activités du Maxxi, le musée national dont elle est encore la plus haute autorité.

À aucun moment donc, madame Melandri ne s’est exprimée en tant que Présidente du Maxxi. Sa représentativité étant compromise, elle n’est pourtant plus en mesure de représenter une institution.

Malgré le scandale, la présidente du Maxxi n’a toujours pas démissionné et a préféré menacer la presse de poursuites légales en cas d’insinuations préjudiciables, les journalistes italiens sont donc très attentifs à ne reporter que les faits. Et les faits disent que Giovanna Melandri avait comme associé un homme de la mafia jusqu’à vendredi dernier où elle l’a officiellement suspendu de ses fonctions au sein de sa fondation.

Le Maxxi est-il un musée fiable? Les préférences culturelles et artistiques du gouvernement italien sont-elles crédibles? À vous de juger.

Raja El Fani

Visuel : Giovanna Melandri devant le MAXXI Rome / Photo DR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives