« HEROES », GALERIE VALLOIS PARIS

1-Gilles Barbier_La femme presque invisible-1

« Heroes » / Gilles Barbier; Julien Berthier; Pim Blokker; Richard Jackson; Martin Kersels; Lamarche Ovize; Paul McCarthy; Theo Michael; Lucie Picandet; Richard Prince; Jean Tinguely et Winshluss. / commissaires Barbara Soyer et Sophie Toulouse / Galerie Vallois Paris / Jusqu’au 02 avril 2016.

Cette nouvelle exposition résonne particulièrement avec l’actualité. La vie, la mort se sont invitées à la table de l’art comme dans nos vies. Chacun des artistes accueillis se sont confrontés à la thématique du héros et nous dévoilent leur propre vision de ce dernier.

« Art must take reality by surprise » disait Françoise Sagan. Avec l’exposition Heroes, c’est le contraire qui s’est produit. Imaginée avant les attentats de Paris et la disparition de David Bowie, Heroes a été subitement rattrapée par le réel. L’actualité, la vie, la mort se sont invitées à la table de l’art, confirmant leur porosité et donnant à cettre proposition une acuité nouvelle.

Si elle résonne avec le temps présent, Heroes n’a cependant rien de l’hommage ou de la commémoration. Bien au contraire. Engagée à sa façon, faisant la part belle au dessin, elle est une variation sur le portrait et sur l’époque, sur le retour de la figure, un temps suspecte, dans le champ de l’art, sur la représentation du héros et ses manifestations dans l’art d’aujourd’hui.

Qui sont les héros des dessins et des artistes contemporains ? Et que disent-ils sur nous et notre monde ?
Heroes. Ce titre/thème aux accents martiaux jalonne l’histoire des arts: des peintures pariétales d’actes de bravoure aux portraits des puissants de la Renaissance, des célébrités en série de Warhol aux super-héros des comics américains, la figure du héros traverse les âges et les médiums. À quoi ressemble-t-elle, sur le papier, en 2016 ?

À première vue, le héros contemporain semble avoir perdu son panache et ses pouvoirs, supplanté par son double
fébrile, l’anti-héros, surreprésenté dans les oeuvres rassemblées. Il apparaît au pire fatigué, au mieux très discret, sans qualités.

3-Winshluss_Tokyo Ride 1

Images: 1- Gilles Barbier, « La femme presque invisible » / 2- Winshluss, « Tokyo ride » Copyright les artistes / Courtesy Galerie Vallois Paris

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN