AVIGNON : 20 ANS DE « SUJETS à VIF », TOUJOURS TRES VIVACES

71e FESTIVAL D’AVIGNON – Les « Sujets à Vif » fêtent leurs 20 ans – – Jardin de la Vierge, Lycée St Joseph 11h et 18h – Programme A et B.

A quoi voit-on que le Festival d’Avignon a bien commencé ? A la queue qui se forme devant le Jardin de la Vierge du Lycée St Joseph pour assister aux Sujets à Vif !

Vingt ans de rendez-vous, peut-être ce qui subsiste de plus conforme à la mission d’un Festival comme Avignon : mener le spectateur vers d’absolues découvertes…

Toujours le même rituel donc, petite cour semi-ombragée, petit gradin, petite jauge, les happy fews du festival sont là. 11 heures et 18 heures, pas banal comme horaire… Coquille à ciel ouvert où les bruits du monde nous arrivent filtrés mais où les artistes nous offrent leur monde qui parfois nous transporte.

C’est un peu le cas cette année pour ce nouveau programme avec d’un côté le très indiscipliné et introuvable Ezéchiel et de l’autre une Françoise Pétrarque plus vraie que nature, ou contre nature, c’est selon…

L’éblouissement de la création.
Michel Risse est musicien formé à Strasbourg, il sait jouer de tout même du fouet de cuisine et rien ne lui résiste. Koffi Kwahulé est auteur et comédien né en Côte d’Ivoire. Il a du lire Beckett, c’est sur… Les deux compères réunis pour l’occasion n’attendent pas Godot mais Ezéchiel, un fils invisible qui ne se montre sous aucun prétexte ni aucune menace… Il a été gâté matin, midi et soir cet enfant, par sa père qui lui passe tout alors que, c’est bien connu à ce genre de petit animal, il faut serrer la visse… sinon et bien sinon, il rend tout le monde chèvre, chacun le cherche, chacun use de subterfuges pour le faire venir. Douceur, violence, tout y passe mais rien n’y fait. L’enfant Ezéchiel donne donc du fil à retordre à ses parents. C’est drôle et grinçant comme une fête de famille. Le petit duo fonctionne bien, les instruments improbables apportés par Michel Risse n’empêchent jamais le timbre sonore de Koffi Kwahulé, magistral, de raisonner dans le Jardin… une réussite et pour un premier mariage un bel enfant…

Leur Ventoux.
On attendait avec impatience le retour de Gaëlle Bourges au Festival d’Avignon tant la création de « A mon seul désir » avait marqué en 2015… et on n’est pas déçu ! Avec Gwendoline Robin qui manie l’azote liquide et les feux d’artifices comme personne, elles rappellent à notre bon souvenir la vie et l’œuvre de Pétrarque qui ne fit pas qu’aimer Laure, oh non… il produit des œuvres et voyagea beaucoup entre Carpentras où se posa sa famille et Avignon déjà qualifiée par lui de « cour des Vices »… rien ne change… En voix off, le texte donne prétexte à des actions qui intriguent comme cette sarbacane de verre, qui enchante comme cette explosion sous coupole de verre, qui inquiète ou lorsqu’une fumée blanchâtre façon champignon atomique envahie le plateau. Si on est près du Mont Ventoux au cœur de l’intrigue de Incidence 1327 on est pas loin de la Centrale de Pierrelatte ou de celle Cadarache… il faut s’en souvenir. Le prétexte de cette vie toute tournée vers l’écriture et l’amour de Laure permet une variation réussie là aussi entre ces deux artistes qui partagent le même sens de l’observation, poussant chaque chose vers un état de contemplation juste et de confirmer ici leur grand talent. Elles qui rappellent que Pétrarque aimait tant l’eau qui est la seule chose « à chuter sans s’autodétruire » , le matin, à 11h, en plein festival, c’est bien de se le rappeler.

Emmanuel Serafini

Photo Festival d’Avignon

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN