AVEC « BARTOK / BEETHOVEN / SCHÖNBERG », DE KEERSMAEKER REINVENTE SES CLASSIQUES

bartok1

Bruxelles, correspondance.
DANSE : Bártok / Beethoven / Schönberg – Anne Teresa De Keersmaeker / Rosas, Ictus & Brussels Philharmonic dirigé par Alain Franco – KaaiTheater, Bruxelles – du 19 au 27 juin 2019.

Un voyage dans le temps : Bartók/Beethoven/Schönberg emmène le spectateur, le temps d’une soirée, dans un répertoire de musique du XVIIème au début du XXème siècle avec trois œuvres magistrales. Les deux premiers mouvements, le Quatuor n°4 de Bártok et la Grande Fugue de Beethoven, sont interprétés par Ictus en présence des quatre musiciens aux côtés des danseurs, ce qui ajoute au caractère intimiste de la scène et à cette alchimie entre musique et danse que la chorégraphe traduit si bien en ces mots : « la musique est mon maître ». Le troisième mouvement, réécrit en duo cette fois-ci, accueille le Brussels Philharmonic, sous la direction de l’exceptionnel Alain Franco. Pour Schönberg, on retrouve la formation classique avec l’orchestre en fosse et les deux danseurs seuls sur la grande scène du Kaai. Romantique mais surtout plus dramatique, c’est tout l’art d’Anne Teresa de Keersmaeker de faire monter la tension au fil du temps.

Un voyage dans l’espace aussi : Anne Teresa de Keersmaeker a choisi trois de ses œuvres de « répertoire » qu’elle réunit en une seule soirée pour le plus grand bonheur du spectateur. La soirée s’ouvre sur la plus ancienne, celle de 1986, dans un rythme soutenu avec un quatuor vigoureux de femmes. La beauté de ces quatre danseuses est sans doute la complémentarité de leurs corps, qui tour à tour prennent chacun le devant de la scène. Le spectateur est aussi sensible au choix des costumes chez Rosas, avec à chaque fois cette très légère différence et ce point commun avec les mêmes bottines qui donnent ce rythme si particulier et si enfantin soudain à la musique de Bártok. Avec la Grande Fugue de Beethoven on avance dans le temps, la chorégraphe reprenant une création de 1992 qui réunit sur scène quatre hommes, avec une mention particulière pour le jeune et aérien, Frank Gizycki.

La soirée se clôture sur un duo, rare dans les spectacles d’Anne Teresa De Keersmaeker, rare aussi qu’elle opte pour un choix narratif d’un drame amoureux. Mais ce n’est pas un duo classique entre un homme et une femme (la très fragile Yuika Hashimoto), un troisième personnage est présent en filigrane dans ce langoureux échange amoureux et dramatique, avec la présence de l’autre homme, un « duo à trois » en quelque sorte qui se déroule dans la Nuit Transfigurée de Schönberg.

Bref, un spectacle complet. Que vous connaissiez bien Anne Teresa de Keersmaeker, ou pas encore, cette soirée est sans doute la meilleure façon de la découvrir ou de la redécouvrir : un magnifique voyage dans le temps et dans l’espace. C’est sans doute le talent d’une grande chorégraphe que de savoir revisiter et réinventer ses propres œuvres au fil du temps avec des danseurs, qui tout en dansant ensemble, gardent leur singularité. Quelle meilleure façon de clore la saison au Kaai sans oublier la soirée de finissage le jeudi 27 juin de 18h jusqu’aux petites heures (bbq, dj…).

Colombe Warin,
à Bruxelles

Musiques :
Béla Bartók
String Quartet No.4, Sz.91. (extrait de Bartók, Notes)
Ludwig van Beethoven
Große Fuge, op.133
Arnold Schoenberg
Verklärte Nacht, op.4

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives