JOSEPH KOSUTH, ‘EXISTENCIAL TIME’, ALMINE RECH PARIS

Joseph Kosuth_Quoted Clocks #9_2022_Horloge et vinyle_40x4.5cm_16x2in_©Joseph Kosuth Studio - Courtesy of the Artist and AR (1)

Joseph Kosuth – Existential Time – February 12 — March 26, 2022 – Almine Rech Gallery, Paris, Front Space.

Almine Rech présente ‘Existential Time’, une exposition de nouvelles œuvres de Joseph Kosuth qui s’inscrit dans la continuité d’une série d’installations commencée en 2020.

L’intérêt de Kosuth porte sur la signification du temps tel que nous le vivons dans l’éventail des contextes que la vie nous offre. Dans les seize œuvres individuelles intitulées «Quoted Clocks», l’utilisation par Kosuth de l’horloge analogique ancre de manière référentielle le concept de temps dans sa représentation visuelle la plus littérale et la plus familière, servant de rappel astucieux que le temps n’est contenu dans une horloge pas plus que le processus complexe. donner du sens à l’art est contenu dans un seul objet. Quelle que soit la précision du mécanisme, une horloge fonctionne visuellement comme un simple signe de ponctuation nécessitant une phrase, ne permettant à ceux qui la regardent, collectivement, individuellement, qu’un aperçu d’un moment qui ne passe jamais simplement. En retirant l’horloge en tant qu’objet fabriqué de son contexte culturel de fonctionnalité, puis en la combinant avec un langage cité également tiré de contextes antérieurs, « Quoted Clocks » ponctue davantage les insuffisances, les limites et les excédents de sens qui caractérisent nos perceptions de la durée. En tant que série continue de réflexions, le temps existentiel de Kosuth nous invite à réfléchir sur notre propre expérience vécue alors qu’elle défile ou s’accroche lourdement, menant à des questions de conscience, à ce que nous entendons dans le temps.

Pionnier de l’art conceptuel, tout au long de sa carrière, Kosuth a insisté sur le maintien de l’intégrité et de la rigueur de sa vision fondamentale selon laquelle la composante « visuelle » de l’art n’est qu’une partie d’une structure complexe qui produit du sens dans l’art, et non sa base. Depuis les années 1960, Kosuth a utilisé des significations héritées, en particulier des catégories basées sur la langue, telles que des citations, des noms et des définitions, pour construire une nouvelle signification dans le travail visuel. Son travail pose des questions fondamentales sur la présentation et la réception de l’art en explorant les catégories mêmes qui définissent ce qu’est l’art. Il sélectionne des éléments pour son travail dans des contextes extérieurs aux arts visuels : philosophie, littérature, histoire, culture populaire, dictionnaires, théorie scientifique et linguistique, entre autres.

———————

Almine Rech presents ‘Existential Time’, an exhibition of new works by Joseph Kosuth that is a continuation of a series of installations begun in 2020.

Kosuth’s interest is in the meaning of time as we experience it within the array of contexts life provides. In the sixteen individual works titled ‘Quoted Clocks’, Kosuth’s use of the analog clock referentially anchors the concept of time to its most literal and familiar visual representation, serving as a canny reminder that time is contained in a clock no more than the complex process of making meaning in art is contained in a single object. However precise the mechanism, a clock functions visually as little more than a punctuation mark in need of a sentence, allowing those who look at it, collectively, individually, only a glimpse of a moment that never simply passes. By removing the clock as a fabricated object from its cultural context of functionality and then combining it with quoted language also taken from prior contexts, ‘Quoted Clocks’ further punctuates the insufficiencies, limits, and surpluses of meaning that characterize our perceptions of duration. As an ongoing series of reflections, Kosuth’s Existential Time invites us to reflect on our own lived experience as it flashes by or hangs heavily, leading to questions of consciousness, to what we mean within time.

The pioneer of Conceptual art, throughout his career, Kosuth has insisted on maintaining the integrity and rigor of his fundamental insight that the ‘visual’ component of art is only one part of a complex structure that produces meaning within art, and not its basis. Since the 1960s, Kosuth has used inherited meanings, particularly language-based categories, such as quotes, names, and definitions, to construct new meaning in visual work. His work poses fundamental questions about the presentation and reception of art by investigating the very categories that define what art is. He selects elements for his work from contexts outside of visual art: philosophy, literature, history, popular culture, dictionaries, scientific theory, and linguistics, among others.

Above: Joseph Kosuth: Quoted Clocks #9 , 2022, Horloge et vinyle, 40×4.5cm, 16x2in © Joseph Kosuth Studio – Courtesy of the Artist and Almine Rech Gallery

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

    Art Art Bruxelles Art New York Art Paris Art Venise Biennale de Venise Centre Pompidou Danse Festival d'Automne Festival d'Avignon Festivals La Biennale Musiques Palais de Tokyo Performance Photographie Théâtre Tribune
  • Archives