UN CASTELLUCCI DU TONNERRE DE DIEU : Sul concetto di volto nel figlio di Dio

Sans Castellucci, le théâtre probablement n’aurait pas la même puissance. Castellucci, cet artiste magistral, couillu, habité, invente chaque jour le théâtre d’aujourd’hui, le poussant encore et encore dans ses derniers retranchements. Son nouvel objet, à la frontière des genres comme toujours, est un magnifique acte de foi, au sens littéral du terme. Ode à l’amour, à la perte de soi et au délitement, ce Concetto est une pure merveille d’humanité. D’où le visage du fils de Dieu, terrible de douceur et de force, contemple, pour l’éternité, notre misérable et si ténue condition d’êtres perdus dans un troupeau égaré qui file, têtu et tête baissée, vers le néant.

Que des Chrétiens ultras lors de sa dernière, aient voulu perturber ce chef-d’oeuvre de déclaration d’amour à Dieu dépasse l’entendement… Que quelques obtus, animaux à sang froid sans chair ni passion, n’aient pas saisi le terrifiant -et cependant si bienveillant- miroir que nous tend Castellucci prouve bien que, souvent hélas, la nature humaine est à désespérer.

Sul Concetto est une expérience intense d’humanité, un moment comme vous n’en vivrez que fort peu, d’une beauté sans rémission. Un acte incandescent comme une comète dans l’obscurité du temps. Imaginez quarante minutes d’une scène insoutenable, en même temps empreinte d’une douceur et d’un amour sans égal, où un fils d’un dévouement illimité nettoie et lave sans relâche, le corps usé d’un vieux père qui se vide littéralement de toute sa substance…

Une expérience limite et universelle, éprouvante mais belle, qui va puiser aux tréfonds de chacun de nos êtres de chair et de sanie, de merde et de pourriture. Un chant paradoxal à la vie, à l’amour et à la beauté, et une performance extraordinaire de ces deux comédiens…

Mais ici on est au théâtre, et rien que cela. Si cette première partie de l’oeuvre évoque forcément les performeurs extrêmes des années 70, comme Otto Mühl et ses Actionnistes viennois, dont certains n’hésitaient pas à s’émasculer en public, l’on est bien ici dans un espace de représentation du monde, où le Théâtre conserve toutes ses prérogatives.

Un théâtre qui épuise les sens, n’hésitant pas, comme toujours avec Castellucci, à forcer les limites, à bousculer les bienséances, à inventer un théâtre plus proche encore de l’expérience du vivant. Mais un théâtre qui connaît ses codes, son histoire, sa culture et puise sa force dans l’extrême intelligence du monde.

Car Sul Concetto est aussi -en quelque sorte et à sa manière- une tragédie. Avec sa merde barbouillée à la face de Dieu, avec sa vie qui palpite férocement sous le regard d’une douceur infinie du fils de Dieu, cet Antonello de Messina qui occupe tout le fond de scène, magnifiquement vivant, et que l’on se surprend à surveiller et à en observer le moindre frémissement…

Et avec ces enfants, qui, dans la seconde partie, pratiquent l’iconoclasme comme un jeu libérateur, bombardant la face du fils de Dieu sous l’impassibilité du vieil homme maintenant anéanti, définitivement vidé, défait.

Jusqu’au final castelluccien, un happening d’une puissance inouïe qui viendra définitivement violer l’image de Dieu, n’en conservant qu’un squelette fiévreux, sculpture lumineuse d’acier électrique, qui avec la rage d’un arc de foudre, libère cette ultime injonction : you are (not) my shepherd*.

Marc Roudier

*tu es (ou non) mon pasteur.

SUL CONCETTO DI VOLTO NEL FIGLIO DI DIO de Romeo CASTELLUCCI  s’est joué au Festival d’Avignon 2011 à l’Opéra-Théâtre du 19 au 26 juillet. Il sera repris notamment à Venise le 13 octobre prochain puis au Théâtre de la Ville à Paris à partir du 19 octobre.

Comments
2 Responses to “UN CASTELLUCCI DU TONNERRE DE DIEU : Sul concetto di volto nel figlio di Dio”
  1. Je pense qu’ici Castellucci voulait dire « tu es / n’est pas mon berger et non pas pasteur
    (cf: la traduction des dialogues fournie lors du spectacle en juillet dernier)
    Sinon, magistrale theatre-performance du grand Romeo! Toujours aussi beau de laideur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives