ART BASEL 2012 : ART UNLIMITED, DEMESURE ORGANIQUE

Correspondance en Suisse.
ART BASEL 2012 / Bâle (Suisse) / Du 14 au 17 juin 2012.

2500 artistes, 300 galeries en provenance d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Sud pour plus de 70 000 visiteurs attendus, Art Besel 2012 est un « mammouth » incontournable de la scène de l’Art. Art Unlimited est une exposition de projets artistiques XXL qui se déploie au cœur de cet événement, dans un vaste hall de 10 000 mètres carrés.

Cette exposition montre un ensemble d’œuvres  proposées par les galeries présentes à Art Basel. Elle opère comme une plateforme à même d’accueillir des projets démesurés qui dépassent le format classique des stands de foires d’art. L’Art Basel Committee1, chargé de la sélection, a retenu cette année soit soixante-deux réalisations, soit un tiers des propositions. Elles seront données à voir brièvement durant six jours, le but étant de vendre ces dispositifs à des institutions, ou à des collectionneurs qui  les remettront en contexte ultérieurement.

Cette année, le commissariat de l’exposition a été confié à Gianni Jetzer, un curateur expérimenté et critique d’art suisse, basé à New York. Avant de reprendre cette fonction, il dirigeait depuis 2006, le Swiss Institute Contemporary Art de New York. Il succède à Simon Lamunière qui était rattaché à Art Unlimited depuis les débuts, en 2000. Pour réaliser cette exposition, Gianni Jetzer partant de la sélection de la commission a réfléchi aux relations existantes entre chacun des travaux. La circulation entre les projets semble de ce fait organique, malgré le format surdimensionné de l’événement. Une unité qu’il était difficile de garantir étant donné le format unique de cette exposition qui est muséale de par sa taille, et de par la qualité des œuvres, mais totalement commerciale. La valeur individuelle de chaque projet primant sur la vue d’ensemble.

Parmi les travaux, une large place est bien sûr donnée aux œuvres physiquement imposantes, comme par exemple Gekröse, une sculpture de Franz West (photo)qui se repère de loin, et qui attire avec sa couleur rose tendre, sa texture charnelle et ses courbes organiques. La peinture est représentée sous de nombreuses formes. L’œuvre minimale d’Olivier Mosset, composée de rayures dans lesquelles s’alternent  le jaune, souvent célébré par l’artiste, et un rose soutenu, tapisse deux murs immenses, chacun mesurant près de six mètres de hauteur, et neuf mètres cinquante de longueur. The end Venezia de  Ragnar Kjartansson consiste en cent quarante quatre portraits réalisés chaque jour durant six mois lors de la Biennale de Venise 2009 et présentés à Bâle dans leur totalité sous la forme d’une installation désopilante. Untitled (Paula) de Rudolf Stingel, interroge les limites entre peinture et photographie avec un portrait à l’huile monumental qui dévoile seulement lorsque l’on s’approche, les touches du pinceau. Un questionnement qui se poursuit sous une toute autre forme chez Shirana Shahbazi, véritable exploratrice des champs chromatiques. SP181; SP185 de Sterling Ruby consiste en quatre grandes toiles qui transcendent les genres. Il pourrait s’agir d’une représentation impressionniste d’un après-midi pluvieux à la manière des nymphéas de Monet, mais réalisée avec un spray toxique hallucinogène.

Les blacks cubes présentant des vidéos, un format impossible à montrer sur les stands, sont nombreux et fascinants pour la plupart. Pourtant, retenir l’attention des visiteurs dans le contexte saturé de signes d’Art Basel est un défi conséquent. Body Double 27 de Brice Dellsperger est une vidéo dans laquelle des étudiants et des étudiantes rejouent en boucle une scène du film l’Année des treize lune de Rainer Fassbinder. Les jeunes gens vêtus de la même robe, coiffés d’une perruque, et affublés de faux cils, indifféremment qu’ils soient de sexe féminin ou masculin, se succèdent sur trois écrans simultanés, pleurant en gros plan, le bruit de leurs sanglots étant recouvert par la bande son. La répétition, le travestissement et les larmes créent un effet tragi-comique, une sorte de méditation émouvante sur le monde des drag queens, sur leur supposée solitude et plus généralement sur les mécanismes du désir et sur la non réciprocité en amour.

Dans un tout autre registre, la proposition radicale de David Claerbout se situe aux limites du genre cinématographique, photographique et pictural. L’œuvre est si sombre qu’un ouvreur éclaire l’accès à l’espace où elle se tient à l’aide d’une lampe de poche. Sur l’écran, une image fondue au noir oblige le spectateur à scruter l’obscurité pour ne saisir la scène que lorsque ses yeux se sont habitués à l’obscurité. Ni fixe, ni en mouvement, l’image vibre d’un mouvement imperceptible, celui oscillant de la lumière du caisson lumineux sur lequel elle est fixée. La vidéo de six minutes de Jeremy Deller, qui montre des milliers de chauve-souris, invite les spectateurs munis de lunettes 3D à pénétrer le langage de ces animaux nocturnes.

Cette exploration du monde animal se retrouve aussi sous d’autres formes dans l’exposition. Tragedy de Nina Beier  consiste à présenter un chien vivant qui joue le mort,  couché sur un tapis persan. Primitive  de Ugo Rondinone comprend cinquante neuf oiseaux en bronze posés au sol, empreints des marques des doigts qui les ont façonnés. Partant chacun dans des directions différentes sous l’éclairage d’une pendule sans aiguille, ils renvoient à l’absence d’esprit de collectivité qui caractérise le XXIe siècle et à la conscience du temps qui passe. They I you he we le monstrueux serpent à deux têtes de Valentin Carron, un artiste qui représentera la Suisse à la Biennale de Venise 2013, interpelle le visiteur avec une certaine férocité empreinte de mélancolie.

Une autre spécificité majeure de cette édition réside dans la présence d’œuvres et d’artistes des années soixante et septante, dont certaines historiques comme les sculptures de Pier Paolo Calzolari constituées de matelas sculptés à l’air glacé. Ou encore l’œuvre conceptuelle de l’artiste allemande Hanne Darboven, composée de deux cent cinquante six feuilles qui comprennent des écrits autour du mot «sand», de Sandplatz à Hamburg où l’artiste est née, jusqu’à Georges Sand, l’écrivain française.

Un parcours dans la ville de Bâle, qui forme une extension à Art Unlimited, propose un programme le soir avec des performances et des interventions in situ. Claude Lévêque initie cet itinéraire avec Ring of Fire, une sculpture disposée à cinq mètres du sol. Il s’agit d’une caravane éclairée par une guirlande lumineuse qui s’érige entre ciel et terre.

En addition à cette exposition, et à celles présentées sur les trois cent stands des galeries, une multitude d’événements collatéraux se produisent, parmi lesquels les Swiss Art Awards qui présentent les artistes émergeant de la scène régionale.

Josiane Guilloud-Cavat

Art Basel 2012 / Jusqu’au 17 juin 2012 « >www.artbasel.com


L’oeuvre de Franz West à Art Basel.

1. L’Art Basel Committee est composé cette année de :
Xavier Hufkens | Xavier Hufkens | BE-Bruxelles
David Juda | Annely Juda Fine Art | GB-London
Jochen Meyer | Galerie Meyer Riegger | DE-Karlsruhe
Tim Neuger | neugerriemschneider | DE-Berlin
Franco Noero | Galleria Franco Noero | IT-Torino
Eva Presenhuber | Galerie Presenhuber | CH-Zürich

VOIR ART BASEL EN IMAGES : Galerie

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN