« PRINTEMPS DES ARTS » DE TUNIS : L’IMPOSSIBLE REVOLUTION TUNISIENNE

TRIBUNE : Les derniers événements du « Printemps des Arts » de La Marsa le prouvent, la révolution tunisienne est mort-née.

On s’en doutait, mais la preuve, hélas, est faite : Islam et liberté artistique ne riment pas. Le 10 juin dernier, des salafistes se sont rassemblés devant le site du “Printemps des arts” au Palais El Ebdellia à la Marsa, pour « protester » contre la manifestation et saccager certaines oeuvres qu’ils jugent incompatibles avec l’Islam et les « bonnes mœurs ». Recevant qui plus est, le soutien (!) du ministre de la culture tunisien, au grand dam des artistes et organisateurs.

Au Palais El Ebdellia à la Marsa, siège de la manifestation, dimanche 10 juin, la « bronca » des obscurantistes s’est déroulée en deux séquences : Le matin, accompagnés d’un avocat et d’un huissier de justice, les zélateurs de la guerre sainte islamique ont exigé que certaines œuvres soient retirées de l’exposition, précisant qu’ils reviendraient dans l’après-midi.

Ces trois salafistes étaient venus éructer leur colère, prétendant dicter leurs exigences, proférant menaces et insultes. L’après midi, les mêmes reviennent avec un groupe et manifestent, brandissant la menace d’une plainte auprès des tribunaux pour « atteinte aux bonnes mœurs » puis pénètrent dans l’exposition, se livrant à un sac vengeur.

« Après avoir sévi ces derniers temps, entre autres, contre les journalistes, les intellectuels, les syndicalistes, les enseignants, les militants démocrates et les artistes, ils se sont attaqués aux œuvres d’art jugées blasphématoires du «Printemps des Arts» au palais d’Abdellia, des œuvres ont été lacérées ou détruites. »(communiqué de la FTCR et du CRLDHT).

Plus tard enfin dans la semaine, dans le Gouvernorat de Jendouba, les salafistes attaquent systématiquement la population et les « emblèmes » de la démocratie tunisienne. Ainsi le 12 juin, ils incendient le siège de l’Union Régionale du Travail, celui du Parti Démocratique Progressiste et du Parti le Congrès Pour la République ainsi que celui du Mouvement des Patriotes Démocrates.

On le voit, les artistes, et singulièrement les femmes artistes, ne sont guère appréciés des religieux. La complicité d’Ennahdha, le parti au pouvoir, est criante, le soi-disant « ministre de la culture » prenant fait et cause pour les extrémistes. La « révolution tunisienne », et tous les « Printemps arabes » ont accouché du monstre islamiste, en Tunisie comme en Libye ou en Egypte. Les artistes n’ont plus leur place et leurs expressions jugées contraires aux préceptes du « prophète ». Foutaises ! Ce n’est là que fascisme et barbarie obscurantiste.

Les religieux ont pris le pouvoir -par effraction, profitant honteusement du sacrifice des jeunes révolutionnaires pour la plupart anti-salafistes- et entendent le garder, muselant tout ce qui pense « à côté » : artistes, intellectuels, et singulièrement les femmes, éternelles victimes des religieux fanatisés, qu’ils soient islamistes comme à Tunis ou au Caire, mais aussi chrétiens ultras ou juifs orthodoxes comme en Europe ou dans le monde. Partout, le fanatisme religieux -et simplement les religions tout court- asservissent les femmes. Partout, celles-ci constituent une cible de choix.

Ce « gibier » est particulièrement visé dans ces pseudo « démocraties » post-Printemps arabe. Et spécialement lorsqu’elles sont artistes ou intellectuelles, étudiantes ou simplement femmes libres. La répression à leur encontre est féroce. Du Caire à Tripoli, de Tunis à Damas, les femmes payent le prix fort de la folie religieuse des hommes. Combien de siècles encore faudra t-il pour que les pays arabes se libèrent de l’enfer régressif et liberticide de l’islam ? Combien d’années sanglantes de barbarie et de répression aveugle, faudra t-il pour que les peuples se libèrent enfin de toutes les religions ?

Eléonor Zastavia

LIRE AUSSI : SUPER-TUNISIAN EN DANGER !

 

En annexe : Communiqué de La FTCR et du CRLDHT : MENACES SUR LES LIBERTES EN TUNISIE

LES SALFISTES SACCAGENT LES ŒUVRES D’ART D’UNE GALERIE A LA MARSA, INCENDIENT LE SIEGE RÉGIONAL DU SYNDICAT UGTT A JENDOUBA, LE TRIBUNAL D’ESSEJOUMI ET CE, JUSTE APRÈS L’APPEL DU CHEF D’EL QUAÏDA AU SOULÈVEMENT DES TUNISIENS POUR L’INSTAURATION DE LA CHARIA
DES LEADERS SALAFISTES APPELLENT AU SOULÈVEMENT LE VENDREDI PROCHAIN APRÈS LA PRIÈRE.

Paris le 12 juin 2012,

La Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (F.T.C.R.) et le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (C.R.L.D.H.T.) condamnent les violences perpétrées, commises d’une manière simultanée, ces deux derniers jours par des groupe extrémistes religieux salafistes accompagnés par des malfaiteurs et des casseurs.

Après avoir sévi ces derniers temps, entre autres, contre les journalistes, les intellectuels, les syndicalistes, les enseignants, les militants démocrates et les artistes, ils se sont attaqués aux œuvres d’art jugés blasphématoires lors d’une exposition intitulée « le Printemps des Arts » au palais d’Abdellia, des œuvres ont été lacérées ou détruites.

Les violences se sont ensuite propagées dans des quartiers populaires de la ville de Tunis : Intilaka, Ettadhamen et Essijoumi, ainsi que dans les villes de la banlieue nord : La Marsa, Carthage, Le Kram, semant la panique et le désarroi durant la nuit. Ces groupes se sont aussi attaqués au Tribunal de Tunis à Essejoumi où ils ont brûlés le bureau du procureur.

A Jendouba, ville du nord-ouest tunisien, des groupes salafistes ont incendié le siège régional du syndicat U.GT.T. (Union Générale Tunisienne du Travail). Il faut rappeler que les groupes salafistes ont déjà attaqué à Jendouba plusieurs locaux de la police et des débits de boissons alcoolisées. Ces groupes bénéficient d’une grande impunité malgré la gravité de leurs actes depuis plusieurs mois.

La F.T.C.R. et le C.R.L.D.H.T. dénoncent ces actes attentatoires aux libertés et à la démocratie qui surviennent après des appels au soulèvement des Tunisiens pour l’instauration de la Charia en Tunisie. Ils condamnent les appels intolérants à l’affrontement religieux qui utilisent les mosquées comme outils de leurs discours haineux.

La F.T.C.R. et le C.R.L.D.H.T. demandent aux députés de l’Assemblée Nationales Constituante et au Gouvernement de prendre les mesures urgentes pour mettre hors d’état de nuire ces groupes haineux et intolérants qui s’attaquent à tous ce qui ne partagent pas leurs convictions fascistes. Nous mettons en garde le Gouvernement contre la poursuite de ces violences salafistes et lui rappelons qu’il est le garant de la sécurité de toutes les personnes et les biens.

La Tunisie de la Révolution et de la Démocratie ne peut plus supporter ces agissements violents qui risque de transformer la Tunisie en un champs de bataille de conflits religieux, avec des conséquences désastreuses pour le développement économique et la nécessaire ouverture de notre pays au reste du monde.

La F.T.C.R. et le C.R.L.D.H.T. appellent les démocrates et les défenseurs des Droits de l’Homme tunisiens, de Tunisie ou de l’Etranger, ainsi que nos amis Maghrébins, Arabes, Français et Européens, qui se sont mobilisés avec nous pour chasser la dictateur Ben Ali, à se mobiliser encore une fois pour la défense de la tolérance, des libertés et de la démocratie en Tunisie. Cette mobilisation est urgente pour contrecarrer les violences des salafistes et des casseurs, et de leurs commanditaires, et de défendre la liberté de création artistique et culturelle, de croyances et de paroles, de presse, syndicale, associative,…

MOBILISATION GÉNÉRALE :
POUR L’ARRET DE LA VIOLENCE DES SALAFISTES EN TUNISIE
POUR LE RESPECT DES LIBERTÉS ET DES DROITS DE L’HOMME EN TUNISIE
POUR LA RÉALISATION DES OBJECTIFS DE LA RÉVOLUTION : DIGNITE, EMPLOI ET LIBERTÉ

Visuels : vues de l’expo « Printemps des arts » 2012 à La Marsa, Tunisie, et de certaines des oeuvres jugées « blasphématoires » par les salafistes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives