PINAUD – SERRANO, OU LA FOLIE DES FANATIQUES

Une Oeuvre de Pascal Pinaud vandalisée le 21 novembre à la Biennale de Bourges.

À l’occasion de sa dernière exposition monographique à  la galerie Natalie Obadia, nous avions eu l’occasion de commenter la pratique de  Pascal Pinaud. Hier, le mercredi 21 novembre, une de ses œuvres a été vandalisée  par un passant. L’artiste expose actuellement à la Biennale de Bourges une série  intitulée Ecrans, formée de huit  pièces, des toiles imprimées d’agrandis de reproductions d’œuvres vandalisées  que l’artiste a collectées dans la presse. Le visiteur s’est attaqué à la  reproduction du Piss Christ d’Andres  Serrano. Une œuvre qui n’en finit pas de faire parler d’elle…

La pièce de Pascal Pinaud, une reproduction numérique  d’une image de presse sur papier (2,70 x 1,80 m) sur toile, montre donc l’œuvre  de Serrano donc la vitre de l’encadrement a été brisée par un visiteur.  L’artiste a choisi de réunir et de reproduire ces images qui sont en fait des  constats d’actions visant à saccager des œuvres (dans le cas de Serrano il  s’agissait de raisons religieuses). L’image agrandie de l’œuvre profanée de  Serrano a subi une nouvelle attaque puisqu’un passant a griffonné au stylo-bille  noir : « Le Christ Roy » et « Le Christ Roi ». Un geste que Pascal Pinaud n’a  pas souhaité faire disparaître puisqu’il souhaite que l’œuvre soit exposée en  l’état. Le geste absurde instaure une mise en abyme du sujet même de la  série.

Voici les détails rapportés par le service de  communication de sa galerie : « Si les raisons qui poussent à porter atteinte à  une œuvre d’art peuvent être multiples, le geste est irrévocable : Pascal  Pinaud, concernant son œuvre vandalisée hier se dit « affligé que la grande  majorité ; les croyants de diverses confessions – aient une attitude de plus en  plus décomplexée par rapport aux non-croyants« , et cette action de  vandalisme lui « signe une 9ème pièce« , sur les 8 présentées à Bourges.  « En vandalisant la reproduction d’une œuvre vandalisée, il réactive  l’oeuvre« , constate Pascal Pinaud sur ce rapport à l’image de l’auteur du  méfait. »

L’objectif de Pascal Pinaud était de documenter une  histoire de ces gestes fanatiques, la série est aujourd’hui marquée par l’un de  ces gestes et entre à son tour dans l’histoire documentée. Une histoire qui se  répète inlassablement. Le mois dernier nous avions rédigé un papier sur l’œuvre  de Mounir Fatmi (Technologia,  Printemps en Septembre, Toulouse) qui a également connu des déboires car elle  avait contrarié des fanatiques religieux, le cas de Pascal Pinaud ne fait  qu’épaissir le dossier des vandalismes d’œuvres d’art au titre du respect des  religions, qu’en est-il du respect de la liberté d’expression  ?

Julie Crenn

Exposition du 15 novembre au 16 décembre 2012. Biennale  de Bourges : http://www.biennale-bourges.fr/

Site de l’artiste : http://www.pascalpinaud.org/

1/ «Ecran n°8» en 2012 de Pascal Pinaud.(Tirage numérique sur toile, armature aluminium) : l’oeuvre vandalisée 2/ Pascal Pinaud : Écran n°5 (05A17) Février-Août 2005 Tirage Numérique sur toile, armature aluminium 270 x 180 cm / Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives