LE MuCEM DE RUDY RICCIOTTI : L’ARCHITECTURE COMME EXPERIENCE PHYSIQUE

b_730_2b47de553981426cb4f0fd026bd3128a[1]

ARCHITECTURE : Le MuCEM de RUDY RICCIOTTI, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille.

Le MuCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, est au coeur de la nouvelle Marseille, celle-là même qui cherche à se payer une image de capitale culturelle en s’offrant le label européeen sous l’étiquette Marseille Provence 2013… L’architecte Rudy Ricciotti a signé là un geste architectual fort, qui transfigure l’entrée maritime de la ville. Un bâtiment à la fois minimaliste et somptueux, ouvert sur l’immensité de la méditerranée et conçu comme une main tendue vers ses rivages et ses civilisations.

photo_1357904168662-1-0[1]Le MuCEM comprend le fort Saint-Jean, l’ancienne vigie qui garde l’entrée du Vieux Port sur son site historique de 15 000 m2 -voulue par Louis XIV non pour défendre Marseille de ses éventuels envahisseurs, mais pour surveiller… les Marseillais !- et le bâtiment neuf de 17 000 m2 construit par Ricciotti sur le môle J4, Les deux sites étant reliés par une passerelle de 115 mètres de long et abritant les collections nationales du musée dont l’ouverture au public est prévue pour juin 2013.

Véritable prouesse architecturale, le MuCEM de Ricciotti est un geste minéral, posé sur l’antique mer des civilisations comme un signal de modernité et d’ouverture. Dorénavant Marseille ne sera plus jamais la même et la vitrine qu’elle s’offre ainsi avec ce bâtiment bouleverse son image durablement. Désormais Marseille s’identifiera par ce bâtiment de béton fibré, « de couleur poussière mate », comme le dit si bien Rudy Ricciotti : «une architecture de la maigreur, étirée comme les muscles tendus d’un coureur de fond, armée d’une délicatesse puissante et féminine. Elle renvoie à la métaphore de l’espace méditerranéen»…

Mais cette main tendue aux civilisations de l’autre rive et à l’histoire même de la nôtre l’est également aux Marseillais, selon l’architecte qui la veut « en lien avec un regard populaire ». Car on connaît l’engagement profond de l’artiste Ricciotti pour une architecture véritablement signifiante, ouverte aux cultures du monde et profondément généreuse.

Le bâtiment de 18 mètres de haut est un signal puissant et majestueux et pourtant d’une délicatesse extrême, avec sa résille extérieure de béton mat qui joue avec la lumière crue de la Méditérannée mais protège les salles de son trop grand assaut. Une esthétique qui renvoie à l’architecture arabo-andalouse et aux arabesques des cultures moyen-orientales, comme pour affirmer son ancrage puissant dans cette culture méditerranéenne. Et se constitue bien sûr en étendard de son identité marseillaise, cette ville depuis toujours ouverte aux quatre vents des civilisations…

Son MuCEM, Ricciotti l’a voulu ouvert, généreux, et pas seulement ce lieu officiel de mémoire, voulu par les politiques pour de subtiles raisons, dévoué à un affichage institutionnel. « C’est un circuit dans la gratuité, dans la générosité… », dit de lui Ricciotti. Mais c’est surtout un bâtiment vivant, conçu comme un media, le passeur d’une expérience relationnelle aux éléments et au paysage : « Lorsque l’on se promène sur les passerelles périphériques et qu’il y a du soleil, le bâtiment est comme un aquarium. On sent les embruns, le vent, les ombres, la lumière. C’est une expérience physique… Maintenant, le bâtiment me fait penser à un coureur de fond éthiopien. Il est tout en nerfs, en muscles. Il n’y a pas de gras », commente l’architecte…

En même temps ses résilles de façade lui confèrent une délicatesse toute féminine, une légèreté qui fait jour. Et cette grâce diaphane qui constitue sa signature visuelle n’enlève pourtant rien à la puissance qu’il dégage. Le MuCEM est le geste virtuose d’un architecte qui n’a peur de rien, ose tout, y compris sur le terrain des idées ou celui du sociétal. Un architecte qui ouvre sa gueule, mais qui n’oublie jamais de faire sens. Et oeuvre. Celle-ci est superbe. Et elle perdurera.

Marc Roudier

LE NUMERO 02 d’INFERNO, daté Printemps 2014 est sorti ! 
LIRE LA PRESENTATION DU 02 ICI

d4643eced42a4869a6d7e7a69e1f3206[1]

mucem[1]

mucem08[1]

mucem04[1]

1172860792[1]

20130111_172714_tof9[2]

100133_1357808748_02-c-agence-rudy-ricciotti-entre-deux-passerelles-ext[1]

marseille-architecture-musee-mucem-994546-jpg_889828[1]

Visuels : 1/ le MuCEM vue générale  2/ L’architecte et la ministre, inauguration 13 janvier 3 à 10/ MuCEM, détails des façades et intérieurs / Photos Lisa Ricciotti, Agence Ricciotti, Ventilo, DR / Copyright Agence Rudy Ricciotti 2013.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN