LA BIENNALE DE LYON 2013 : ENTRE TEMPS… BRUSQUEMENT, ET ENSUITE

Trisha_Baga_Plymouth_Rock_2_at_the_Whitney_Museum[1]

12e BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE LYON : Entre-temps… Brusquement, Et ensuite / Directeur artistique : Thierry Raspail / Commissaire invité : Gunnar B. Kvaran / du 12 septembre 2013 au 05 janvier 2014 / http://www.biennaledelyon.com

La Biennale de Lyon 2013 ouvrira le 12 septembre 2013. Cette année, le commissaire invité est Gunnar B. Kvaran. Pour cette édition, la sélection est internationale et compte beaucoup de jeunes artistes en provenance des quatre coins de la planète…

« Les romanciers ou les scénaristes espèrent toujours avoir une histoire intéressante à raconter. Une bonne histoire, c’est aujourd’hui aussi ce que recherchent à tout prix autant les hommes politiques que les marques pour influencer les comportements des électeurs ou des consommateurs. Les récits du monde ne sont plus seulement innombrables, comme l’écrivait Roland Barthes ; ils sont aujourd’hui omniprésents, installés au cœur même de la vie quotidienne.

Pour la Biennale de Lyon 2013, j’ai invité des artistes du monde entier qui travaillent dans le champ narratif et expérimentent, à travers leurs œuvres, les modalités et les mécanismes du récit. L’exposition met ainsi au premier plan l’inventivité dont font preuve les artistes contemporains pour raconter autrement des histoires neuves, en défaisant les codes narratifs mainstream, les mises-en-intrigue prêtes à l’emploi.

Ces artistes donnent à leurs œuvres-récits des formes extrêmement variées, utilisant une multiplicité de registres, matériaux et techniques. L’exposition mêle ainsi sculptures, peintures, images fixes et animées, arrangements de textes, de sons, et d’objets dans l’espace, performances, etc. Elle souligne la manière – les manières plutôt – dont les jeunes artistes aujourd’hui, selon qu’ils travaillent en Europe, en Asie, en Amérique Latine, en Afrique ou en Amérique du Nord, imaginent les narrations de demain: des narrations qui négligent les suspenses et les excitations de la fiction globalisée (hollywoodienne, télévisuelle, ou celle de bestsellers de la littérature mondiale); des narrations inédites qui défamiliarisent le monde, lui redonnent l’étrangeté et la complexité radicales que les mises-en-récit classiques cherchent toujours à aplanir, à étouffer ; des narrations artistiques qui nous donnent à voir et à comprendre le monde comme neuf et plus intelligible.

Parmi ces jeunes artistes, on trouvera notamment les britanniques Ed Atkins et Helen Marten, le tchèque Vaclav Magid, les Américains Trisha Baga, Ian Cheng, Petra Cortright, Nate Lowman et Ryan Trecartin, le Chinois Zhang Ding et le Brésilien Thiago Martins de Melo, ou encore les Français Neïl Beloufa et Lili Reynaud-Dewar ».

Gunnar B. Kvaran 

Visuel : Trisha Baga, « Plymouth Rock » The Whitney Museum / copyright Trisha Baga / Whitney Museum

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives