NACERA BELAZA, « LE TRAIT », « LE TEMPS SCELLE », ADC GENEVE

securedownload

Correspondance à Genève.
Nacera Belaza – Le Trait (soli uniquement) et Le Temps Scellé / à l’ADC (Association de Danse Contemporaine) Genève du 11 au 15 mars 2015.

Une obscurité palpable frangée de lumière… Une obscurité dense et pas tranchée. De celle qui ne happe pas mais dans laquelle le corps se fond. Attendre, scruter le noir pour y déceler un mouvement, une présence. Une silhouette apparaît, tout près, et disparaît. Elle glisse imperceptiblement, ombre solitaire, tantôt proche tantôt éloignée. Les bras s’élèvent vers le ciel, une prière muette portée par un chant lointain. C’est Le Cœur et l’Oubli, solo créé et dansé par Dalila Belaza pour Le Trait. Dans La Nuit, second solo, c’est Nacera Belaza qui se met en orbite, le corps en éclipse, ombre bordée de lumière.

Les visages sont fermés, presque revêches, le regard tourné vers l’intérieur. Les bras à la verticale, en rotation, Nacera Belaza creuse son sillon dans l’espace, le geste obstiné et inlassable. On songe à ces enfants qui jouent à s’étourdir en tournant sur eux-mêmes jusqu’à l’évanouissement. A la recherche d’un mouvement perpétuel, d’un élan qui abolirait le temps et de l’espace ? Se fondre dans la nuit « aller à la rencontre de sa propre disparition » selon les mots de la chorégraphe, bref, atteindre la transcendance (sans jeu de mots)? On attend la désintégration, un signe de modification de l’état de conscience qui se traduirait corporellement. Mais la rotation s’affaiblit, évolue en une jolie ronde. Sortie de l’artiste.

Sculpter le vide selon sa formule, « lui donner corps, le rendre palpable et enfin le laisser se dissoudre dans l’espace infini de nos corps », « Le corps est un espace vide dans l’espace vide ». Se fondre dans le néant et que le néant se fonde en Soi… Objectif ô combien élevé et on comprend bien que ca ne rigole pas. La profondeur du propos est souligné par l’ austérité du décor et des tenues. Surtout éviter la séduction. Une ambiance monacale ou carcérale tout à fait pertinente. L’espace, le vide, ce matériau avec lequel elle travaille est moins physique que mental. Un espace mental et même spirituel où Nacera Belaza mène sa quête et dans lequel elle trouve sa liberté « Il ne s’agit pas d’avoir beaucoup d’espace mais de creuser profondément dans celui-ci « (entretien donné au Strait Time Singapour en 2012). Une réflexion qui nous renvoie à la chambre d’enfant où elle concevait ses premières danses comme autant de pages d’un journal intime.

Le Temps scellé enfin réunit les deux sœurs. Similaires dans leurs vêtements et leurs silhouettes elles dansent pourtant moins ensemble que chacune pour soi ou en soi. La musique, gospel mâtiné d’électro est répétitive et entrainante, les bras dessinent des infinis, les corps ondoient, fluides, se lâchent presque, frôlant le plaisir. Les danseuses semblent un moment se laisser emporter par la musique …« Say Yes… Say Yes ». Un instant, on se croit dans cette chambre d’enfant où la danse était synonyme de liberté. Leurs visages s’éclairent enfin. Mais l’extase ne vient pas, le flux sensuel est rompu par soubresauts et s’éteint.

Ni divertissement, ni narration, ce qui est recherché est une communion entre les interprètes et les spectateurs. « Désamorcer le mental, défaire les résistances pour s’ouvrir à l’autre » [1] sont les moyens et conditions de cette expérience partagée. Une telle entreprise suppose beaucoup de générosité, d’humilité et de confiance. Dans le cas présent , on se demande si l’invitation à rejoindre l’expérience mystique des soeurs ne se serait pas mieux accommoder d’un plein pied entre les interprètes et le public. Ici, le danseur est le guide et le passeur pour le spectateur et comme le souligne Nacera Belaza, cela marche parfois, ou pas.

Ildiko Dao

[1] Conférence de presse de Nacera Belaza en juillet 2012 à Avignon

Photo Laurent Philipe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives