FRED BIESMANS – JEAN-LUC VERNA, AIR DE PARIS

_i_apologize_anastasia_bosio

FRED BIESMANS – JEAN-LUC VERNA / Galerie Air de Paris / December 12, 2015 – January 30, 2016 / Opening December 12 from 6pm to 9pm.

L’oeuvre de Jean-Luc Verna a la particularité de lier par diverses références l’histoire de l’art et celle de la musique rock (underground), en effet, il reprend et déplace notamment des éléments de la culture savante et populaire et trace une histoire parallèle des mythologies contemporaines. Siouxsie Sioux, sa muse a changé sa vie le jour où il l’a aperçu pour la pre- mière fois dans une émission d’Alain Maneval alors qu’il était encore adolescent. Une grande partie de ses œuvres et notamment ses dessins font ainsi référence à cette fascination devenue source d’inspiration. Son corps est la colonne vertébrale de son œuvre singulière qui renvoie à des phénomènes d’altérations (tatouages, piercing, maquillage) et actualise les questions de représentation et de reproduction. Non sans humour, il prête encore à confusion en donnant le même titre à toutes ses expositions personnelles depuis 1995 : «Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ?» – «Non.»

Ses oeuvres sont présentes dans de prestigieuses collections telles que celles du MoMA, NY, The Judith Rothshild Foundation, Flourtown, RAM Foundation, Amsterdam, Centre Pom- pidou, Musée d’art Moderne de la Ville de Paris, Mac/Val ainsi que de nombreux FRAC. Le MAC/VAL lui consacrera une exposition personnelle d’importance en 2016.

Fred Biesmans crée de véritables « instantanés de céramique », sortes de visions cris- tallisées qui invitent à une plongée dans des mondes miniatures faisant référence de près ou de loin à l’univers de la science-fiction. Tailleur de pierre en restauration de monuments, il s’oriente très vite vers la sculpture. À ses débuts, il réalise dans différents matériaux en argile, terre cuite, plêtre, matériaux composites et bois, des sculptures portant le nom générique de «Choobas». Aux alentours des années 2000, il commence à concevoir des petites scènes en terre cuite. Avec cette série intitulée «Choobaland», il se tourne vers l’infiniment petit. “Elle est née, confie-t-il, au départ par manque de place, un peu comme Giacometti qui avait dû émigrer en Suisse pendant la Guerre, qui n’avait plus d’atelier et qui avait réalisé une série de sculptures qu’il pouvait ranger dans des boîtes d’allumettes”.

Ses œuvres ont été exposées notamment au MAC’s dans l’exposition collective S.F. Art, science & fiction. Récemment, deux expositions personnelles lui ont été consacrées : Choobaland au Centre d’art contemporain Chapelle du Genêteil, à Château-Gontier (France) et Fred Bies- mans au « Petit Musée » de La Chapelle de Verre à Ronquières (Belgique).

Visuel : Jean-Luc Verna, « I apologize » / Photo Anastasia Bosio

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN