LE MANÈGE/MONS : « COLD BLOOD », DES IMAGES PLEIN LES YEUX !

cold-blood
Cold Blood : Une création de Michèle Anne De Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss & Cry / Création 2015 / Le Manège/Mons.

Après le succès phénoménal de Kiss & Cry en 2011 et près de 250 dates à travers le monde, Michèle Anne De Mey (chorégraphe), Jaco Van Dormael (cinéaste),Thomas Gunzig (écrivain) et le collectif Kiss & Cry, créé au Manège à Mons dans le cadre de Mons 2015, un spectacle inoubliable, sensuel et féérique. Une ode à la vie et à l’art comme moteur pour avancer vers le bonheur sur terre.

D’habitude, jamais on ne voit l’envers du décor. Jamais on ne voit le tournage d’un film de l’intérieur. Le travail de répétition d’une pièce de théâtre ou chorégraphique. Jamais. Mais avec « Cold Blood » si ! On voit tout. Tout en grand. C’est magique, fantastique et pourtant si vrai. Nous devenons les témoins complices d’un jeu d’illusions, d’une supercherie artistique remarquable. Et l’histoire qui se déroule devant nous, pourrait bien être la nôtre ou celle de notre voisine. Les vies et les morts es hommes. L’histoire de la vie en somme.

La révolution de ce spectacle, déjà révélée avec le précédent « Kiss & Cry » en 2011, tient surtout à sa forme narrative singulière. Nous assistons à la réalisation en direct d’un film et qui, en plus, est projeté devant nos yeux. Prouesses techniques et humaines sur la scène mais aussi sentiment étrange d’être associé en tant que spectateur/voyeur à la conception d’une grande œuvre. Cinéma donc, mais aussi danse, théâtre et récit partagent l’élaboration à vue d’œil, de ce spectacle « très, très » vivant ! C’est toute la force redoutable et le charme envoutant de cet ovni théâtral. Génial !

Ce qu’en dise les artistes, témoigne de leur vision novatrice : « Cold Blood » met en scène le corps et travaille sur la relation entre ce que le spectateur peut voir à l’œil nu et ce que la caméra peut dévoiler. En jouant sur les échelles de grandeurs et les différentes dimensions du corps, il vient chercher ce qui est invisible au spectateur. »

Les mains sont des instruments chorégraphiques exceptionnels au service de personnages dansants au beau milieu de paysages enchantés ou bien réels, le tout fait en décor miniature. L’effet nous transporte au delà de la fiction narrative vers des contrées dont notre cerveaux raffole. Car le voyage s’étend bien au delà de nos sens. C’est comme pris dans un tourbillon imaginaire où l’enfance et la nostalgie s’entremêlent.

Les clins d’œil foisonnent tout au long du spectacle : A Béjart (une reconstitution du fameux Boléro, de toute beauté suscite une vive émotion), au couple mythique Fred Astaire et Ginger Rogers pour un numéro de claquettes avec des dès à coudre (cela ne s’invente pas !) etc… On jubile par tant d’intelligence et de savoir-faire !

Ce que l’on retient après avoir été emporté par ce spectacle, c’est le sentiment d’un partage des émotions et d’une certaine idée de l’art et de la vie. L’intelligence des ces artistes nous emmène bien au-delà du rêve vers un imaginaire émerveillé, tout en sensualité et légèreté. Un sacré programme en toute liberté !!!

Philippe Maby,
Bruxelles/Mons


Textes de Thomas Gunzig ; en création collective avec Grégory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier et la participation de Thomas Beni, Gladys Brookfield-Hampson, Boris Cekevda, Gabriella Iacono, Aurélie Leporcq, Bruno Olivier, Stefano Serra.

Kiss & Cry et Cold Blood en tournée en 2016

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN