SEBASTIEN GOUJU, « STILL A LIFE » : DE LA NATURE A L’ESPACE DOMESTIQUE

bastien_gouju_017
Sébastien Gouju, Still a life / galerie Semiose / 9 avril → 28 mai 2016

Sébastien Gouju interroge l’espace de l’habitat et la nature morte comme sujet secondaire. Il développe un travail qui fait écho à l’art décoratif. Ses expériences plastiques sur la nature des matériaux l’ont amené à expérimenter la faïence émaillée pour réaliser des pièces reproduisant parfaitement la nature. Il joue à imbriquer l’animal et l’élément naturel au mobilier et à l’architecture.

Dans une vitrine extérieure un poulpe, qui traverse une étagère de carrelages bleus, surprend le passant. Son exposition à la galerie Semiose plonge ensuite le visiteur dans un étonnant espace domestique. Des oies de barbarie, des canards, un cygne surgissent de cruches et autres vaisselles traditionnelles d’époque. Des compositions imitant les éléments naturels, des nénuphars dans une coupe, une branche de cacahuètier, sont posées sur des socles à des hauteurs différentes. L’artiste et le galeriste ont réalisé une scénographie qui tient à la fois du système traditionnel d’exposition de la sculpture et de la décoration d’intérieur. Chaque pièce semble porter en elle l’histoire collective et individuelle et véhicule un certain humour. Deux quartz illuminés, en verre soufflé, paraissent émerger d’une étrange matière. Ils laissent penser à un extraordinaire paysage.

Une famille de rossignols, entre l’envol et l’arrêt, est comme insérée dans un des murs de la galerie. Ces animaux perturbent l’espace tout en le révélant. Les limites entre l’intérieur et l’extérieur, l’objet et l’animal semblent ici disparaître.

La nature comme motif décoratif est également présente dans une nouvelle série de peintures à l’acrylique sur bois. Celles-ci combinent des éléments de la culture populaire et des jeux dans une composition digne des planches illustrées de notre enfance.

Si une certaine étrangeté vers le merveilleux émane de ses ouvres, Sébastien Gouju met en évidence notre société contemporaine marquée par des codes et des normes, uniforme. Il a transformé la galerie Semiose en un lieu où les animaux et les végétaux semblent reprendre vie.

Pauline Lisowski

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN