SU-MEI TSE, « NESTED », MUDAM LUXEMBOURG

SU-MEI TSE – NESTED – MUDAM, Luxembourg – 07/10/2017 – 08/04/2018 – Vernissage 06/10/2017 18h00.

Marquée par ses origines cosmopolites, entre l’Europe et l’Asie, et par l’attention qu’elle porte à la dimension sonore du monde, la pratique de Su-Mei Tse est traversée par des questions telles que le temps, le souvenir, la musicalité, ou encore le langage. Empruntant des formes variées – sculptures, vidéos, photographies, installations –, ses œuvres opèrent chaque fois des passages entre différents champs : entre le son et l’image, la nature et la culture, l’espace mental et l’expérience sensible par exemple.

À la manière de l’encre noire qui s’écoule de sa fontaine Many Spoken Words, la question de l’apparition du sens, ou de son évanescence, se retrouve au coeur du travail de Su-Mei Tse. La simplicité des formes que l’artiste produit contraste avec leur pouvoir d’évocation, avec la pluralité des lectures qui en émanent. Ses œuvres semblent souvent cristalliser, sous les traits d’une « image », une impression, une émotion ou un souvenir – ces expériences à la fois intenses et fugaces qui constituent, pour reprendre le titre de l’une de ses oeuvres, les « vertiges de la vie ». Dans un même mouvement, elles explorent la capacité des images, des objets et des sons à déclencher, chez le spectateur, un imaginaire.

Fruit de plusieurs années de recherche dans différents contextes géographiques, à commencer par l’Italie et l’Asie, cette exposition rassemble un large corpus d’oeuvres récentes et de nouvelles productions, dont une installation d’envergure pour le Grand Hall du musée. S’esquissent dans cet ensemble de nouvelles directions au sein du travail de Su-Mei Tse, comme la contemplation, notre relation au végétal et au minéral, la multiplicité des modes d’existence, ou encore la possibilité d’une relation sensible au passé.

Abordant ces préoccupations comme autant de lignes tressées, l’exposition a été pensée sur le modèle d’un carnet de notes : une forme qui rassemble des impressions survenues dans le quotidien – qu’elles soient visuelles, sonores, ou mémorielles – et les mêle de manière subjective et intuitive, laissant s’y déployer tout un réseau d’échos et de correspondances.

Su-Mei Tse est née en 1973 à Luxembourg. Elle vit et travaille à Luxembourg et Berlin.

Su-Mei Tse, A Whole Universe (Pomegranate), 2017. Vue de l’exposition Elegy, Edouard Malingue Gallery, Hong Kong 2017 © Photo (détail) : Edouard Malingue Gallery, Hong Kong

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN