L’HOMMAGE A TRISHA BROWN D’ANTOINE LE MENESTREL : « UN DEBOUT » AERIEN

« Debout, hommage à Trisha Brown » – Antoine Le Ménestrel – le 23 février à 19h à l’église des Célestins, dans le cadre du festival Les Hivernales, Avignon.

L’hommage à Trisha Brown d’Antoine Le Menestrel : « Un debout » aérien !

Pour les 40 ans des Hivernales, Antoine Le Menestrel crée une performance artistique en hommage à Trisha Brown, icône de la « post modern dance » décédée l’an passé à l’âge de 80 ans. Ceux qui connaissent son oeuvre ne pourront que remarquer le parallèle fait à « Roof Piece », création où celle-ci s’adonnait aux plaisirs vertigineux d’une danse sur les toits de Soho. Lui, vient de l’escalade et tout comme elle le fit par ses chorégraphies, il expérimente des champs novateurs dans sa discipline. Dans ce « chiasme physique et artistique » qui les unit, Antoine Le Menestrel préfère parler de « danse verticale » plutôt que « danse-escalade ». Image amplifiée par ses yeux bleus et sa tête blonde, l’église des Céléstins ne fut pas meilleur choix pour cet hommage poétique.

Antoine Lemenestrel en 2 questions :

Quand avez-vous opéré votre bascule vers l’artistique ?
C’est un autre anniversaire que je fête lors de ces Hivernales car il y a 30 ans (1988) je venais pour la première fois avec « Roc in Lichen ». Cette compagnie de danse se tournait à ce moment là vers l’escalade, et m’a donc tout simplement nourrit de leur univers artistique. C’est alors que j’ai découvert Trisha Brown et par extension Yvonne Rayner et son manifeste du non : « Non au spectaculaire, non à la virtuosité, non aux métamorphoses et à l’illusion, non à l’envoûtement et à l’empire de l’image de l’artiste, non au caractère héroïque et antihéroïque, non à l’imagerie de pacotille, non à l’engagement de l’interprète et du spectateur, non au style, non à l’interprète, non à l’excentricité, non à l’émotion. » Trisha Brown s’en est imprégnée…

Habitué des falaises, quel est votre rapport à l’architecture (aux façades) et aux spectateurs ?
Je dirais qu’une partition minérale peut être lu de la même façon qu’une partition architecturale. Et puis là aussi je me retrouve dans l’esprit de Trisha Brown car je décloisone l’espace. Ici l’espace public qui devient autant un champs de liberté et de contrainte. C’est l’extérieur à l’intérieur…Ma déambulation se fait en même et seul mouvement, je suis le chemin invitant le spectateur…

La pièce :

La chorégraphie arachéenne démarre avec Anthony Denis (traceur-danceur) qui de saut dans les aires en escalade sur les toits de l’église passe le relais accrobatique à Antoine Le Menestrel. L’homme dévale alors la façade. Ces gestes reproduisent ceux d’un coureur mais il est au ralentit accentuant sa défiance à l’apesanteur. Arborant une chemise blanche, toute ressemblance avec un ange venu du ciel serait-elle fortuite? Ame sensible s’abstenir car les frissons se font sentir. Le public reste saisi peinant à suivre l’invitation d’Antoine de pénétrer l’antre des Célestins. A l’intérieur, les images se reproduisent, floutant tout notion spatiale. Le danseur de la verticalité s’amuse des lignes de l’architecture et de celles de son corps. Sa danse se terminera à l’extérieur dirigeant le regard des spectateurs vers la lune. Serait-ce alors une métaphore de celle à qui il rend hommage? Les notes poétiques et romantiques sont là faisant écho aux mouvements gracieux et spectaculaires d’Antoine Le Mensetrel lors de sa performance artistique. Il réussit avec brio l’ hommage à Trisha Brown, danseuse céleste.

Audrey Scotto

Photo Audrey Scotto

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN