MARIA THEREZA ALVES & JIMMIE DURHAM, « THE MIDDLE EARTH », IAC VILLEURBANNE

Maria Thereza Alves & Jimmie Durham – « The Middle Earth » – IAC Villeurbanne – 02.03 – 27.05.2018.

l’IAC confie la totalité de son espace aux artistes Maria Thereza Alves et Jimmie Durham pour le projet, The Middle Earth, consacré à la Méditerranée. Cette collaboration inédite est née du désir de ces « citoyens de l’itinérance » de sonder ensemble, sur un mode poétique et critique, leur territoire de vie actuel.

Après un passage à Marseille puis à Rome et à Naples où ils séjournent régulièrement, Alves et Durham s’installent au bord de la « mer intérieure » à la suite d’une itinérance continue et engagée qui les a menés hors du continent américain jusqu’en Europe.

Dans la lignée du Projet Eurasien de Jimmie Durham, initié en 1994 dès son départ d’Amérique et du projet Seeds of Change amorcé par Maria Thereza Alves dans le port de Marseille en 1999, l’idée du Projet Méditerranéen se forme peu à peu, en quête de ce vaste continent du Midi, en rien défini par des frontières, mais bien imaginé, rêvé, et, par-là, illimité. The Middle Earth en constitue ainsi la première étape.

Les deux artistes, qui ont chacun une pratique artistique distincte, internationalement reconnue, révèlent des influences croisées tenant, d’une part, à l’engagement politique qui irrigue leurs œuvres respectives et d’autre part, à des sujets de recherches communs, autour des notions de territoire ou d’autorité. On retrouve en effet ces questionnements chez l’un comme chez l’autre et dans les deux cas, ces réflexions sont portées par une même critique des cadres idéologiques et normatifs qui façonnent notre rapport au monde.

Maria Thereza Alves porte une attention particulière et activiste au vécu d’un territoire et oriente ses recherches, entre poésie et ethnologie, sur les phénomènes migratoires et les peuples déracinés. En Europe, le travail de Durham s’est focalisé principalement sur la relation entre l’architecture, la monumentalité et l’Histoire nationale, en déconstruisant les stéréotypes et les récits officiels. Concevant l’histoire comme un processus, il cherche la réalité des objets, voire leur intentionnalité, dans leur contexte évolutif, à rebours de leur catégorisation figée.

À partir de la relation matricielle entre leur pratique artistique et les lieux qu’ils traversent, les deux artistes ouvrent à l’IAC une nouvelle recherche, menée à quatre mains, autour de l’héritage métissé de la Méditerranée.

Tel un poème dans l’espace, l’exposition The Middle Earth se déroule à travers neufs « sections » en résonance les unes avec les autres : Nourriture & musique, Ecriture, Teinture, Verre, Sirène, Temple, Silex, Plantes, Arbres, Fer. Ces environnements successifs mêlent ainsi des productions des artistes à des objets issus de leurs collections personnelles, des objets archéologiques, des plantes, des pierres mais aussi de la couleur, des écrits, des images et d’autres inscriptions sur les murs. Porté par le chant des sirènes et les notes de oud, le visiteur est amené à tisser des liens entre chacun des éléments et à découvrir dans un parcours circulaire, ce qu’évoque, pour Alves et Durham, la Terre du Milieu.

Métaphore ce projet, la mosaïque Mediterranean (salle 1) réalisée à quatre mains déjoue toute dimension encyclopédique. Assemblage d’éléments hétéroclites, cet objet « brouille les pistes », absorbe les repères pour dessiner une nouvelle cosmogonie.

Transhistorique, ce projet n’élude pas toutefois la terrible actualité de la Méditerranée qui génère aujourd’hui dans l’imaginaire collectif des projections contradictoires. Tout à la fois territoire idyllique et zone de conflit, lieu d’inclusion et d’exclusion, cette mer commune à tant de peuples constitue une zone indéfinissable, vertigineuse.

S’il y a l’idée que tout s’éteint, tout disparait où tout renait en Méditerranée, c’est précisément ici, en activant les possibles porosités entre le vivant et l’histoire, que se créent d’autres récits et que la poésie devient geste.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN