« IF YOU COULD SEE ME NOW », UNE PERFORMANCE ENVOUTANTE D’ARNO SCHUITEMAKER

If_You_Could_See_Me_Now_-_Arno_Schuitemaker_3_-_photocredit__Sanne_Peper.jpg.635x380_q85_crop_upscale
Bruxelles, correspondance.

BIENNALE CHARLEROI DANSE. « If You Could See Me Now », pièce pour 3 danseurs d’Arno Schuitemaker – La Raffinerie, Bruxelles, le 23 octobre 2019.

Voir une performance (dans le sens littéral du terme) d’Arno Schuitemaker, chorégraphe néerlandais, est une expérience intense et hypnotique. Dès l’entrée dans la grande salle de La Raffinerie, les trois danseurs sont là, en mouvement sur une musique dance. Est-ce une introduction ? Non, le spectacle a commencé (le spectateur le comprendra plus tard). La musique continue répétitive, de plus en plus envahissante et les mouvements saccadés des trois danseurs s’intensifient eux aussi.

Arno Schuitemaker est l’auteur de pièces très applaudies comme The Fifteen Project, Together till the end, et While we strive. La revue Dance Europe l’a mentionné comme « l’un des chorégraphes majeurs des Pays-Bas ». If You could see me now (2017) est le dernier volet d’une trilogie qui explore la relation entre les trois danseurs, disons plutôt « performeurs » et-les spectateurs. Stein Fluijt, Ivan Ugrin et Kim Amankwaa développent, avec une énergie hors du commun, un mouvement répétitif et sur-vitaminé qui provoque une fascination digne d’un dance floor poussé à la limite de l’extase.

Pas de décor, Arno Schuitemaker joue avec le rythme et la lumière qui crée cette œuvre envoûtante et quelque peu angoissante. Car oui il emporte les spectateurs avec lui dans ce tourbillon à travers cette performance hautement physique qui conjugue la danse à la musique, l’espace à la lumière. Admiration pour l’endurance exceptionnelle des trois danseurs, et cette énergie qu’ils déploient jusqu’à épuisement. Le chorégraphe réussit son pari de troubler, d’angoisser, et même d’épuiser le spectateur dans ce savant jeu d’ombre et de lumière. L’œil et l’oreille sont en surrégime comme l’est le cœur des danseurs, soumis aux pulsations rythmiques de la musique de Wim Selles. Le spectateur s’interroge : est-ce à l’image de la vitesse de la vie, de son rythme répétitif et saccadé ? En tous les cas, ce spectacle ne laisse pas indifférent. Expérience extrême et épuisante.

Colombe Warin
Vu le 23-10-2019

Concept et création : Arno Schuitemaker
Danseurs : Stein Fluijt, Ivan Ugrin, Kim Amankwaa
Dramaturgie : Guy Cools
Composition musicale : Wim Selles
Création lumières : Vinny Jones
Costumes : Inge de Lange
Technique : Vincent Beune

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives