AU SUD, LA CRISE : ENTRETIEN AVEC LAURENT ROCHUT

DOSSIER. AU SUD, LA CRISE : Entretien avec Laurent Rochut, directeur de La Factory, Avignon.

Inferno : Quelle influence aura cette crise dans vos futures programmations ?

Laurent Rochut : La Factory est un lieu d’accueil, un incubateur de création toute l’année… après plus de 2 mois de confinement la crise a créé des besoins de temps de travail. Cette saison a été difficile à sauver financièrement pour nous compte tenu de la modestie de nos subventions mais nous y sommes arrivés et nous croulons sous les demandes d’accueil en résidence. Cela sera d’ailleurs l’occasion d’une belle présence dans la programmation de la semaine des arts. Les compagnies ont besoin de temps de travail au plateau. Si nous sommes en guerre (second degré !) je dirais que nous sommes au front et que la crise aura paradoxalement provoqué un surcroit d’activité et d’accueils.

Comment d’après vous peut agir AF&C (l’association qui coordonne le Off d’Avignon) pour soutenir encore plus encore tous les acteurs du Off pour l’édition 2021 ?

AF&C n’est qu’un modeste acteur dans l’économie de l’art vivant, mais nous travaillons avec les institutions et les acteurs du territoire à faire prendre en considération le moment unique de création que représente le Festival Off d’Avignon. On confine souvent le Off à sa dimension de marché. C’est un marché, certes, mais c’est aussi un temps d’éclosion de projets comme il y en a peu. C’est à cet endroit qu’AF&C peut et doit rallier les acteurs publics pour soutenir les plus fragiles, au moment de leurs créations. AF & C doit encourager et soutenir l’audace et la prise de risque. AF & C peut porter un modèle singulier d’économie mixte pour l’art vivant avec les acteurs publics et privés.

Ne craignez-vous pas une désertion des intermittents, véritable cheville ouvrière du spectacle en France, suite à cette crise et comment l’éviter ?

Ce n’est pas ce qui est en train d’arriver. Le Festival Off 2021 risque surtout d’être une seconde vague de difficultés économiques pour les compagnies qui ne vont pas pouvoir le faire. En grande partie, la programmation du Off 2021 sera une duplication de la programmation 2020. Autrement dit, pour les compagnies qui ne devaient pas faire le Off en 2020 mais avaient un gros projet pour 2021, il est à craindre qu’elles doivent différer en 2022 leur création. Soit 2 ans sans rencontrer massivement des responsables de programmation…

Propos recueillis par Pierre Salles

Photo Agatha Moore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives