BONY RAMIREZ, « NOBLESSE OBLIGE », BRADLEY ERTASKIRAN MONTREAL

Bony Ramirez – « Noblesse oblige » – Galerie Bradley Ertaskiran, Montréal – Du 18 mars au 24 avril, 2021

Bradley Ertaskiran présente Noblesse Oblige, une exposition individuelle de Bony Ramirez. Cette exposition développe une famille grandissante d’individus aux multiples facettes qui viennent former l’assise du travail de l’artiste. Ces personnages semblent pouvoir se déployer et se contracter par le biais de leurs membres distendus, de leurs corps opulents et de leurs divers appendices. Leur apparence, présentant parfois une fluidité de genre, est caractérisée d’oreilles colorées et d’yeux exorbités. Ce sont des êtres à la fois mythiques et ordinaires puisés dans l’histoire personnelle de l’artiste, ainsi que dans une myriade d’influences présentes et passées que Ramirez vient inscrire dans la tradition du portrait.

Ses souvenirs d’enfance provenant d’un contexte rural en République dominicaine, ses premières rencontres avec des icônes catholiques ainsi que son intérêt profond pour les œuvres maniéristes italiennes, les intérieurs baroques et les illustrations pour enfants transparaissent dans ses personnages fictifs. Ceux-ci évoluent sur fonds de peinture acrylique ou de dessins au trait de pastel à l’huile et sont entourés ou habillés de tissus, papiers peints et couteaux. Grâce à cette technique, chaque individu semble s’inscrire dans un théâtre changeant de décors haut en symboles. Tout comme certains éléments trouvés dans le studio de l’artiste finiront par se retrouver dans le travail de ce dernier, les multiples figures sur papier sont travaillées et développées séparément de l’huile en bâton et crayons de couleur. Celles-ci seront éventuellement adhérées à la surface d’un panneau apprêté et complémentées de symboles et d’accessoires divers, autour et directement sur elles.

L’œuvre éponyme de cette exposition, Noblesse Oblige, est peut-être celle qui illustre le mieux la nature multiple de la pratique de Ramirez. Une figure (présumée) de femme se tient debout, dos au spectateur, contrastée à un arrière-plan jaune pastel, ses longs cheveux effleurant tout juste ses fesses. Des couteaux semblent avoir été lancés vers elle, dont l’un s’est enfoncé directement dans son dos. Il est difficile de ne pas y lire une analogie de l’exotisme. Une représentation brutale et littérale de la façon dont les corps marginalisés sont violentés par ceux en position de pouvoir. Pourtant, il n’y a pas de sang, pas de trace. Elle ne fléchit pas dans sa posture. Elle est totémique dans sa tenue. L’artiste attribue à ses personnages un statut de royauté du quotidien et les perçoit comme étant doté du don (ou du devoir) de la bienveillance. Quelque chose résonne dans Noblesse Oblige, soit force et détermination.

Bony Ramirez est né en 1996 à Tenares, Salcedo, République dominicaine. Il vit et travaille actuellement à Perth Amboy, New Jersey. Son travail a récemment été présenté dans le cadre d’expositions solos chez Thierry Goldberg, New York, ainsi que dans le cadre d’expositions de groupe à Nino Mier Gallery, Los Angeles, Company Gallery, New York et Deitch Projects, New York.

———————–

Bradley Ertaskiran presents Noblesse Oblige, a solo exhibition by Bony Ramirez. This exhibition explores an ever-growing family of multifaceted figures that have come to form the basis of Ramirez’s practice. These figures appear as if they could expand and contract at will through their extended limbs, voluminous bodies and various appendages. Their gender is at times fluid and the artist equips them with colourful ears and poignant eyes. They are at once mythic and ordinary beings that the artist has culled from his personal history and myriad influences to be ensconced in the realm of portraiture.

Ramirez’s rural upbringing in the Dominican Republic, his first encounters with catholic imagery, his deep interest in sources as varied as Italian mannerists, baroque interiors, and children’s illustrations reverberate within and around these fictional characters. These heavily stylized beings are combined with flat acrylic grounds and oil pastel line drawings, and surrounded or outfitted with fabric, wallpaper and knives. If each figure appears to be inserted into a changing theatre of symbolic surroundings and backdrops, it is the artist’s technique that renders this possible. Just as elements that will eventually make their way into his works are found throughout the artist’s studio, multiple bodies on paper are being worked out and developed separately in oil stick and coloured pencil. These are ultimately adhered onto the prepared panels and combined with various symbols and appendages around and upon them.

The title piece for the exhibition, Noblesse Oblige, perhaps best alludes to the multifaceted nature of Ramirez’s work. A (presumably) female figure stands with her back to the viewer on a non-descript soft yellow ground, her long hair just grazing her buttocks. Knives appear to have been thrown at her, one has landed square in her back. It is difficult not to read this as an analogy to exotism. A literal and violent representation of how marginalized bodies are violated by those in positions of power. Yet, there is no bend in her stance, no blood, no trace. She is totemic and unflinching in her pose. The artist refers to his characters as everyday royalty and sees them as having the gift (or the duty) of benevolence, in N.O. something bounces back for the viewer: strength and determinacy.

Bony Ramirez was born in 1996 in Tenares, Salcedo, Dominican Republic. He currently lives and works in Perth Amboy, New Jersey. His work has been shown most recently in solo exhibitions at Thierry Goldberg, New York, and in group exhibitions at Nino Mier Gallery, Los Angeles, Company Gallery New York, and Deitch Projects, Los Angeles


Images: 1- Bony Ramirez, Agua De Coco Para La Esperanza, 2021 – Acrylique, crayon de couleur, pastel gras, feutre feuille d’or, tissu, papier peint et papier Bristol sur panneau de bois | Acrylic, colored pencil, oil pastel, gold leaf marker, fabric, wallpaper and Bristol paper on wood panel, 76 x 76 cm (30 x 30 ») / 2- Bony Ramirez, The Lost Fight / La Batalla Pérdida, 2021 – Acrylique, crayon de couleur, pastel gras, huile en bâton, papier peint et papier Bristol sur panneau de bois | Acrylic, colored pencil, oil pastel, oil bar, wallpaper and Bristol paper on wood panel, 122 x 91.5 cm (48 x 36 »)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :