DISPARITION. RAIMUND HOGHE, DANSEUR DEVANT L’ETERNEL : « SI JE MEURS LAISSEZ LE BALCON OUVERT »

raimund

DISPARITION : le chorégraphe, danseur et écrivain Raimund Hoghe, est décédé dans la nuit du 13 au 14 mai 2021.

On va le laisser ouvert, cher Raimund, et pas que le balcon. Toutes les terrasses, tous les jardins -et ceux du Paradis comme croient les croyants- sont désormais ouverts à toi, Raimund, toi qui a su si bien illuminer la Danse avec un grand D, éblouir nos désirs et cautériser nos plaies en même temps que les tiennes. S’il fût un seul artiste habité de ces plaies et de ces soleils même, c’est bien toi, Raimund, le plus grand poète de la Danse, le plus éclairé des chorégraphes. Brûlé de ce soleil noir qui ne nous quittera jamais.

Un des plus grands artistes de la Danse de ces dernières décennies vient de disparaître. Raimund Hoghe, (1949 – 2021) nous a quittés dans la nuit du 13 au 14 mai 2021.

Ancien dramaturge de Pina Bausch, le danseur et chorégraphe allemand Raimund Hoghe s’’est imposé depuis plus de trente ans comme une figure singulière de la danse-théâtre. Ses solos et pièces de groupe, traversées par des questions telles que l’histoire, la mémoire et le poids des normes corporelles, ont fait le tour du monde. En 2019, il est nommé Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Raimund Hoghe est également écrivain ; ses œuvres ont été traduites dans de nombreux pays.

Raimund Hoghe a commencé sa carrière en écrivant pour l’hebdomadaire allemand Die Zeit des portraits de petites gens et de célébrités, rassemblés par la suite dans plusieurs livres. De 1980 à 1990, il a été le dramaturge de Pina Bausch au Tanztheater Wuppertal, ce qui a également donné matière à la publication de deux livres. Depuis 1989, il s’est attelé à l’écriture de ses propres pièces de théâtre qu’ont jouées divers acteurs et danseurs. 1992, début de sa collaboration avec Luca Giacomo Schulte qui est à ce jour son collaborateur artistique. C’est en 1994 qu’il monte en personne sur la scène pour son premier solo Meinwärts qui forme, avec Chambre séparée (1997) et Another Dream (2000), une trilogie sur le xxe siècle. Par sa présence sur scène, Raimund Hoghe, atteint d’une malformation du dos depuis sa naissance, appelle à s’éloigner des normes corporelles.

Il crée ensuite Young People, Old Voices (2002), Sacre – The Rite of Spring (2004), Swan Lake, 4 Acts (2005) et retourne à la forme du solo avec 36, Avenue Georges Mandel (2007). Ses chorégraphies, dans lesquelles il se passe peu de choses, se rapprochent du rituel dansé.

L’art du portrait, Raimund Hoghe l’a pratiqué très tôt : avant même de croiser la route de Pina Bausch, il se fait connaître en tant que journaliste pour ses articles dédiés à des sujets connus ou moins connus. Son œuvre chorégraphique fourmille d’hommages, notamment à des interprètes. Dans Canzone per Ornella, il choisit de tirer le portrait d’Ornella Balestra, ancienne danseuse de Maurice Béjart.

Figure altière à la chevelure flamboyante, Ornella Balestra part avec lui sur les chemins de la mémoire. La voix de Pier Paolo Pasolini se mêle aux allusions chorégraphiques, d’un battement d’aile de cygne à quelques pas de cha-cha-cha. Des chansons populaires italiennes évoquent l’histoire de cette danseuse dont la carrière s’est aussi poursuivie dans son pays natal. Raimund Hoghe conçoit ses pièces comme autant d’« offrandes musicales » : ici, la rêverie laisse ressentir la manière dont les grands interprètes portent des rôles et une histoire dans leur corps, des années après leur jeunesse virtuose.

Oeuvres de Raimund Hoghe (sélection) :
1989 : Forbidden Fruit
1990 : Vento
1992 : Verdi Prati
1994 : Meinwärts
1997 : Chambre séparée
1998 : Der Buckel (autoportrait pour la WDR)
1998 : Dialogue with Charlotte
1999 : Lettere amorose
2000 : Another Dream
2000 : Throwing the body into the Fight
2002 : Young People, Old Voices
2002 : Sarah, Vincent et moi
2003 : Histoires de danse
2004 : Sacre – The Rite of Spring
2005 : Swan Lake, 4 Acts
2005 : Cartes Postales (film ARTE/Les films d’ici)
2007 : Boléro Variations
2007 : 36, Avenue Georges Mandel
2008 : L’Après-midi
2009 : Body/Space/Music
2009 : Sans-titre
2010 : Si je meurs laissez le balcon ouvert
2011 : Pas de deux
2012 : Cantatas
2013 : An Evening with Judy
2014 : Quartet
2015 : Songs for Takashi
2016 : La Valse
2016 : Musiques et Mots pour Emmanuel
2017 : Lettere amorose, 1999-2017
2018 : Canzone per Ornella
2018 : Pièce pour le Collège des Bernardins
2019 : Postcards from Vietnam
2019 : Projekt Bethanien

LIRE AUSSI  : https://inferno-magazine.com/2018/07/23/canzone-per-ornella-un-air-de-pina/hoghe canzone-1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives