CHIHARU SHIOTA, ‘LIVING INSIDE’, TEMPLON BRUXELLES

chiharubxl

CHIHARU SHIOTA – Living inside – Galerie Templon Bruxelles – 27 mai – 24 juillet 2021 – Opening 27 mai 11h-18h.

Comme pour de nombreux artistes, le confinement planétaire a été l’occasion pour Chiharu Shiota d’une réflexion sur l’espace domestique et le cocon familial. « Living Inside » rassemble pour la première fois un groupe d’œuvres intimistes et délicates, autour de la notion de « maison » et la fragmentation de nos réalités quotidiennes.

Célèbre dans le monde entier pour ses spectaculaires installations de fils tendus, l’artiste japonaise a dû en 2020, pour la première fois depuis près de 15 ans, mettre en pause ses pérégrinations incessantes. Confinée à Berlin où elle vit depuis de nombreuses années, ce soudain coup d’arrêt a ravivé de nombreuses thématiques propres à l’artiste : l’immobilité, le silence, l’enfermement, l’incertitude des destinées.

Depuis longtemps hantée par la question des relations invisibles entre les êtres, la maladie et la transcendance, Chiharu Shiota propose une série de sculptures inédites. Réalisées à partir de maisons de poupée, de meubles miniatures, ou de cadres de fenêtres, ses nouvelles œuvres jouent sur la notion d’échelle, de souvenir, et le lien secret entre être et objets du quotidien.

En écho, une série de nouveaux dessins réalisés dans la solitude de l’atelier soudain déserté, décline des relations entre figures énigmatiques. Prises dans des accumulations de flots ou de spirales, des ombres se retrouvent liées par des fils rouges ou noirs, métaphore des connexions entre les esprits.

A travers ces mondes miniatures comme cristallisés, rassurants et inquiétants, Chiharu Shiota nous invite à revenir sur cette dernière année hors du commun. Comme elle l’explique « Nous sommes connectés, puisque nous sommes tous dans la même situation. Tout le monde est assis chez lui à regarder ses meubles et à s’interroger sur le monde extérieur qui est, en ce moment, réduit à un simple souvenir. » Dans un propos doux-amer, elle examine ainsi les codes d’un espace de vie désormais drastiquement restreint mais déjà comblé, peut-être, par de multiples possibles à inventer.

Née à Osaka au Japon en 1972, Chiharu Shiota vit et travaille à Berlin depuis 1999. Après une première formation en peinture à l’université Seika de Kyoto, l’artiste se tourne vers la performance et poursuit ses études artistiques en Allemagne. Reconnue internationalement et exposée depuis une vingtaine d’années, Chiharu Shiota a représenté le Japon en 2015 à la Biennale de Venise.

Son œuvre à fait l’objet de nombreuses expositions personnelles dont récemment en 2018, The Butterfly Dream au Museum of Kyoto (Japon), The Distance au Gothenburg Museum of Art (Suède), Embodied à l’Art Gallery of South Australia à Adelaïde (Australie), Where are we going ? au Bon Marché à Paris (France); en 2019, Beyond Memory au Gropius Bau à Berlin (Allemagne), The Soul Trembles au Mori Art Museum de Tokyo (Japon) ; en 2020, Push The Limits à la Fondazione Merz (Italie), The Dark Side – Chi ha paura del buio au Musia à Rome (Italie), Counting Memories au Muzeum Śląskie w Katowicach (Pologne), et enfin une rétrospective itinérante à la Queensland Art Gallery, la Gallery of Modern Art en Australie et au Museum of Modern and Contemporary Art in Nusantara en Indonésie.

Du 26 février au 9 mai 2021, son travail est présenté à la treizième Gwangju Biennale Foundation en Corée du Sud, ainsi que dans l’exposition collective STILL ALIVE. Werke aus der Shenkung Sammlung Hoffmann au Albertinum en Allemagne jusqu’au 4 juillet 2021.

Parmi les expositions personnelles en cours cette saison, on retrouve Lifelines au Centro Cultural Banco do Brasil à Rio de Janeiro (Brésil), jusqu’au 19 avril 2021, Connected to Life au Zentrum für Kunst und Medien à Karsruhe (Allemagne) jusqu’au 11 juillet 2021, les installation pérennes The Web of Time au Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa à Wellington (Nouvelle-Zélande) et Memory of Water au Towada Art Center à Aomori (Japon), Direction of Consciousness au Domaine de Chaumont-sur-Loire (France) jusqu’au 1er novembre 2021, Holding the Universe in the Hand avec Leiko Ikemora à la Kenj Taki Gallery à Nagoya (Japon) jusqu’au 20 mai 2021, et The Soul Trembles au Tapei Fine Arts Museum à Taiwain jusqu’au 22 août 2021.

Chiharu Shiota est représentée par la Galerie Templon depuis 2011.

————————

As for many artists, global confinement has been the occasion for Chiharu Shiota to reflect on domestic space and the family cocoon. « Living Inside » brings together for the first time a group of intimate and delicate works around the notion of « home » and the fragmentation of our daily realities.

Famous worldwide for her spectacular installations of stretched wires, in 2020 the Japanese artist had to put her incessant wanderings on hold for the first time in almost 15 years. Confined to Berlin, where she has lived for many years, this sudden halt revived many of the artist’s own themes: immobility, silence, confinement, and the uncertainty of destiny.

Long haunted by the question of the invisible relationships between beings, illness and transcendence, Chiharu Shiota offers a series of new sculptures. Made from dollhouses, miniature furniture, or window frames, her new works play on the notion of scale, memory, and the secret link between being and everyday objects.

Echoing this, a series of new drawings made in the solitude of the suddenly deserted studio, depict relationships between enigmatic figures. Caught in accumulations of streams or spirals, shadows are linked by red or black threads, a metaphor for the connections between spirits.

Through these miniature worlds, as if crystallised, reassuring and disturbing, Chiharu Shiota invites us to look back on this last extraordinary year. As she explains, « We are connected, because we are all in the same situation. Everyone is sitting at home looking at their furniture and wondering about the outside world, which is, at the moment, reduced to a mere memory. « In a bittersweet way, she examines the codes of a living space that is now drastically restricted but already filled, perhaps, with multiple possibilities to be invented.

Born in Osaka, Japan in 1972, Chiharu Shiota has lived and worked in Berlin since 1999. After an initial training in painting at Seika University in Kyoto, the artist turned to performance art and continued her artistic studies in Germany. Internationally recognized and exhibited for the past twenty years, Chiharu Shiota represented Japan at the 2015 Venice Biennale.

Her work has been the subject of numerous solo exhibitions, including recently in 2018, The Butterfly Dream at the Museum of Kyoto (Japan), The Distance at the Gothenburg Museum of Art (Sweden), Embodied at the Art Gallery of South Australia in Adelaide (Australia), Where are we going? at the Bon Marché in Paris (France); in 2019, Beyond Memory at the Gropius Bau in Berlin (Germany), The Soul Trembles at the Mori Art Museum in Tokyo (Japan); in 2020, Push The Limits at the Fondazione Merz (Italy), The Dark Side – Chi ha paura del buio at the Musia in Rome (Italy), Counting Memories at the Muzeum Śląskie w Katowicach (Poland), and finally a travelling retrospective at the Queensland Art Gallery, the Gallery of Modern Art in Australia and the Museum of Modern and Contemporary Art in Nusantara in Indonesia.

From February 26 to May 9, 2021, his work is presented at the thirteenth Gwangju Biennale Foundation in South Korea, as well as in the group exhibition STILL ALIVE. Werke aus der Shenkung Sammlung Hoffmann at the Albertinum in Germany until 4 July 2021.

Current solo exhibitions this season include Lifelines at the Centro Cultural Banco do Brasil in Rio de Janeiro (Brazil), until 19 April 2021, Connected to Life at the Zentrum für Kunst und Medien in Karsruhe (Germany) until 11 July 2021, the perennial installations The Web of Time at the Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa in Wellington (New Zealand) and Memory of Water at the Towada Art Center in Aomori (Japan) Direction of Consciousness at the Domaine de Chaumont-sur-Loire (France) until 1 November 2021, Holding the Universe in the Hand with Leiko Ikemora at the Kenj Taki Gallery in Nagoya (Japan) until 20 May 2021, and The Soul Trembles at the Tapei Fine Arts Museum in Taiwain until 22 August 2021.

Chiharu Shiota has been represented by Galerie Templon since 2011.

Image: III: State of being, 2021, 39 x 70 x 26 cm.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives