PALERME : FERMETURE DU RISO, MUSEE D’ART CONTEMPORAIN DE SICILE

Tribune
EN ITALIE, COMME DANS TOUTE L’EUROPE, LES MUSEES D’ART CONTEMPORAIN SONT MENACES.

Signe d’une époque d’ultra-libéralisme, synonyme pour nos gouvernants déjà peu portés sur la chose d’un abandon généralisé de la création contemporaine au motif de considérations financiaristes de « rentabilité », le Musée Riso de Palerme, lâché par ses partenaires intitutionnels, n’a plus un rond. Fini les expos, les résidences, les conférences et autres événements qui faisaient du Musée Riso -le seul musée d’art contemporain de Sicile- un centre de référence pour la création actuelle dans une île déjà largement ignorée du pouvoir central.

Faut-il prendre cette mauvaise nouvelle comme un signe avant-coureur d’un lâchage organisé par nos chers dirigeants européens, omnubilés par la « dette » et leur triple A, qui de gabégie en coups tordus dirigés contre les acteurs culturels, sont en train de liquider purement et simplement la création contemporaine, pas assez rentable, pas assez « porteuse » en termes d’image, pas suffisamment « populaire » et accusée de coûter plus qu’elle ne rapporte ?

En France aussi, l’on constate cette désaffection des politiques : les centres d’art subissent des coupes claires dans leurs subventions, les musées d’art contemporain sont les parents pauvres de l’abondement des collectivités, les compagnies de danse ou de théâtre sont au bord de la faillite. Le Berlusconisme, comme le Sarkosysme conduisent la Culture dans le mur, sciemment, méthodiquement, annonçant une désertification généralisée des territoires. Plus d’art, plus de culture « élitaire », au profit de grandes machines populistes qui remplissent les caisses avides du Louvre et autres « grands » musées d’Europe, sans projet autre que produire de somptueux « événements » vides de sens mais fort lucratifs.

Combien d’exemples de cet abandon généralisé ? Sous le règne de la droite européenne, il ne fait pas bon pour la création contemporaine. Prenons le MAC à Marseille, ville régie par l’UMP de Gaudin, qui, depuis 10 ans n’a pas produit une seule expo digne de ce nom. Un musée d’art contemporain qui n’en a plus que le nom, coquille vide échouée dans la banlieue friquée de Marseille que plus personne n’a envie de visiter, sans un sou pour monter une exposition, sans fonds sérieux, sans même un conservateur en titre. La politique ordinaire de la droite UMP en matière culturelle. Désolant.

Le cas du Musée Riso illustre hélas cette volonté patente de nos dirigeants de la droite européenne à vider la Culture et la Création de toute vitalité et viabilité. Pour y parvenir, nul besoin d’anathèmes ou de déclarations fracassantes : il suffit de laisser pourrir la situation, couper les robinets du fric ou les réduire à un filet parcimonieux et le tour est joué : du coup, on peut compter sur le dégoût et la lassitude des responsables pour laisser tomber l’affaire, comme ici à Palerme où par dignité, le directeur du Riso préfère se saborder et arrêter net l’aventure.

Et ce n’est pas fini, hélas. Ce triste exemple de Palerme augure mal de l’avenir de la création contemporaine en Europe. Il est à craindre que des temps très sombres nous attendent.

Marc Roudier

LIRE : http://www.artribune.com/2012/01/the-end-a-palermo-chiude-il-museo-riso/

http://www.artribune.com/2012/01/chiuso-per-coscienza-il-direttore-di-riso-si-difende/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN