dOCUMENTA 13 : La danse était frénétique, endiablée, bruyante, sonnante, tourbillonnante, folle, et elle durait très très longtemps

dOCUMENTA (13) / du 9 juin au 16 septembre 2012 / Inauguration le 8 juin 2012 / Kassel / Germany.

Manifestation incontournable de l’art contemporain depuis 1955, la 13ème édition de la Documenta à Cassel poursuit les ambitions premières du projet : rapprocher l’art du public, lui apporter des outils éclairants afin qu’il puisse s’approprier les pratiques actuelles et favoriser les expérimentations plastiques, curatoriales, théoriques et éditoriales. Une nouvelle édition orchestrée par Carolyn Christov-Bakargiev (conservateur en chef et directrice du Castello de Rivoli, à Turin) qui a choisi de réunir 150 invités venant de 55 pays différents.

Pendant cent jours des plasticiens, des performeurs, des  musiciens, mais aussi des écrivains, des historiens, des critiques, des  philosophes ou encore des scientifiques vont interagir au sein d’un évènement  multiforme. Sculpture, performance, installation, recherche, archive, peinture,  photographie, film, vidéo, texte, son et autres objets seront les marqueurs  d’une réflexion axée autour de la mondialité : ses failles, ses limites et ses  potentialités. Autant d’intervenants que de prises de paroles réunies dans un catalogue intitulé 100 notes – 100 pensées.

Chaque Documenta est accompagnée d’une édition  dense et extrêmement riche en informations critiques, théoriques et  scientifiques. Le catalogue est ainsi composé de 100 livrets en anglais et en  allemand, rédigés par des auteurs aussi différents que Griselda Pollock, Judith  Butler, Donna Haraway, Nalini Malani et Arjun Appadurai, Emily Jacir, Lawrence Weiner ou encore Franco Berardi.

Le contenu pluriel et rhizomique de la dOCUMENTA(13) provient d’une réflexion débutée en 2009 par Carolyn  Christov-Bakargiev qui n’a pas ménagé ses efforts. Pendant deux ans, la  commissaire est allée à la rencontre des artistes et des autres intervenants jusqu’à leurs lieux de travail pour instaurer un dialogue, des échanges et la  mise en place de projet communs. Son objectif est de décloisonner la pensée  artistique et théorique, de la libérer de codes et des habitudes sclérosantes, afin d’apporter un œil nouveau sur la situation mondiale, tant au niveau  culturel, qu’économique, environnemental, politique ou social. La nouvelle  édition s’égraine déjà depuis le 20 septembre 2009 avec des actions éphémères  (comme les interventions du collectif And, And,  And), la publication des 100 notes – 100 pensées, le catalogue en  pièces détachées que le public pouvait se procurer avant l’ouverture officielle  des expositions, mais aussi une série de conférences et d’évènements qui ont eu lieu non seulement en Europe mais aussi au Brésil, au Japon, en Afghanistan, au Mexique ou en Inde.

«Nous parlons de la manière dont l’histoire se répète, et  aussi ne le fait jamais, de globalisation, d’internationalisation, et du rôle  que l’art et de la culture devrait jouer dans la reconstruction des sociétés civiques en conflit ou en situations post-conflictuelles, de comment l’identité  peut grandir comme un paradoxe et dans des contradictions.» (C C-B, 25 oct.  2010).

Une centaine d’artistes ont été invités à travailler à Breitenau (situé à quelques  kilomètres de Cassel), un ancien monastère aujourd’hui transformé en un hôpital  psychiatrique, qui entre temps a aussi servi de prison et de camp de concentration entre 1937 et 1945. Chacun d’entre eux se devait de créer un  ensemble d’œuvres inédites ayant trait ou non à l’histoire du site et qui seront dispatchées entre plusieurs lieux. Carolyn Christov-Bakargiev instaure quatre questions : « Que signifie se retirer du monde, Que signifie être en état de  siège ? Que signifie être sur scène ? Que signifie être porteur d’espoir ? ».[1]

La retraite, le siège, la scène et  l’espoir, quatre postulats qui rythment et construisent les propositions de  chaque acteur de la  Documenta. dOCUMENTA(13) ne repose pas sur une idée ou un  concept défini, bien au contraire elle s’articule autour d’un non concept et d’un scepticisme partagé. Elle explique : «Le savoir n’est qu’une option parmi d’autres. Cette catégorisation prend toute son importance à l’âge du capitalisme triomphant, elle est le résultat d’un travail commun. Il s’agit d’ailleurs moins  d’un non-savoir que d’un savoir en train de se constituer ».

À partir de cette cela, toutes les  portes sont ouvertes et les projets les plus radicaux et curieux sont activés : un parc de sculptures pour chiens (Brian Jungen) ou une pièce pluri-organique (Pierre Huygue). Les pièces sont présentées dans les espaces traditionnels de la Documenta : Le Fridericianum, la documenta-Halle et la Neue Galerie.

Le  Fridericianum où les visiteurs seront accueillis par une œuvre de Ryan Gander et Till I Get It Right de Ceal Floyer. À l’étage, ils pénétreront dans un  espace nommé « Le Cerveau » où seront exposées des œuvres anciennes et contemporaines engageant des allers-retours entre passé et présent. L’histoire  et l’actualité de la  Documenta, l’histoire de l’art,  l’archéologie, la sociologique, la politique etc. Nous découvrirons ainsi les  peintures de Giorgio Morandi, le travail de William Kentridge ou encore des photographies de Lee Miller.

Cette  année, l’art investit d’autres espaces et d’autres lieux de la ville :  l’Ottoneum, l’Orangerie, le parc Baroque Karlsaue (où Giuseppe Penone présente Idee di Pietra – Ideas of Stone), mais aussi des anciennes zones industrielles  (Hauptbahnhof, une ancienne gare aujourd’hui utilisée pour les transports en  commun de la ville), un ancien cinéma (Gloria Cinema), une maison Huguenot  abandonnée, le Ständehaus et le Grand City Hotel Hessenland. La liste des lieux  est pour le moment incomplète, l’ensemble sera révélé le jour de l’ouverture de la Documenta (le 8 juin NDLR). La ville  entière se fait terrain d’expérimentations et de surprises. Un réseau est tissé afin que les visiteurs puissent appréhender et s’approprier la ville, son  histoire et ce que les artistes ont souhaité souligner à travers elle.

Au départ, la Documenta était une initiative post-guerre visant à replacer les arts et la culture dans une société traumatisée. L’art se devait de  construire du lien avec le public, pour lui redonner goût à la création.  Aujourd’hui, sur fond de crise mondiale, il s’agit de montrer les capacités de  l’art à révéler, à bousculer et à questionner notre monde, ainsi qu’à inciter à  une prise de conscience individuelle et collective. Les diverses propositions  présentées à Cassel interrogent l’homme et le système économique et financier :  rapports, aliénations, restrictions, communication, déplacement, dérives, possibilités, espoirs etc. Il s’agit de nous amener à penser l’individu comme le  collectif plongé dans les flux mondiaux : nos responsabilités, nos (des)engagements mais aussi les enjeux, les freins, les ouvertures et les  aberrations d’un système auquel les artistes, les théoriciens et les  scientifiques apportent des alternatives, des conseils, des  avertissements. Conçue comme un  espace de discussions et de collaborations, la dOCUMENTA(13) qui porte le  sous-titre suivant : « La danse était frénétique, endiablée, bruyante, sonnante, tourbillonnante, folle, et elle durait très très longtemps » se veut engagée,  radicale, expérimentale et relationnelle.

Julie Crenn

Documenta (13), du 9 juin au 16 septembre 2012, à Cassel. Inauguration le 8 juin 2012.

INFERNO suivra l’événement  dOCUMENTA 13 et en répercutera les compte-rendus et critiques. DOSSIER DOCUMENTA : https://inferno-magazine.com/category/documenta-13-2/

LISTE DES PARTICIPANTS : http://wp.me/p1JWTy-1Ik

Plus d’informations sur l’évènement : http://d13.documenta.de/  / Voir aussi le programme de la Maybe Education (congrès, séminaires,  lectures, projets divers, résidence, films etc) : http://d13.documenta.de/#dtours/

Visuels : Museum Fridericianum, 2012,Museum Fridericianum, 2012, Photo: Nils Klinger © dOCUMENTA (13)
2. Gloria Kino, Photo: Nils Klinger
3. documenta Halle, Photo: Nils Klinger.
4. Agent Eva Scharrer listens to a meteorite. Courtesy dOCUMENTA(13).
5. Workers putting up a poster with the words ‘el arte es un bien de todos’ (art is a common wealth that belongs to everyone) in Resistencia, Chaco, Argentina. May 22, 2011 at 1:15 pm local time. Photo: Carolyn Christov-Bakargiev

RETOUR AUX NEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :