LE « PHANTOM RIDE » DE SIMON STARLING A LA TATE BRITAIN

Phantom-Ride[1]

Londres. Commission Tate Britain 2013 : Simon Starling Phantom Ride / Tate Britain / 12 Mars – 20 Octobre 2013.

La commission de la Tate Britain a invité l’artiste Simon Starling à développer un nouveau travail en regard de la collection de la Tate, soulignant le continuum des idées visuelles et intellectuelles entre l’art historique et contemporain.

Simon Starling invite son public à un «tour de montagnes russes sur des rails invisibles» à travers les histoires et les souvenirs des galeries de la Tate Britain. En fusionnant le temps et l’espace sur une trajectoire en boucle, Simon Starling redouble l’espace des galeries avec des écrans de projection énormes et révèle les œuvres et les événements significatifs qui ont marqué tout au long de l’histoire les galeries de la Tate Britain, à la manière d’apparitions fantomatiques. Flotter en apesanteur sur les décombres de la destruction de l’explosion des bombes en 1940, face à avion de chasse Jaguar, saluer les peintures qui flottent dans l’air éthéré des galeries, les sculptures classiques monstrueusement agrandies… Simon Starling propose une expérience sensorielle et esthétique unique, décalée et délicate. Un autre regard sur l’histoire et les collections du musée.

Le trajet fantôme était un genre populaire  dans les tout premiers jours de cinéma. Une caméra était fixée sur un véhicule en mouvement pour simuler un voyage, pour un public qui lui restait immobile. Il restait ainsi épinglé aux sièges, de peur de dérailler au prochain virage abrupt. La voie ferrée ou la route anticipait la trajectoire du «fantôme» du véhicule. C’est un peu ce principe que reprend Simon Starling, Les mouvements très précis et reproductibles de l’énorme bras robotisé sur rails « permettant de faire un film comme s’il s’agissait d’un tour de montagnes russes sur des rails invisibles. La bande originale du film est la seule preuve restant du temps que la caméra a passé à enregistrer dans les galeries Duveen.

Les galeries Duveen de Sculptures ont ouvert au public en 1937. Elles ont été les premières galeries publiques en Angleterre spécialement conçues pour exposer la sculpture. Avec l’utilisation de la vidéo, du cinéma, de la photographie en projections, et la sculpture, Simon Starling montre les objets existants sous un angle subjectif et retravaille les espaces architecturaux, ajoutant des couches à leur propre histoire et créant ainsi des récits poétiques. Ses œuvres ont souvent recours à des recherches historiques ou géologiques comme point de départ, explorant les origines des matériaux et des processus qui les transforment en objets fonctionnels.

Né à Epsom en 1967, Starling a étudié la photographie et l’art à Maidstone College of Art, Trent Polytechnic Nottingham et Glasgow School of Art. Depuis sa première exposition solo à Londres en 1995, son travail a été largement exposé dans le Royaume-Uni et ailleurs. Parmi ses récentes expositions Simon Starling : « Histoire récente » à la Tate St Ives en 2011, « projet pour une Mascarade » au Musée d’Art Contemporain, Hiroshima en 2011, THEREHERETHENTHERE (Travaux 1997-2009) au Musée d’Art Contemporain du Val-de-Marne en 2009 et « boutures (Supplément) » à The Power Plant, à Toronto en 2008. Simon Starling a été lauréat du Turner Prize en 2005 pour « Shedboatshed ».

L.M.

phantom

Simon Starling's Phantom RIde - video

Visuels Copyright Simon Starling / Tate Britain 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives