FRANZ WEST : WO IST MEIN ACHTER ? A VIENNE

15-01-freedom[1]

Franz West : Wo ist mein Achter? / Rétrospective / 23 février 2013 – 26 mai 2013 / MUMOK – Museum Moderner Kunst / Stiftung Ludwig Wien / Vienne Autriche.

Mais où est donc passé mon huit ? Alors que Franz West est décédé en juillet 2012, le MUMOK de Vienne lui organise une belle rétrospective avec ce titre pied-de-nez qui caractérise si bien l’oeuvre atypique de l’un des Autrichiens les plus célèbres de l’art contemporain.

L’exposition est centrée sur ses pièces-combinaisons, installations que West recombinait en variant ses arrangements au gré des monstrations. Ses « Passstücke », ses meubles et ses sculptures bizarres l’ont définitivement inscrit dans le patrimoine imaginaire de l’art. Le MUMOK lui avait organisé une première rétrospective voici seize ans. Avec cette nouvelle exposition, dont beaucoup de pièces commandées ou produites par le Musée, le travail de Franz West prend une dimension tout à fait significative. Et c’est certainement une découverte pour un public par forcément au fait de la grande diversité et de l’extraordinaire imaginativité du sculpteur-installateur.

Combinaisons et recombinaisons jalonnent ce parcours installlé à Vienne, somme toute caractéristique de l’oeuvre polymorphe et incroyablement ludique, légère et puissante de West. Toutes ces pièces recombinées, ces « meubles » et ces sculptures, ces vidéos et ces oeuvres sur papier forment un corpus cohérent et éclairant sur l’oeuvre de l’artiste, d’autant que toutes les périodes sont représentées.

« Ungreifbaren », oeuvre de 1997, ouvre une exposition fluide, jamais figée ni dogmatique. L’artiste a mis en boîte dans une vitrine divers éléments combinatoires qu’il place en relation avec une chaise, l’un de ses premiers « meubles ». Déjà à l’extérieur du musée, le visiteur est accueilli par une accumulation de sculptures, de cette facture que l’on connaît comme ce « Rose » exposé à Art Basel en 2012 (photo) ou de cette bizarroïde chose plantée dans les jardins de l’Arsenal lors de la Biennale de Venise 2011, pièce pour laquelle d’ailleurs il avait obtenu le grand prix de sculpture de la Biennale. Ainsi, de travaux sur papier en photographies, d’objets installés en « meubles » en installations combinatoires et adaptatives, le parcours révèle les multiples facettes d’une oeuvre polysémique, profonde, intelligente et souvent très drôle.

Ses amis sont là aussi, ponctuant ce parcours de leurs oeuvres en résonance. Heimo Zobernig ou Martin Kippenberger, par exemple, dont les pièces essaimées au sein de l’exposition West rappellent combien les complicités et les affinités amicales et artistiques comptaient pour l’artiste autrichien.

«Tout ce que nous voyons pourrait également être autrement», disait Franz West citant ainsi Wittgenstein qu’il admirait. Ainsi son principe de recombinaison des objets était-il largement inspiré de la pensée du philosophe, et la sienne avait fait son nid dans son goût pour l’instabilité de l’énoncé artistique et de l’objet-oeuvre que l’artiste se plaisait à chambouler à tout moment dans le champ mouvant de la perception.

Une rétrospective en forme d’hommage à ce grand artiste dont la liberté, la lucidité et l’extravagance nous manquent déjà terriblement.

Ludivine Michel

Franz West: Wo ist mein Achter? / Jusqu’au 26 mai 2013 / MUMOK Wien / Vienne

Photo by Alexander Klein AFP Getty Images

west

Franz West

Visuels : 1 à 4 : Vues de l’esposition au MUMOK / 5 : « Rose » à Art Basel en 2012 / photos DR / Alexander Klein – Paul Getty images / copyright the estate of Franz West MUMOK Vienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives