IVO VAN HOVE : « APRES LA REPETITION » et « PERSONA », deux spectacles du metteur en scène flamand à la MAC Créteil

van-hove1(c)DR

Ivo van Hove : « Après la répétition » et « Persona » / ont été donnés les 8-9 avril 2013 à la MAC Créteil.

Le trouble insidieux, persistant et la tension progressivement insoutenable, caractéristiques du cinéma d’Ingmar Bergman, s’installent de manière durable sur le plateau de la Maison des Arts de Créteil. Ivo van Hove y livre deux mises en scène d’exception dont une bouleversante Persona qui va marquer les esprits.

Le metteur en scène flamand, directeur du célèbre Toneelgroep Amserdam, n’est pas à sa première incursion dans l’univers du cinéaste suédois. Sa fascination pour Bergman se manifeste dès 2005 par la création de Scènes de la vie conjugale et, en 2009, de Cris et chuchotements. La Mac accueille avec fidélité Ivo van Hove, encore trop peu présent sur les scènes française. C’est avec un programme d’exception que nous le retrouvons cette année dans le cadre du festival EXIT. Les deux textes qui se partagent la soirée ont trait au monde du théâtre et engagent un subtil dialogue dont les échos interrogent les frontières subitement perméables entre imagination et réalité, ainsi que les méandres complexes, parfois semés de dangers mortels, du métier d’acteur.

Après la répétition, essai écrit en 1984 pour la télévision, nous introduit dans les coulisses d’une création théâtrale. Le décor y est particulièrement neutre. Des vieux tubes, chansons un peu passées de mode, charrient une forte charge émotionnelle. Les jeux troubles de séduction et de manipulation, les relations de pouvoir et le chantage affectif à l’œuvre entre un metteur en scène et son interprète principale, les scénarios hypothétiques et autres histoires mortes avant même de commencer, ne sauront éclipser une véritable profession de foi qui magnifie les énergies et la magie du plateau, ainsi qu’une déclaration d’amour poignante, car inattendue et brutale, pour les acteurs.

Être fragile, haïssable, idolâtré, craint et mystérieux qui parachève le miracle de la représentation, toujours en prises avec ses pulsions profondes, hanté par une dangereuse, et parfois dévastatrice, soif de vérité et de justesse, l’acteur est au cœur du projet théâtral d’Ivo van Hove. Persona, chef d’œuvre réalisé par Ingmar Bergman en 1966, devient le point de départ d’une création d’une rare intensité qui pose, sur le plateau, des questions brulantes, essentielles et prend des risques énormes.

Le metteur en scène flamand croit à l’acteur, le met au centre de son théâtre, au début de Persona, nu, meurtri, contorsionné par un spasme silencieux, offert en pâture, de manière clinique, froide, sur une table de dissection. Il en ressort magnifié dans son extrême fragilité qui fait aussi toute sa force. Son pouvoir singulier est de tout faire tenir, la représentation, la fiction théâtrale, de donner le change à la création cinématographique qui joue des effets de temporalité et de montage, qui fait entrer les éléments dans son cadre. Un plan d’eau aux effets de miroitements se dévoile sur le plateau de la Mac, paysage halluciné dont la poésie minimaliste a quelque chose de sidérant. Deux interprètes courent dans l’eau, s’y jettent, tombent et s’y épuisent. Ce sont des moments charnières où la question du jeu se pose avec une force démultipliée. Ivo van Hove creuse cet écart entre le cinéma et le théâtre, et, au sein du théâtre, entre les formes soumises au pouvoir du texte et celles proches de la performance radicale.

Certaines phrases de Bergman résonnent comme des anachronismes au regard de la société actuelle qui a connu des études sur la mise en scène de la vie quotidienne, et où, par le biais des réseaux sociaux notamment, tout un chacun se crée des personae et autres avatars sur la toile. Ivo van Hove laisse des courants contraires traverser son plateau, des mouvements aptes à provoquer des tourbillons saisissants et fertiles dont il se nourrit. La conclusion de Bergman retrouve ainsi une terrible actualité.

Smaranda Olcèse

Van-Hove2

Photos DR / Copyright Ivo Van Hove

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives