« SIMPLES GESTES », UNE EXPOSITION DE LA FONDATION HERMES

boulder_hand_orozco1.jpg.crop_display

Simples gestes / Fondation Hermes / Commissaires : Jean de Loisy, Sandra Adam-Couralet / La Grande Place, musée du cristal Saint-Louis, Saint-Louis-lès-Bitche (BE) / du 22 septembre 2014 au 1er mars 2015

La Fondation d’entreprise Hermès, en partenariat avec le Centre Pompidou-Metz, présente à La Grande Place, musée du cristal Saint-Louis (Saint-Louis-lès-Bitche), l’exposition Simples Gestes, du 26 septembre 2014 au 1er mars 2015.

Cette exposition est conçue en écho à l’exposition Formes simples, actuellement présentée au Centre Pompidou-Metz (prolongation jusqu’au 5 janvier 2015).

Si cette dernière est consacrée à la fascination engendrée par les objets eux-mêmes, l’exposition Simples Gestes se concentre sur l’amont de leur apparition : les gestes subtils des savoir-faire, les gestes machinaux des activités quotidiennes, les gestes aliénés de la répétition ou encore les gestes expressifs des relations humaines.

« Au sein de la manufacture Saint-Louis, la plus ancienne cristallerie d’Europe (1586), dans le musée qui rassemble de remarquables réalisations de ses ateliers, l’exposition Simples Gestes est conçue en contrepoint du propos développé dans l’exposition Formes simples*.

Si cette dernière est consacrée à la fascination engendrée par les objets eux-mêmes, l’exposition de Saint-Louis se concentre sur l’amont de leur apparition : les gestes subtils des savoir-faire, les gestes machinaux des activités quotidiennes, les gestes aliénés de la répétition ou encore les gestes expressifs des relations humaines. Ces registres interprétés par les artistes dans leurs oeuvres montrent cette écriture du corps qui nous dit tout autant qu’elle nous permet de faire.

Le parcours qui se développe dans les collections historiques rassemble des artistes qui en sculpture, photographie ou vidéo mettent paradoxalement en évidence, à une époque numérisée, l’importance effective et persistante de nos gestes et plus particulièrement de nos mains (manufacture du latin manufactura « fait à la main »).

De l’usure immémoriale du galet par la paume qui le manipule (Gabriel Orozco) aux mouvements machinaux de nos tâches quotidiennes (Natacha Nisic, Ali Kazma), de la manipulation virtuose des outils (Jean-Luc Vilmouth, Guillaume Leblon) à la danse (Eva Kotatkova, Aneta Grzeszykowska et Émilie Pitoiset), ces gestes particularisent toujours l’homo faber que ce soit dans les mouvements élémentaires qui deviennent musique ou sculptures (Melik Ohanian, Jean-Marie Appriou) ou ceux codés qui aujourd’hui glissent sur les écrans électroniques (Julien Prévieux) qui ont envahi nos vies. Tous portent en eux le plus ancien et le plus actuel de notre humanité. ».

Jean de Loisy

Visuel : Gabriel Orozco, Boulder Hand, 2012, vidéo 54 » en boucle. Courtesy de l’artiste et galerie Chantal Crousel, Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives

%d blogueurs aiment cette page :