FRASQ : RENCONTRE DE LA PERFORMANCE, 6e EDITION

diapositive13_-_copie

FRASQ, 6e édition : Rencontre de la Performance / Le Générateur, Gentilly / du 4 au 26 octobre 2014.

Sur le qui-vive, durant un mois, FRASQ, soutenue par un réseau de structures complices, vibre au rythme de la création artistique contemporaine et revendique sa position dans une zone à (haut) risque : celle de la recherche et de l’expérimentation. Résolument à la périphérie (nous sommes à Gentilly), FRASQ invite à prendre du recul et offre une caisse de résonance unique pour toutes les pratiques artistiques transversales. Cette année encore, le pouls des artistes, qu’ils soient jeunes ou plus confirmés, reste « sensible ». Tous reformulent sans relâche le sens du mot « performance » : art à la lisière de la vie, vie à la lisière de l’art.

De cette tension féconde, la rencontre FRASQ, tel un organisme vivant puise sa force, son énergie et se fraye ainsi une voie pour aller toujours plus de l’avant (de l’art?). Au fil de la programmation de cette 6ème édition, de jeunes artistes prometteurs vont ainsi en découdre avec d’autres ayant déjà fait leurs preuves comme Sarah Venturi, Jeanne Susplugas, Alberto Sorbelli, David Noir, David Liver. De nouveaux flux d’énergie, à l’instar de Maeva Croissant et des étudiants de l’ENSAPC, prennent pour objet, à l’ère du numérique, le corps augmenté, connecté, technologisé, et bousculent les définitions de l’art-performance. Le Web social deviendrait-il ainsi un espace (possible) de socialisation dédié à la performance ? L’engagement esthétique de Marion Uguen et de Violaine Lochu ne saurait y être écarté. Leur corps, à la fleur de l’âge – dansant et/ou parlant – constitue une réponse directe face à une société complexe. En contrepoint du Générateur, privilégiant toujours sa position décalée, certains artistes comme Biño Sauitzvy, Vloeistof, Ornic’art questionnent l’hétérogénéité de l’espace publique. Charles Pennequin et son Armée Noire défient quant à elle, l’art dans la rue. Repoussant délibérément les chemins bien tracées, La Manifiesta nous fait dériver vers d’autres possibles et devient une traversée éminemment humaine.

Anne Dreyfus et Marion Estimbre

toute la programmation sur http://www.frasq.com ou téléchargez le programme complet

Le-Generateur-insomnia

Visuels : 1- Sarah Venturi / 2- le Générateur / Photos DR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives