VINCENT THOMASSET : « MEDAIL DECOR », ATELIER DE PARIS

atelier-de-paris-web

Vincent Thomasset : Médail décor / Atelier de Paris / 14 – 15 novembre 2014.

Dernier opus de la série Serendipity, Médail décor se laisse découvrir comme un bon morceau de musique expérimentale : les atmosphères s’installent progressivement, les matières s’accumulent pour donner lieu à une ritournelle qui trotte encore bien longtemps dans la tête une fois la pièce terminée.

Le plateau de l’Atelier de Paris prend des allures d’installation d’art contemporain. Des structures colorées, modulables, y dessinent des géométries minimalistes qui attendent d’être activées. Les mini-cagettes qui les composent s’empilent parfois de manière vertigineuse, comme autant de tiroirs d’une construction mentale qui va dévoiler petit à petit quelques uns de ses secrets. Médail décor puise ses matières dans les zones troubles de l’enfance, au moment où les frontières entre la réalité et la fiction commencent à se préciser, tout en gardant une certaine porosité. Dans le puzzle qui prend forme sous nos yeux, les pièces manquantes sont tout aussi importantes que celles que l’on nous montre. Vincent Thomasset cultive l’art ténu du hors-champ : par le biais du texte, du geste, des intonations, d’autres espaces, d’autres temporalités s’invitent sur le plateau. L’écart, l’équilibre fragile, toujours sur le point de péricliter, la danse en tension avec le théâtre, sont autant de tropes de la figure du double autour de laquelle la pièce semble s’articuler.

Un premier geste scénique nous ancre dans une relation directe, frontale, à la manière d’une stand-up comedy. Vincent Thomasset focalise les regards, tient littéralement la salle. La question est on ne peut plus pertinente : comment est-on arrivé là ? Le flux d’une parole de plus en plus surexcitée rassemble le corps, l’écriture, l’école du regard, Treblinka, Montpellier, la Topographie de forces en présence, parmi d’autres repères biographiques. Mais voilà, cette volonté de synthèse commencer à connaître des moments de suspension, des blancs finement orchestrés, à même de laisser apparaître une silhouette incongrue, camouflée dans un anorak à capuche, tout droit sortie des Protragronistes, pièce de 2012 de l’artiste.

Quelques instants plus tard, Lorenzo de Angelis investira définitivement le plateau, d’abord dans une danse rampante, serpentine, qui se glisse dans les interstices du texte pour l’assumer ensuite sur le mode du doublage cinématographique, tout en renforçant sa présence compacte, dense, concentrée, obsédante enfin, quand elle semble se volatiliser dans l’obscurité du fond de scène.

Vincent Thomasset prend soin de brouiller complètement les pistes et d’épuiser les oppositions binaires : l’auteur est en prise directe avec l’interprétation d’une partition littéraire exigeante dont les intensifications frôlent la poésie sonore. Le danseur est à la fois jockey et monture. L’équitation, discipline éminemment martiale, traverse subrepticement la série Serendipity. Elle déploie pleinement son antagonisme fondateur dans Médail décor : l’autorité, le dressage, la maitrise et la perte de contrôle, l’excès libérateur. Au terme d’une furieuse chevauchée, le plateau devient ce terrain de jeu, joyeusement bordélique, à l’image d’une chambre d’adolescent, où vont retentir les accords d’une musique indé à l’énergie jubilatoire. Libre à chacun de suivre la ligne de basse, haletante, obstinée, stakhanoviste ou les envolées virtuoses. La danse irrigue l’espace scénique et sa vague contagieuse bouscule les éléments dramaturgiques convoqués un à un tout au long de la pièce : la maison sans images, les chemins de terre, les plages hypnotiques, les aptitudes insolites de ces chanteurs-dormeurs évanescents – tout s’anime, s’interpénètre dans de nouveaux réseaux de sens qui encouragent le débordement de l’imaginaire.

Smaranda Olcèse

Sus à la bibliothèque !, Les Protragronistes et Médail Décor seront présentés le 7 mars dans le cadre du festival Artdanthé.

julie_balagué2

Photos Julie Balagué

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives