JEFF KOONS ACCUSE DE PLAGIAT POUR UNE PUB MAL COPIEE

Jeff_Koons_Fait_d__Hiver-1024x768

TRIBUNE : Jeff Koons accusé de plagiat pour une pub mal copiée par Raja El Fani.

L’œuvre de Koons contestée par le publicitaire Davidovici a été retirée de l’expo du Centre Pompidou même si le directeur Alain Seban défend l’artiste américain : « Une large part de la création moderne et contemporaine repose sur le concept de citation voire d’appropriation », déclare-t-il dans un communiqué.

Mais d’un point de vue théorique cette justification est approximative et dévoile une défaillance scientifique embarrassante.

Pour commencer, il est absolument faux que tout l’art contemporain repose sur la citation: seul le Pop Art et ses dérivés post-modernes ont encore comme principe la reproduction théorisée par Benjamin dans son célèbre essai. Mais si Warhol n’a jamais été accusé de plagiat pour ses reproductions des boîtes de conserves Campbell par exemple, c’est justement parce que ses reproductions étaient parfaitement identiques. La reproduction chez Warhol était un processus déclaré et parfaitement appliqué.

Koons en tant que post-moderne – et se cherchant sans doute encore dans les années ’80 – n’a pas su se contenter de copier l’image de Davidovici mais l’a légèrement modifiée. C’est pour cette raison que Koons est indéfendable d’un point de vue scientifique : l’idéologie Pop se basant sur l’absence totale de créativité (comme l’anti-art de Duchamp) assume totalement de copier, tel quel, n’importe quel produit de consommation.

À l’époque de « Fait d’hiver » Koons n’était donc visiblement pas un Pop-artiste convaincu (ni tout à fait mature) et il est juste qu’il paye cette défaillance aujourd’hui. La demande de Davidovici de donner l’œuvre contestée et ses bénéfices à l’Etat français veut être exemplaire et dénonce le manque d’intérêt national de nos actuels dirigeants culturels.

Deuxième problème : quel mouvement représente Koons qu’on célèbre en France sans même lui opposer de rival ? Si c’est le Néo-Pop que Koons incarne cela signifie qu’il imite le Pop Art, qu’il le repropose comme idéologie encore actuelle 50 ans après.

Cela en fait-il un artiste supérieur à nos artistes français de la même génération? La recherche n’a-t-elle pas avancé ?

La seule idéologie de Koons, qui est aussi celle de son rival anglais Damien Hirst, est : l’art c’est le marché. Telles sont les valeurs défendues désormais par tous les musées nationaux en Europe qui acceptent de distribuer l’art américain sans l’examiner ni le confronter à l’histoire.

Si monsieur Seban s’était au moins donné la peine de placer Koons dans un contexte historique mondial, la France aurait évité que son abnégation soit aussi évidente.

Raja El Fani

La pubblicità della casa di abbigliamento francese

Visuels : En haut, l’oeuvre de Koons, en bas la pub de Davidovici

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives