« LE NOUVEAU FESTIVAL » DU CENTRE POMPIDOU, 6e EDITION

centre-pompidou-nouveau-festival-6eme-edition-ping-pong-club_medium

Le Nouveau Festival du Centre Pompidou, 6ème édition : Air de jeu / Centre Pompidou / 15 avril – 20 juillet 2015.

Sous l’impulsion du Nouveau festival, le Centre Pompidou se transforme en une vaste aire de jeu. Artistes visuels, performeurs, danseurs, théoriciens et cinéastes investissent La Galerie sud, l’Espace 315, le Forum -1 et les grandes salles des Spectacles Vivants et du Cinéma 1, jouent sur le même terrain pendant les trois mois de la manifestation. Bernard Blistène, qui a initié l’aventure il y a 6 ans, imagine ce festival qui sait surprendre et se renouveler à chaque édition, selon la logique d’un centre d’art où l’expérimentation, le foisonnement, le temps court eut égard aux lourds engrainages de l’institution muséale, sont les mots d’ordre. La dimension participative occupe une place centrale au sein d’une programmation coordonnée par Florencia Chernajovsky qui se propose d’éclairer la place du jeu au cœur de la création contemporaine. Une invitation enthousiasmante à se frotter aux règles, à réactiver des protocoles, à investir les espaces, bref à s’engager dans le jeu de l’art.

Trois épisodes successifs vont redéfinir le paysage de l’Espace 315.
Le Nouveau Festival démarre avec éclat sous le signe du Stand Up ! (15 avril – 18 mai). L’adresse directe au public, des récits minimalistes, l’impératif du punchline, de la vanne – les règles de cet art populaire américain dessinent les lignes de force d’une programmation où l’entertainment joue volontiers la carte du détournement, de la subversion et de l’appropriation. Pas moins de 15 « lives » ponctuent ce premier mois du Nouveau Festival et parmi les plus attendus, citons les propositions de Bettina Atala, Aude Lachaise ou encore Gaëtan Vourc’h. Ce volet imaginé en collaboration avec les Spectacles vivants est mis en regard de la production filmique. Amélie Galli et Sylvie Pras, respectivement programmatrice et responsable des cinémas, explorent à travers 50 séances la face contemporaine du rire. Longs métrages, avant-premières et inédits font la saveur du cycle La nouvelle comédie américaine.

Dans une scénographie confiée à l’artiste plasticienne Chloé Quenum, Vidéodanse prend le relais (20 mai – 14 juin). La notion de jeu est extrêmement fertile dans le champ de la danse. Valérie Da Costa, curatrice, historienne et critique d’art et Serge Laurent, responsable des Spectacles vivants, la pistent depuis le ballet triadique de Schlemmer, en passant pas la notion d’event et de hasard chez Merce Cunningham, les tasks de la Post modern dance, jusqu’aux règles et protocoles des danses populaires et urbaines, ramenées sur la scène par les chorégraphes contemporains. Des rencontres et des performances accompagnent la projection des films. La programmation lancée par une discussion avec Christian Rizzo. Mathilde Monnier, Gilles Jobin, mais aussi Mickael Philippeau, pour ne citer que quelques noms, vont s’y succéder au fil des semaines. Le public de Vidéodanse pourra assister également aux performances Alessandro Sciarroni ou aux Jeux chorégraphiques de Laurent Pichaud et Rémy Héritier. Lenio Kaklea ou encore François Chaignaud et Cecilia Bengolea présenterons leurs nouvelles créations dans la grande salle des Spectacles Vivants. Et s’il ne fallait évoquer que 3 titres parmi les 70 films choisis pour l’occasion, ce serait Wall dancin’–Wall fuckin’ (2004, 60’), d’après la chorégraphie du regretté Alain Buffard, Singspiel (2009, 14’), le plan séquence d’Ulla von Brandenburg et surtout Monumental (2014, 45’), de Jocelyn Cottencin, qui témoignent d’un regard attentif à la rencontre entre la danse et les arts visuels.

Le 3ème mois du Nouveau Festival est marqué dans l’Espace 315 par l’Extension du domaine du jeu (17 juin – 20 juillet). Florencia Chernajovsky appuie la dimension vivante et prospective de la manifestation en centrant sa proposition sur des artistes émergents qui s’intéressent aux mécanismes de « ludification » (gamification)

Jeux Fluxus en libre accès (grâce aux reproductions réalisées dans le cadre d’une collaboration entre l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon et le Centre Pompidou), La Roulette française de Michel Aubry, (activée tous les lundis à 19h par les croupiers de l’école Cérus), du Coup de dès de Mallarmé au Musée du bug de Julien Prévieux, La Galerie Sud célèbre tout au long du Nouveau Festival La beauté du jeu (exposition mise en place par Michel Gauthier, conservateur au MNAM et Cyril Jarton, critique et professeur). Au centre de l’espace, la plateforme conçue par l’artiste Anna Barham, accueillera toute une série d’interventions inédites de jeunes artistes et curateurs, parmi lesquels Benjamin Graindorge et Romain Kronenberg, Dominique Gilliot, Simon Nicaise et Amélie Dubois, Myriam Lefkowitz ou encore Elodie Royer et Yoann Gourmel. Nous reviendrons plus en détail sur cette programmation foisonnante.

Quant au Forum -1, il se transforme le temps du Nouveau Festival en Ping-pong club, sous les soins de Rirkrit Tiravanija qui réactive ce dispositif mis en place pour la première fois à Bratislava par Julius Koller. Venez jouer !

Smaranda Olcèse

monumental_cottencin

Visuels : 1- Ping-pong club 2- Monumental de Jocelyn Cottencin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Mots-clefs

  • Archives