TRIBUNE : L’ART POUR CIBLE, DE BOSTON A PALMYRE

boston
TRIBUNE : L’art pour cible de Boston à Palmyre par Raja El Fani.

Les « Renoir haters » de Boston continuent d’attirer l’attention des médias parce qu’ils expriment un point de vue légitime, bien qu’extrémiste : Renoir et ses semblables ont tué l’art classique, ce qui est vrai. L’art défendu par-contre par le petit mouvement anti-Renoir est l’art académique, réaliste, d’une vraisemblance photographique, et théoriquement révolu avec l’Impressionnisme et les avant-gardes. Prôner que l’art classique doit persister est de l’ordre de la liberté d’expression, et beaucoup d’artistes reconnus aujourd’hui confirment cette tendance sans toutefois se déclarer anachroniques, au contraire.

L’artiste américain Jeff Koons est lui-même un adepte du filon traditionaliste, son succès repose sur le principe que les reproductions sont supérieures aux originaux. Florence a récemment célébré en grandes pompes l’exposition de Jeff Koons au musée des Offices où ses copies industrielles de statues classiques sont supposées dépasser (en qualité) le David de Michel-Ange.

Les prouesses techniques qu’on doit à la technologie et à la production industrielle sont dans d’autres contextes destinées à remplacer soit des œuvres trop fragiles pour être exposées, soit des œuvres perdues ou détruites. Ainsi Jeff Koons et tous ceux qui comme lui n’ont retenu du Pop Art que le principe de reproduction, estiment ne devoir rien inventer. N’est-ce pas là le même principe défendu par les « Renoir haters »?

Les « haters » ont toutefois raté (de peu) leur cible en choisissant de se braquer sur Renoir plutôt que sur l’icône de l’Impressionnisme, Monet. Mais au moins c’est signe que la tendance conservatrice cherche une cible originaire et une issue démocratique au niveau esthétique, là où l’ISIS a choisi la barbarie. L’idéal serait maintenant que les haters poussent le débat jusqu’à l’art d’aujourd’hui et déclarent quels sont les directs descendants de David (Jacques-Louis) dignes selon eux de figurer dans les musées d’art contemporain.

Raja El Fani

Publicités
Comments
One Response to “TRIBUNE : L’ART POUR CIBLE, DE BOSTON A PALMYRE”
  1. CultURIEUSE dit :

    Qu’ils s’expriment donc, mais comme vaine énergie dépensée, difficile de trouver mieux!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN