« PROSOPOPEES, QUAND LES OBJETS PRENNENT VIE », LE 104, PARIS

evenement_518_image

Prosopopées : quand les objets prennent vie : Co-direction artistique : Gilles Alvarez & José-Manuel Gonçalvès / Le 104, Paris / 5 décembre 2015 > 31 janvier 2016.

De quoi s’agit-il ? La prosopopée est une figure de style qui consiste à faire parler un animal, un objet inanimé, un mort, une chose personnifiée, une abstraction…
Quand les objets prennent vie…
Quand les morts revivent…
Quand les concepts s’incarnent…
L’inspirateur principal de cette proposition est Philip K.Dick, le grand visionnaire paranoïaque de la littérature contemporaine. En particulier, le sentiment dickien que quelque chose cloche … Que le monde n’est pas ce qu’il semble être, mais un décor, un trompe-l’œil habilement connu pour abuser le genre humain. Prosopopées sera la grande thématique transversale de la Biennale Némo 2015 et de son exposition principale au CENTQUATRE-PARIS, la fiction d’un dérèglement savamment orchestré.

À cela, plusieurs raisons : tout d’abord la musique, bien sûr. Une partition envoûtante dans laquelle la voix est extrêmement travaillée dans son écriture même (le glissando, le portamento qui nous font passer littéralement dans un monde fantastique) mais aussi par sa spatialisation et son traitement informatique au service exclusif de la narration.

Ensuite, parce que le metteur en scène de cette production est Luis Niéto, que les fdèles de Némo connaissent bien. Véritable magicien de l’image, il sait à tout moment faire jaillir l’inouï sur une scène, dans un clip (les plus grands groupes ont bénéfcié de ses services) ou avec un dispositif qui nous laisse toujours songeurs… Enfn, par la remarquable interprétation musicale de l’ensemble Le Balcon et de Maxime Pascal, son directeur musical. Voici donc un opéra contemporain multimédia qui a tout pour plaire et pour rassembler un public de plus en plus curieux et de plus en plus large !

Imaginez que nous rencontrions des affichages d’aéroport qui n’en font qu’à leur tête (Signal To Noise de LAb[au]), des entités extraterrestres qui s’installent parmi nous (Timée et Hara de Guillaume Marmin), des tableaux qui prennent vie, des exo-squelettes venus de l’outre-espace qui nous invitent à danser (Inferno de Bill Vorn et LouisPhilippe Demers), des œuvres qui tentent de s’échapper de l’exposition (Nervous Tree de Krištof Kintera).

Imaginez un « Appartement fou ».… Imaginez le chaos comme un ordre qui n’aurait pas encore été déchiffré. La poésie de Prosopopées consiste à présenter une revue d’objets déconnectés, une poésie de la machine, avec sa part de mystère, d’organique, de simplisme puissamment rebelle, sa logique irrationnelle. Ce que nous proposons ici n’est rien d’autre que le retour de la magie, de l’aberration, dont on croyait s’être prémuni par les sciences et les nouvelles technologies. Mais ne dit-on pas justement, comme Arthur C. Clarke, que toute technologie suffisamment avancée est indissociable de la magie. Nous avons adoré mettre en valeur ce travestissement généralisé de l’objet technique en objet esthétique, ces épiphanies machiniques très éloignées de l’utilitarisme de l’histoire des objets techniques.

Certaines installations nous offrent l’écrin d’une réalité légèrement modifiée qui nous accompagne ou nous trouble avec bienveillance (Pergola de LAb[au], Élasticité dynamique d’Étienne Rey). Mais ne nous y trompons pas, leur adversité est parfois manifeste et nous renvoie à toutes les révoltes de robots et de cyborgs de l’histoire de la science-fiction (Parsec de Joris Strijbos et Daan Johan, Nyloïd d’André et Michel Décosterd…).

Toutes ces œuvres auront des comportements extra-terrestres. Elles seront même parfois, littéralement, extraterrestres : la lecture des plis et replis métalliques d’une météorite va modifier en direct la composition musicale de Lara Morciano. Connaît-on déjà une telle complicité artistique avec un objet venu de l’outre-espace ? (Octaédrite de Félicie d’Estienne d’Orves et Lara Morciano). Les pièces de notre « Appartement fou », présentes dans les écuries du CENTQUATRE-PARIS, sont très emblématiques de ce dérèglement généralisé.

Souvenons-nous que le mobilier et les objets du logis sont des symboles de convenances, d’ordre et d’une certaine hiérarchie sociale. Le nôtre en est dépourvu. Ces composantes, par la main de l’artiste technicien, ont des âmes artificielles. Un miroir qui refuse obstinément de « faire miroir » est la réminiscence d’un ordre ancien en train de mal tourner, alors que les hommes depuis deux siècles se sont ingéniés à produire un environnement maîtrisé. Pourquoi une vague de néons (Wave Interference de Robin Moody) ? Comment un canapé (de vaudeville) peut-il se pâmer, sur un seul pied, comme une cocotte aurait pu le faire ? (Balance From Within de Jacob Tonski). Sommes-nous toujours dans le jeu de l’imitation et dans un système anthropomorphique où l’homme a le beau rôle? Le combat à mort entre un frigidaire et un radiateur, qui ne semblent pas partager la même vision de l’écologie, sont-ils un point de non-retour de « l’objet au service de » ? (My Answer to Ecology #2 de Charbel-joseph H. Boutros). Et qu’en est-il de son vélo polluant ? Ou des médiateurs robots contre-performants et suppliants de Pascal Bauer (Mon bon plaisir) qui se prosternent devant les spectateurs ? Le public n’entrera pas dans l’appartement de Steve Jobs mais plutôt dans celui de Théophile Gautier, de Joris-Karl Huysmans ou de Philip K. Dick. Tout le mérite revient aux artistes et à leur ingénierie.

Il n’est question ici que d’intelligence humaine et de talent pour donner l’impression subjective de la conscience des machines et des objets, dont ils sont, bien sûr, dépourvus.
Welcome to the techno freak show !

Artists : Bill Vorn et Louis-Philippe Demers, Anish Kapoor, Krištof Kintera, Jacob Tonski, Robin Moody, Nonotak, Félicie d’Estienne d’Orves et Lara Morciano, LAb[au], Michel de Broin, Edwige Armand, Étienne Rey, Ei Wada, Guillaume Marmin et Fred Marolleau, André et Michel Decosterd, Pascal Bauer, Bram Snijders et Carolien Teunisse, Jérémy Gobé, Fred Penelle et Yannick Jacquet, Maxime Damecour, Laurent Pernot, Anne Roquigny, Thomas Cimolaï, Samuel St-Aubin, Marck, Charbel-joseph H. Boutros, Benoît Labourdette, Rino Stefano Tagliafierro, Arcangelo Sassolino…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN