« FLUX TENDU / THE SAFE WORD », Cie L’EOLIENNE : LE RETOUR

cie-leolienne-the-safe-word-264t-1024x647

FLUX TENDU / THE SAFE WORD / Florence Caillon – Compagnie L’Eolienne / Moulin du Roc, Niort / mars 2016.

Il y avait foule au Moulin du Roc de Niort – alias MDR, il faut bien rire ! – pour les nouvelles créations de la compagnie l’Eolienne dirigée par Florence Caillon et habituée des lieux puisque c’est la quatrième création de la compagnie qui y est présentée.

La soirée débute par la présentation de FLUX TENDU, un quintette de vingt cinq minutes. Cette installation aérienne simple, sans effet, plus proche des « écorchés » de Rembrandt que des figures de style du cirque permet de découvrir deux femmes, trois hommes suspendus longuement dans l’espace sur le rythme d’un coup de poing dans les basses des enceintes… Vertigineuse composition qui laisse libre cours à la pensée… Flottement introductif à ce que qui va suivre… A savoir la toute nouvelle création de la compagnie THE SAFE WORD.

A travers un grillage qui sépare le spectateur des danseurs pendant 70’ et qui servira d’agrès à ce spectacle mi danse mi cirque mi théâtre – un bon équilibre selon la célèbre tradition du Picon bière de Pagnol ! – vont se succéder des séquences rythmées de citations allant de « la servitude volontaire » aux conséquences et risques de « la surveillance mondiale » qui nous envahit.

Ce spectacle, sans être prétentieux ou péremptoire donne à penser. Après Denis Robert dont le travail sur les paradis fiscaux a servi de prétexte à une précédente pièce, THE SAFE WORD vient compéter la grande famille des œuvres un brin politiques qui circulent sur les plateaux hexagonaux. Un sentiment salutaire d’indignité saisit le public qui sort de là en ayant à réfléchir et nul doute qu’il pensera à cette citation de Benjamin Franklin projetée pendant le spectacle « un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre et fini par perdre les deux » phrase qui sonne incroyablement juste avec ce débat sur la déchéance de la nationalité alors qu’elle date de 1722… déjà !

E. Spaé
Envoyé spécial à Niort

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • INFERNO RECRUTE SES CORRESPONDANTS EN MEDITERRANEE :

  • Allez :

  • HOMMAGE A MIKE KELLEY

  • UNTITLED FEMINIST SHOW / Young Jean Lee

  • PORTRAIT : STEVEN COHEN

  • SOPHIE CALLE : RACHEL, MONIQUE

  • ISTANBUL MODERN : VAPURS, BOSPHORE ET ART CONTEMPORAIN